Lorsque le soir en période paisible il y a pas un match du Barça ou du Real à se mettre sous les yeux il faut parfois se forcer à dénicher dans les programmes de la télévision une fiction correspondant à ce que l’on espérer d’un média populaire devenu populiste ! La tâche esr réellement difficile si par exemple on commence par éliminer toutes les œuvres où les morts violentes sont présentes. Toutes chaînes confondues on a environ une quarantaine de cadavres à déguster chaque soir ! Une bonne partie de ces victimes appartiennent à la catégorie de celles qui ont trépassé d’une manière violente souvent avec un sophistication nécessitant des images saisissantes de réalisme. On trouve aussi une demi-douzaine de suicides et quelques accidents particulièrement terribles… Des tués qui envahissent les films et les séries américaines ou malheureusement françaises.
Le métier le plus populaire à la télé reste celui au minimum d’inspecteur ou de maréchal des logis quand il n’atteint pas le niveau de commissaire ou d’expert ! Les médecins légistes tous plus farfelus les uns que les autres tranchent, dépouillent, observent avec un détachement de bouchers découpant un cochon. Heureusement que les spécialistes ou les techniciens viennent parfois transformer un crime en puzzle technologique ! On en arrive à une saturation épouvantable d’images d’une violence active ou passive qui frôle l’overdose ! Canal + dégouline de sang, d’horreur et de catastrophes et bien d’autres chaînes tentent de rivaliser dans l’épouvante. Si on ajoutait pour les enfants, les adolescent(e)s ou les jeunes les trucidé(e)s des jeux vidéo on obtiendrait des statistiques affolantes car bien évidemment répétitives… conduisant à penser qu’ils voient ou entendent parler de manière exponentielle au cours des dernières années.
« La mort cinématographique est représentée soit sous les traits de violences individuelles (le suicide et l’exécution) soit collectives (la fusillade en série). Enfants et adultes vivent des émotions fortes par le biais du cinéma, du théâtre, du journal télévisé, et en fonction de leurs pulsions de mort et de vie. Les morts spectaculaires, le plus souvent violentes, sont devenues banalités. Ces récits de violence peuvent jouer un rôle de catharsis. Mais il peut arriver que les enfants transposent dans la vie réelle les modèles d’attitudes qui les ont apaisés temporairement et, finalement, passent à l’acte. La violence sur les écrans est présentée sous forme de mort à la troisième personne, rendant la distanciation possible, et le plaisir prévaut. » explique Marie-Ange Abras Docteur en sciens de l’éducation. Elle ne risque pas d’être entendue puisque désormais il n’y a plus aucune limite à la diffusion de ces images souvent venues d’Outre-Atlantique !
Le paradoxe c’est que face à ce phénomène ce sont les producteurs américains qui se sont réunis pour tenter de l’endiguer. Il faut diminuer les crimes de tous ordres dans les séries qui n’a cessé d’augmenter. Les derniers massacres dans les lycées ou les événements (11 650 tués par armes à feu aux USA en 2017) ont semble-t-il changé la donne. Les studios et les diffuseurs se sont avec les syndicats de scénaristes et de producteurs, pour tenter d’encadrer cette explosion macabre. Ils sont arrivés à un compromis, il y a trois semaines avec la création du « death quota », au cœur d’une charte régissant les morts dans les séries dramatiques. A quand pareille négociation en France ?
La charte impose un minimum de trois morts par saison d’une série, dont au moins un personnage récurrent. Ce chiffre concerne les saisons de 12 épisodes; une saison de 8 épisodes n’aura besoin de tuer que deux personnages (dont un récurrent) et une de 22 épisodes 5 personnages dont un deux récurrents. Toute série ne respectant pas ce minimum sera taxée, en fonction de son budget – une précision apportée pour ne pas sanctionner trop lourdement les petites productions. Les drames qui parviendront à dépasser ce « death quota » profiteront eux d’une légère aide à la production. Une limite a cependant été fixée à… sept morts par saison. Notons aussi que, pour ne pas trop avantager les producteurs de séries médicales et de polars, il a été convenu que les victimes et les malades hebdomadaires, dont la mort est mise en scène en moins d’une heure – voire dès le premier plan d’un épisode – ne compte pas.
La négociation n’a pas satisfait tout le monde puisque les acteurs, les cascadeurs, des responsables d’effets spéciaux ont proteste à cause du manque à gagner que représentait cette limitaion. Et dans le système de la concurrence outrancière et au nom de la liberté absolue de création d’autres genres pourraient à leur tour faire appel à la mort sous toutes ses formes pour booster leurs audiences et leur communication. Ainsi, la porte n’est pas fermée pour créer un « death quota » adapté aux comédies (évidemment plus limité). Et les chaînes CW, Freeform et Nickelodeon discutent d’une possible augmentation des morts brutales dans les séries pour enfants. En attendant les policiers des écrans de toutes nationalités ont encore de beaux jours devant eux…

6 Réponses

  1. J.J.

    Les jeunes qui vivent ces morts par procuration ne se sentent évidemment pas impliqués : le mort disparaît, on n’en parle plus, la famille, les amis, les démarches, les problèmes de succession et les changements souvent tragiques dans le mode de vie des proches, etc…?
    Sans parler du choc psychologique répétitif encaissé par les sauveteurs, policiers, pompiers, dont on oublie la présence hors du rôle de figurants.

    Même chose avec la brillante arrestation par le bon policier du vilain méchant après de rocambolesques péripéties : l’instruction, le procès, la prison, les témoignages et la douleur des proches etc… ça reste « hors champ », pas assez d’action.
    Tout ça est zappé, d’ailleurs ça n’intéresse personne, sauf évidemment, dans la réalité, les proches impliqués.

    Les élèves des établissements aux USA, qui ont été confrontés à l’horreur des fusillades, ont évidemment vécu ces drames autrement que par étranges lucarnes interposées. Ils ont certainement pris conscience du fait que la réalité n’était pas ce qu’on leur montre à la télé, d’où leur saine réaction.
    Regardent -ils toujours avec le même détachement les scènes violentes qu’on leur propose « ad nauseum » ?

    Répondre
  2. Philippe LABANSAT

    Il y a, effectivement, overdose.
    Et quand, d’un œil distrait, je vois malgré moi quelques séquences de ces fictions, je suis frappé par un aspect particulièrement choquant. Quel que soit le personnage, homme, femme, voire adolescent, de tout âge et de toute condition, tuer est présenté comme quelque chose d’une simplicité remarquable. Untel ou unetelle se met en travers de mon héritage ou m’a fait un coup en vache ? Eh bien je le tue. Rien de plus simple, pas de remords, pas de débat philosophique. Exploser le crâne de quelqu’un, lui planter un couteau dans le corps, lui tirer une balle dans la tête, le massacrer en lui roulant dessus ? Rien de plus simple, aucune torture intérieure !
    Autre aspect choquant. Dans chaque épisode, des victimes sont miraculeusement sauvées de rapt, de tortures, de mort atroce et imminente.
    Croyez-vous que ça soit une épreuve terrible ? Pas du tout une bonne nuit de sommeil et il n’y parait plus, voire le même personnage revit quasiment la même chose avec aussi peu de conséquences dans l’épisode suivant !
    Enfin, devant cette pléthore de cadavres, je ne peux m’empêcher e penser à la parodie « Hot shot 2 » avec son compteur de victimes, le faux Rambo défouraillant à tout va sur sa montagne de douilles de mitrailleuse, et autres gags se moquant avec efficacité de toute la violence que l’on nous distribue à longueur de pellicule…

    Répondre
  3. bernadette

    Oui effectivement, il y a beaucoup de morts dans ces films policiers. Est on capable en France de programmer des films sans violence ?

    Répondre
    • bernadette

      Est on capable en France de programmer des séries de films sans violence pour enfants et pour adultes ?

      Répondre
  4. bernadette

    D’ou vient cette sombre violence ?
    Est il pensable qu’elle vienne essentiellement des médias télévisés ?

    Répondre
  5. JJ Lalanne

    Combien de personnes pourraient être intéressées par une enquête sur le vol d’ une bouteille de lait ou le bris d’ un rétroviseur de voiture? La violence a toujours été présente en dehors des comédies (et encore) que ce soit dans le théâtre, l’ opéra (là, ça saigne beaucoup), et le cinéma. Je suis beaucoup plus perplexe devant le côté simplet des résolutions d’ enquêtes dans nombre de séries (pas toutes). A ce niveau, les enfants s’ en fichent et ce sont les adultes accros qui m’ inquiètent. Après, faire des quotas de mort… Aurait-on voulu que le problème posé à miss Marple soit simplement de savoir si après une maille à l’ endroit il faut faire une maille à l’ envers. Moins sanglant mais pas très passionnant. Un Quentin Tarantino comme Kill Bill et un Stanley Kubrick comme Oranges Mécaniques, des sommets dans la violence ne me dérangent pas. Dans des visées très différentes, les deux arrivent à chorégraphier la violence, lui faisant franchir nos barrières psychologiques. Danger pour cette raison si c’ est reçu par un esprit perturbé. En France, appliquerons-nous des quotas de trucidés? J’ aimerais bien que ça s’ applique aux films et documentaires sur la deuxième guerre mondiale, celle sans qui le cinéma français,à la recherche du malsain, ne saurait que produire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.