Il arrive que dans une équipe gouvernementale il y ait un ministre ou deux qui, beaucoup plus que les autres, symbolisent la réalité des orientations politiques mises en œuvre. En fait Edouard Philippe a deux cailloux dans sa chaussure avec Castaner qui lui a été imposé au Ministère clé de l’Intérieur et Darmanin dont l’arrogance permanente renforce le sentiment que rien ne compte hors le fric. Tous deux brillent par leurs déclarations méprisantes sous le prétexte qu’ils maîtrisent les deux secteurs clés que sont la sécurité et les finances. Depuis quelques jours ils enchaînent les déclarations fracassantes comme pour justifier leur statut de « grandes gueules » inconditionnelles. Une concurrence dans l’outrance expliquée par le fait que le « Nordiste » de droite a longtemps été persuadé qu’il aurait le poste du « Sudiste » ex-de gauche, place Bauveau !
Après un discours à la Sorbonne, le Ministre de l’Action (taxation à tout va!) et des comptes publics avait réagi sur Twitter, affirmant que « pointer la déconnexion, ce n’est pas la revendiquer ». Il est vrai qu’il avait besoin de se dédouaner de propos pour le moins discutables. « Nous devons tous intégrer et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c’est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu’un et que vous ne prenez pas de vin. » Cette référence avait vite provoqué l’ire de dizaines de milliers de personnes pour lesquelles une somme pareille est incompatible avec leur train de vie ! En effet il existe bien des gens dans notre pays qui ne peuvent même pas aller au restaurant…. C’est là qu’est le vrai problème : même sans sa politique d’augmentation des taxes absolument inégalitaire l’accès à des lieux culturels, économiques, de loisirs n’est plus possible pour ces classes moyennes au cœur des contestations actuelles ! Il se croit malin en leur forunissant des arguments pour aller encore plus loin dans leur détresse !
La seule référence aux « restaurants » parisiens de ce niveau est injustifiable pour des classes populaires qu’il précipite ainsi dans la populisme ! J’ai eu l’occasion de le croiser lors d’une réunion de propagande sur la fiscalité tenue à Bourg sur Gironde début juillet… Ce jour-là ses propos révélaient une méconnaissance absolue de la réalité des collectivités locales mais il était visiblement outré que l’on puisse lui dire tellement ce Ministre a une haute idée de sa personne (pas très grave!) mais surtout de ses décisions (dont on voit l’efficacité). Il jugeait, dénonçait, affirmait, extrapolait, donnait la leçon en toute quiétude avec l’arrogance de celui qui sait et qui doit évangélisait des troupes ignares ! Le contredire était inadmissible !
La venue de la «  retenue à la source » dans un peu plus d’un mois va encore mettre en évidence sa vanité. Il est certain que dans le contexte actuel les sommes reçues par les salarié(e)s, les retraité(e)s après des fêtes de fin d’année difficiles, ne va pas forcément diminuer la colère actuelle. « J’ai dit qu’il y avait des choses qui relevaient du scandale et qu’il y avait une frustration très profonde entre ceux qui bossaient, ceux qui avaient du mal à s’en sortir et le fait effectivement qu’un certain nombre de personnes vivent dans un monde déconnecté et prennent des décisions qui peuvent apparaître déconnectées » ; C’est de l’autodérision sauf s’il de publie toutes les notes des restaurants qu’il a fréquentés depuis un mois et dont… il a assuré le règlement de l’addition sans se la faire rembourser par son Ministère. Il a creusé le fossé déjà profond entre la réalité que les gens vivent et la manière dont l’élite au pouvoir la perçoit !
Le Ministre de l’Intérieur n’est pas mieux. Son exploitation strictement politicienne des événements désastreux des Champs-Élysées comme il l’avait fait antérieurement des statistiques sur les blessés et les morts est pitoyable. Soulignant un « fort affaiblissement de la mobilisation et pointant l’implication de « l’ultradroite » dans les violences, il s’est ridiculisé puisque la très grande majorité des analystes parlent de bandes de casseurs venues de la périphérie parisienne et notent qu’encore une fois parmi les « gilets jaunes » même s’il est indiscutable que certain(e)s aient une vraie tendance à se venger des pouvoirs successifs en votant ou en menaçant de voter aux extrêmes il ya des gens sincères qui se entent méprisés !. Castaner a des réactions que les pires ministres de l’Intérieur qui l’ont précédé on eu.
Il va féliciter les forces de l’ordre qui ont « repoussé les séditieux » qui « ont répondu à l’appel notamment de Marine Le Pen et veulent s’en prendre aux institutions comme ils veulent s’en prendre aux parlementaires de la majorité. » On ne peut pas plus faire de décalé par rapport à ce que n’importe quel élu local constate dans le quotidien. C’est une faute grave qui discrédite encore plus l’élite politique : la seule réponse à une lame de fond (bien des gens n’ose pas revêtir le gilet mais il le soutienne) a été l’affirmation que celles et ceux qui souffrent sont des « séditieux » !
En mai 68 un certain Christian Fouchet déclarait que les étudiants étaient « infiltrés par des spécialistes éduqués à l’étranger, notamment à Cuba » et le Ministre des finance d’alors ajoutait : (…) « derrière ces agitations une manipulation politique, c’est-à-dire une volonté de certains groupes ou groupuscule d’affaiblir le gouvernement et l’État ». Quant à Marcellin qui arriva la 31 mai place Bauveau il affirma des années plus tard que les révoltes étaient inadmissible car « elles faisaient baisser les cours de la bourse ! » Comme quoi les mêmes causes produisent des déclarations identiques avec les conséquences que l’on connaît !

9 Réponses

  1. J.J.

    Tout cela est dans le droit fil des rafarinades et autres déclarations scandaleuses et inadmissibles, faites par des individus qui n’ont jamais lu, ni même peut être entendu parler de la Déclaration de Droits de l’Homme et du Citoyen.
    Quintidi 5 frimaire an 227

    Répondre
    • Bruno DE LA ROCQUE

      Les raffarinades me paraissent aujourd’hui du pipi de chat par rapport aux multiples sorties orales d’E. Macron ministre, candidat puis président (illettrisme, éthylisme, costard, traverser la rue, ne pas se plaindre, etc) et des deux zèbres dont nous entretient Jean-Marie ce jour. Darmanin m’est insupportable (rien que sa tronche : aïe délit de faciès !), mais venant de la bonne droite libérale je ne m’attends pas à mieux. En revanche Castaner, mâtin de garde (pléonasme) qui vient des rangs socialistes (nos rangs) me ferait presque apprécier Gérard Collomb. Ce dernier aurait-il envenimé de telle façon la confrontation gilets jaunes VS pouvoirs publics ? Aurait-il organisé -par défaut- les dérapages dans ce (beau) quartier sensible, filmés et commentés par le monde entier ? Aurait-il ce discours de matamore ?

      Répondre
      • J.J.

        Les rafarinades ont donné le ton, maintenant on peut faire de la surenchère.
        Lorsque je vois apparaître Darmanin, je change de chaîne, il me rappelle certaines émissions de Radio Paris, celui qui mentait.
        Le Castaner, dont la famille est originaire de la Charente peut faire le malin, moi quand je pense à ses ancêtres, ça me fait bien rigoler ….

  2. Ménière Jean-Marie

     » En septembre 1963, le général de Gaulle conspuait en ces termes la politique politicienne et ses artifices en parlant de lui à la troisième personne du singulier : « L’essentiel, ce n’est pas ce que peuvent penser le comité Gustave, le comité Théodule ou le comité Hippolyte. L’essentiel pour le général de Gaulle, président de la République française, c’est ce qui est utile au peuple français, ce que sent, ce que veut le peuple français. J’ai conscience de l’avoir discerné depuis bientôt un quart de siècle, et je suis résolu, puisque j’en ai encore la force, à continuer de le faire. »  » … mais « le danger pour la démocratie c’est quand le peuple devient une foule incontrôlable » … voilà des dires à resservir en l’occurrence.

    Répondre
  3. faconjf

    Bonjour,
    un peu d’humour si vous le permettez.
    EXCLUSIF !!! Notre envoyé spécial BFM ( Bien Flatter Macron) TV est en mesure de vous révéler le rapport final du Haut Conseil pour le Climat qui sera nommé mardi prochain par l’Impérator ( victorieux des irréductibles Gilles et John) Président E. Mac Rond.
    Le merrrrrveilleux Yannick Jadot (faire plaisir à Mac Rond) président du comité et ses deux vice-présidents Pascal Canfin ( de mandat) et Laurent Berger ( des brebis de la cfdt) nous ont révélé les conclusions attendues par le pouvoir et qu’ils livreront dans 3 mois.
    Article 1:
    Le réchauffement climatique ne se discute pas.
    La politique écologiste ne se discute pas.
    La politique nucléaire de la France ne se discute pas.
    La transition énergétique ne se discute pas…
    La fiscalité ne se discute pas.
    Article 2:
    Les Français doivent subir les hausses de taxes écologiques, ou réputées comme telles, sans manifester ni compromettre en aucune manière la libre circulation des marchandises et capitaux indispensables à l’enrichissement des premiers de cordées.
    Article 3:
    Seront considérées comme fake news toutes publications nuisant à l’image inaltérable de la France « phare mondial de l’écologie ». La police de la pensée aura tout pouvoir pour poursuivre et sanctionner les auteurs en lieu et place des tribunaux.
    Article 4:
    Le conseil émet le vœux que NOTRE IMPERATOR PRÉSIDENT puisse être promu Maréchal de France pour sa victoire incontestable sur les irréductibles Gilles et John.
    Nota: Les membres du Haut Conseil pour le Climat remercient chaleureusement l’Impérator Président pour les substantiels émoluments payés par les contribuables Français.
    Le vice-président Laurent BERGER souhaiterait que le montant des indemnités de repas soit revalorisé ( 100€/repas c’est trop juste à Paris)
    Dernière minute : P. Canfin et Y. Jadot se désolidarisent de L.Berger .
    Salutations républicaines
    j’espère vous avoir fait sourire … 😉

    Répondre
    • Bruno DE LA ROCQUE

      Laurent Berger reste constant dans sa conception du syndicalisme de concertation et de compromis lorsqu’une confrontation coûteuse et inutile peut être évitée. On reste dans la Ligne d’Edmond Maire, et dans ce que jacques Delors et Michel Rocard ont toujours souhaité du rôle des corps intermédiaires et du syndicalisme. Cette conception très Europe du Nord nous heurte. En 2006 et 2007, durant la campagne de Ségolène Royal, nombre de militants qui ont agi en souhaitant sa victoire l’ont fait parce qu’elle avait bousculé les lignes, souhaité un syndicalisme fort car nombreux à la base (adhésion syndicale à l’embauche).
      Autant je comprends, et je suis en capacité d’adhérer à, toute « radicalisation » sur nos options « de gauche », autant je considère qu’obtenir du pouvoir d’achat, de la justice sociale et fiscale, et l’écoute de l’exécutif par la concertation et la négociation, sont des attitudes de gauche, positives, constructives.

      Evidemment, dans ce schéma qui se dessine… il ne faudra pas perdre de vue (et d’ouïe) que l’injustice ressentie par nos concitoyens (soutien à 72% des motivations de l’action des gilets jaunes) passe aussi par des « cadeaux » incompréhensibles aux « riches » et qu’équilibrer la balance consiste à alléger un plateau fiscal en rechargeant l’autre…

      Répondre
      • faconjf

        @Bruno DE LA ROCQUE La CFDT je connais un peu de l’intérieur ( 1968 à 1995) et comme militant syndical et social (1972-1992). Un histoire qui n’est pas un long fleuve tranquille, j’y ai adhéré alors qu’elle était dans l’idéologie autogestionnaire. Idéologie héritière du courant progressiste et humaniste (soutien à la décolonisation, à la légalisation de l’avortement, prise en compte des droits spécifiques aux femmes, qui accèdent de plus en plus massivement au marché du travail, et du sort des immigrés ). l’analyse Marxiste de la CFDT d’alors (Proche de Rocard et du PSU) a opéré sa mue et très largement viré à droite. Depuis le recentrage de 1977 jusqu’à l’arrivée de Notat en 1992 ( la tsarine) de reculades en renonciations la CFDT à fini dans la Kolaboration avec le soutient du projet de réforme de la Sécurité sociale du Premier ministre RPR Alain Juppé en 1995. Année ou j’ai déchiré ma carte syndicale pour ne plus jamais me syndiquer. On n’est jamais trahi que par les siens, dit le proverbe. Ma haine pour les kolabos de la CFDT n’a jamais été déçue.
        Cordialement

    • faconjf

      @JJ belle citation ! de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais ( Le Barbier de Séville ). Également espion et marchand d’armes pour le compte du roi, c’est un homme d’action et de combats qui ne semble jamais désarmé face à un ennemi ou à l’adversité. J’aime aussi celle-ci « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur, il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits ». Dans les petits hommes les 2 cités par JMD me semblent bien mériter ce qualificatif…
      Cordialement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.