Depuis une bonne semaine, des orchestres de jeunes musiciens venus bénévolement d’Allemagne, du Brésil, d’Espagne, du Québec, de Roumanie portent une certaine idée de la pratique musicale fondée sur le plaisir du partage en Entre Deux Mers ! Partage des cultures musicales, partage de leur joie de jouer, partage de la diversité des styles mais surtout partage d’une fraternité créée par un amour commun du « joueur ensemble » : la recette revient 15 ans plus tard. Si leurs chefs sont des professionnels aguerris, leurs « élèves ne font qu’un passage de leur vie au sein de ces ensemble musicaux rassemblant adolescent(e)s ou jeunes de moins de 25 ans. Environ 10 % ‘entre eux seulement feront de la musqiue leur métier. En fait ils viennent tous, sans exception? illustrer le rendez-vous qu’a manqué le système éducatif français en tuant l’aménagement des rythmes scolaires…
Tous sont en effet intégrés dans des aménagements autour de l’école, du collège, du lycée, des universités qui permettent en effet aux tranche d’âge en devenir de pourvoir s’épanouir avec l’acquisition de pratiques collectives qu’elles soient sportives et culturelles. Le « plus » que représente cette opportunité se révèle de l’aveu même des adules accompagnateurs comme décisif pour leur réussite scolaire mais surtout sociale  C’est un constat unanime : le savoir ne suffit plus pour bénéficier d’une intégration réussie. Au Collège de Créon où avait été créée une classe orchestre, les restrictions budgétaires et l’absurde logique d’inspecteurs défenseurs intraitables des tenps d’enseignement institutionnels ont entraîné la fermeture de l’initiative quand au Canada, on ampute d’une heure les cours de matières réputées essentielles pour permettre aux musiciens volontaires de consacrer onze heures par… semaine à la pratique orchestrale. Aucun élève n’a à ce jour échoué avec ce système et au contraire ils obtiennent des résultats supérieurs aux autres. Dommage qu’un débat n’ait pas été organisé durant le festival sur ce que les rythmes scolaires du Brésil, de la Roumanie, de l’Allemagne, du Québec et maintenant de l’Espagne, pays désormais plus modernes que le nôtre, pouvaient apporter en terme d’expérience réussie !
Le Jeune Orchestre symphonique de l’Entre Deux Mers, que je suis avec conviction depuis 25 ans, autogère avec une extraordinaire maîtrise collective bénévole, « son » festival Entre2Airs : accueil et hébergement de plus de 300 personnes, organisation d’une trentaine de concerts de plein air, coordination des répétitions « internationales » pour le concert final, régler toutes les formalités, faire face aux contraintes de sécurité et surtout maintenir un état d’esprit irréprochable ! Cette organisation ne repose pas sur des moyens financiers issus en grande partie de concerts donnés au cours des mois antérieurs et sur une implication forte des musiciens, de leurs familles et de leurs amis mais elle dégage une image extraordinairement positive de la capacité actuelle de la jeunesse à construire, à agir, à fédérer, à innover pourvu que la puissance publique les soutiennent moralement et matériellement. La leçon est quotidienne ! Les résultats sont exemplaires (1)
Cette rencontre internationale sans fric dépensé en infrastructures techniques, sans cachets outranciers, sans snobisme débridé et surtout sans autre prétention que celle de faire partager le plaisir de la musique, des tarifs dérisoires d’entrée ne rencontre pas l’écho médiatique qu’il mériterait en Gironde. Il détonne par sa simplicité et ses lieux d’implantation qui peuvent aller de cour ou de parcs de chanteaux peu connus, aux bords d’un lavoir en passant par un EHPAD, un restaurant, des églises, un chantier d’insertion ou la place de la Prévôté de Créon transformé en Aréna à ciel ouvert ! Est-ce vraiment « vendeur » ?
Ce samedi 21 juillet, comme ce fut le cas il y a 15 ans un grand concert rassemblera en effet tous ces jeunes musiciens de 7 à 25 ans au cœur de la ville bastide de Créon (2) afin qu’ils puissent démontrer le caractère universel de la passion pour la musique collective. Aucune prétention dans ce rassemblement de plus de 350 musiciens de 6 nationalités de niveaux sociaux différents, d’origines ethniques différentes, de religions différentes, de cultures parfois éloignées mais une volonté farouche de rassembler dans un monde de rivalités nationalistes exacerbées et de guerre économique omniprésentes. Au sein des orchestres il est aisé de constater que les « migrants » sont nombreux et d’origines parfois très variées mais nul ne songerait à ne pas leur reconnaître leur place dans cette pratique cohérente, homogène, collective, solidaire destinée à produire un moment de plaisir partagé avec le plus grand nombre de personnes possible.
Le festival « Entre2Airs » est beaucoup plus qu’une manifestation musicale. La fraternité, la citoyenneté, la responsabilité, l’autonomie, la solidarité, le courage, la volonté collective constituent les piliers de ce rendez-vous se situant aux antipodes des manifestations importées reposant sur la venue de « noms prestigieux » ou de « vedettes » importées. En Entre Deux Mers le bonheur est dans les prés, dans les cours ou sur les places et c’est un vrai « bol » d’airs frais venus d’ailleurs qui permet de respirer autre chose que les miasmes actuels !

(1) Un DVD racontre cette aventure : le JOSEM école de la vie est sorti et sera en vente
(2) Concert à 20 h 30. 12 ou 10 euros

Une réponse

  1. Bernadette

    Bonjour,
    Avec les jeunes musiciens, d’autres jeunes sont porteurs d’espoirs. Il ne faut pas stigmatiser.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.