La croissance qui doit sauver le gouvernement de déboires financiers pouvant devenir catastrophiques politiquement repose certes sur des mesures concrètes venant de Bercy mais aussi sur une bases psychologique. Un fort prélèvement sur la confiance a été effectué. La rentrée s’annonce à cet égard très difficile surtout après les annonces faites pour les retraités et les fonctionnaires qui ont constitué une forte proportion des votes en faveur de Jupiter. On sent poindre le doute chez bon nombre des adeptes du Nouveau Monde et pire on perçoit une véritable exaspération monter. Malgré ce qu’espèrent les opposants de tous bords elle n’est pas prête à se transformer en contestation massive mais malheureusement à encore davantage d’exaspération conduisant à un rejet plus fort de la « politique » ancienne ous supposée moderne ! Chaque jour ou presque les événements tournent au vinaigre. Psychologiquement l’opinion dominante voit sa défiance croître ce qui ne va pas trader à se traduire dans les sondages. Malgré des replâtrages à coup d’éléments de langage ou de tentatives de minimisation des dégâts la tentation d’Ushuaïa qui a frappé Hulot a constitué le point d’orgue d’un été meurtrier pour le vacancier de Brégançon. Elle a eu l’effet d’un uppercut sur un boxeur déjà dans les cordes après le crochet à la Benalla ou les multiples séries de frappes infligées par la réalité économique. Désormais on risque le KO debout !
Dans ce contexte il faut bien avouer que la mise en place par le fringant stratège Darmanin du prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source peut dès le début de 2019 peut générer une déroute du moral des contribuables qui verront leur fiche de paye ou leur relevé de compte bancaire sérieusement minoré sans que ce soit un libre choix de leur part. Le fameux moral des Français(e)s s’effondrera inévitablement de manière irrationnelle nonobstant les campagnes de pub qui accompagnera ce qu’ils considéreront comme une « saisie » effectuée à l’insu de leur plein gré. La société actuelle a tellement cultivé la notion de choix individuel que toute mesure collective apparaît comme coercitive et donc il sera reproché aux auteurs du prélèvement à la source d’être des fossoyeurs de la liberté individuelle de disposer de ses revenus. Malgré les fanfaronnades de Darmanin il reste en effet encore bien des incertitudes sur les effets d’un décision antérieure au détenteur du pouvoir élyséen.
D’abord la première certitude c’est que le bonimenteur de Bercy a annoncé des saignées dans le nombre de fonctionnaires de services des finances. La collecte de l’impôt qui était rémunérée par le contribuable…via une ligne supplémentaire sur la feuille d’imposition sera mise sur le dos des comptables ou des experts comptables qui accompagnent les distributeurs de salaires ou de prestations. Cette décision de confier au privé ce qui relève de la responsabilité républicaine va permettre des économies de… postes publics mais rendre le principe de la perception de l’impôt extrêmement vulnérable. Seuls les retraité(e)s et les fonctionnaires auront le privilège d’être à nouveau les cibles faciles du dispositif puisque leurs versements seront ceux qu’effectueront les organismes publics.
De nombreuses questions peuvent inquiéter celles et ceux qui contribuent selon leurs revenus. Comment le salarié aura la certitude que les fonds collectés sur son travail sont bien versés dans les délais à l’administration fiscale ? Qu’arrivera-t-il si son employeur met la clé sous la porte et ne remplit pas son engagement à l’égard de l’Etat ? Qui sera responsable en cas de retard de paiement ou d’erreurs volontaires ou involontaires dans le calcul des sommes à verser ? Quid des déductions fiscales (emplois à domicile, dons aux associations caritatives, déductions pour travaux) effectuées en 2018 si elles ne sont pas renouvelées à l’identique en 2019 ? Sur quelles bases seront effectuées les ajustements alors que souvent les dons de solidarité sont effectués en fin d’année civile ou que les travaux donnant droit à exonération fiscale sont imprévisibles ? Comment sera ajusté le changement de strate d’imposition en cours d’année ?
On peut comprendre aisément que Jupiter le pourfendeur de Gaulois récalcitrants hésite à se lancer dans pareille aventure dans la période qui précède les élections européennes. Pour une fois il risque de désavouer l’administration toute puissante de Bercy en jouant le réalisme électoraliste contre les certitudes technocratiques. D’autant qu’en 2018 une majorité de retraités ponctionnés par le prélèvement CSG vient de recevoir sa taxe d’habitation (1) ce qui la rendra encore plus méfiante. S’ils sont propriétaires s’ajoute la taxe foncière, elle-aussi en augmentation…Maintenant je sais que même si un jour je suis un heureux exonéré de ma TH (662 €) elle ne compensera pas les 1230 € de perte annuelle de retraite liée à la CSG… prélevée automatiquement. Comment ne pas être circonspect devant la seule mesure de Hollande ayant trouvé grâce auprès de Darmanin le « bateleur » des finances publiques.

5 Réponses

  1. François

    Bonjour !
    « elle ne compensera pas les 1230 € de perte annuelle de retraite liée à la CSG… prélevée automatiquement. »
    Voyons , J-M : certes, nous pouvons, toi et moi, vu notre âge, avoir la mémoire « ancienne » un peu trouée, mais la CSG créée en 1991 est une trouvaille de la gauche et notamment de ton mentor un certain Michel Rocard.
    Bon ! Paix à son âme mais même si son prélèvement te paraît de plus en plus douloureux ( et j’en conviens!), « il faut rendre à César …. »… et courber l’échine car ces impositions aiguës  deviennent toutes chroniques avec des taux volatils … à la hausse !
    Amicalement

    Répondre
  2. J.J.

    Et les professions dites libérales, ainsi que les commerçants, comment seront ils ponctionnés, et sur quelle base ?

    Répondre
    • faconjf

      @JJ Les indépendants paieront leur impôt sur le revenu au moyen d’acomptes calculés par les services fiscaux sur la base de la dernière situation connue et prélevés mensuellement ou trimestriellement. À revenus stables, ces acomptes correspondront aux prélèvements actuellement à leur charge, sous réserve, pour les acomptes mensuels, d’un étalement sur douze mois et non sur dix. Important : ils correspondront à l’impôt de l’année en cours, et non de l’année précédente.

      Les agriculteurs ayant opté pour l’imposition de leurs revenus selon la moyenne triennale auront des acomptes calculés sur la base de la moyenne des trois derniers exercices connus. Ces acomptes feront l’objet d’un prélèvement bancaire, dans un souci de simplicité pour les contribuables.

      Répondre
  3. faconjf

    Bonjour,
    le PAS ( prélèvement à la source) présente deux inconvénients majeurs aux yeux du méprisant de la ripoublique . Premier inconvénient le patronat est contre, cette opération coûterait entre 26 et 50 € par salarié non compensée pour le moment … Selon Michel Sapin, Emmanuel Macron subirait « la pression d’un lobby patronal qui est important ».
    Et le net en bas de la feuille de paye étant réduit (de 10 à 20 % en moyenne) pour ceux qui sont soumis à l’impôt va entrainer des demandes d’augmentations et créer des distorsions entre salariés effectuant le même travail. Ainsi le groupe BNP Paribas a décidé qu’à partir du mois de janvier le salaire annuel de tous ses collaborateurs salariés en France sera versé en douze mensualités au lieu de treize aujourd’hui. Le treizième mois, traditionnellement versé en fin d’année, disparaît donc, pour être lissé au fil des mois. Pour amortir psychologiquement le PAS.
    Le patronat est donc hostile à ce nouvel uniforme de collecteur d’impôts peu attrayant.
    Le deuxième inconvénient étant d’ordre psychologique pour le salarié considérant son bulletin de salaire amputé risque de réduire sévèrement sa consommation.
    Une telle attitude aurait pour effet de contracter encore plus une croissance déjà peu vaillante avec pour résultat une baisse des rentrées fiscales et une hausse du chômage.
    Bref au plus bas dans les sondages, le méprisant se tâte, faut il céder aux amicales pressions des patrons et des amis de la REM ? ou faut-il qu’il cède à son orgueil démesuré ? Je crois avoir la réponse.
    Salutations républicaines

    Répondre
  4. JJ Lalanne

    Ras le bol de faire une déclaration de revenus pour ma retraite dont le montant est connu. Maintenant si certains sont gênés de devoir se singulariser parce qu’ ils ponctionnent des salariés via leurs porte-feuilles d’ actions ou les loyers qu’ ils perçoivent… Pourquoi ne pas rendre public les ressources de chacun comme pour certains politiques. Cela ferait déjà taire bien des faux-culs. Les dons et autres se traduisant par un avoir ne sont pas un gros problème dans la mesure où un virement peut compenser, comme cela se fait déjà dans bien des cas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.