En été le sport favori reste bel et bien l’arrosage ! Il faut à la fois de l’endurance, de la technique et une efficacité pour espérer atteindre le but : améliorer ses performances d’une année sur l’autre. Le premier choix dans cette discipline reste le moment où on la pratique. Il existe deux écoles : celle du soir tard et celle du matin de bonne heure ! Et durant la période estivale il est aussi mal aisé de se fixer sur un créneau horaire plutôt que l’autre. Les objectifs sont cependant bien différents dans un cas ou dans l’autre : il y a arrosage du matin et arrosage du soir ! Le premier consiste alors que le soleil n’a pas encore fait ses ravages sur le jardin à donner à boire aux plantes ou aux fleurs de votre propriété ou, cas plus grave, à celles que l’on vous a confiées. Le second a un but humanitaire affirmée puisqu’il se propose de rincer la dalle à quelques amis en une circonstance particulière. Si le procédé est le même (user du liquide) on n’arrive pas nécessairement au même résultat !

L’arrosage matinal permet à terme aux bénéficiaires de la prestation de se requinquer, de se développer, de s’épanouir. L’arroseur a souvent des consignes horaires très précises car il peut s’il traîne un peu faire plus de mal que de bien. L’eau de vie renforcée par un ajout dopant se conjugue en effet mal avec la chaleur excessive ! Elle condamne en cas de retard ou d’oubli les « arrosés » qui supportent mal le soleil et qui tournent facilement de la feuille. Afin d’éviter pareille mésaventure des jardiniers prévoyants installent l’arrosage automatique programmé.  Ce système sophistiqué évite en temps ordinaires, de se lever dès potron-minet pour distribuer sans efforts leur pitance à des végétaux en souffrance estivale et en cas d’absence il garantit les ressources nécessaires par exemple pour une pelouse susceptible de bronzer plus vite que ses propriétaires. La rosée ne lui suffit pas même si elle, comme bien d’autres, adorent ces perles vivifiantes et fraîches.

Pour les autres arroseurs manuels c’est souvent une phrase magique donnée à un membre de la famille ou à une voisine compatissante au moment du départ qui règle tout : « Tiens voici la clé, tu arroseras régulièrement mes fleurs, tu te ramasseras les haricots verts et tu donneras à manger au chat ! ». Ce sont les consignes les plus répandues en juillet et août. Elles ne sont respectées que si celle ou celui qui les reçoit, a conscience de l’enjeu affectif que peut représenter un massif de fleurs, une jardinière de géraniums ou un potager pour celle ou celui qui l’abandonne. D’ailleurs souvent le donneur d’ordres téléphone régulièrement pour certes parler de la pluie et du beau temps mais surtout pour s’enquérir des souffrances du jardin et de la déprime du félin abandonné !

Il existe en effet des abandons douloureux de patrimoine végétal ou d’animaux dont la compagnie n’est plus amusante car les vacances sont prioritaires sur toute considération affective ! Tous les spécialistes vous le diront seul l’arrosage matinal est recommandé et doit être pratiqué et il ne faut pas transiger avec ce principe sous peine de voir péricliter ce que l’on a soigneusement élevé ! Un désastre au retour du Pangloss défenseur inconditionnel de la théorie voulant que pour vivre heureux il faille avant tout cultiver (un) jardin.

D’ailleurs c’est le point commun entre les arrosages matinaux et ceux nocturnes : la recherche du bonheur ! Il existe dans cette perspective des adeptes moins candides qui ne croient absolument pas qu’en été l’aube soit le moment propice à la rencontre avec l’eau de vie ! En fait en cette période de la journée les tenants de l’arrosage nocturne se mettent au vert car ils sont mal en point après avoir tenté toute la nuit d’éviter un dessèchement de gosier. Ils ont souvent attaqué l’apéro à la nuit tombée en compagnie des plus jolies « plantes » qu’ils ont pu rencontrer pour poursuivre en bandes organisées dans des espaces climatisés où ils laissent toutes leurs liquidités au comptoir.

Il existe aussi des sources agréables appelées parfois pince-fesses, buffet campagnard, garden-party ou apéro dînatoire qui se pratique sur une terrasse ou justement dans un parc parfaitement entretenu et arrosé pour la circonstance ! Plus de robinets à la barrique comme au temps des gerbaudes familiales mais de nouveaux dispositifs du genre « box » ou « cubi » autorisant une dangereuse forme individuelle de dosage privilégiant la liberté et l’égalité d’accès et favorisant la fraternité des arroseurs et des arrosés.  On s’arrange aussi en ces chaudes soirées à masquer des liquides prohibés par un proche sourcilleux. Le jus d’orange ou le Coca constituent des alibis de premier ordre pour se parer d’une image de convive parfait.

Qu’ils célèbrent en été un événement heureux ou qu’ils aient besoin de noyer leur chagrin les arroseurs du soir pratiquent de plus en plus la mise en bière et de moins en moins le « rire jaune ». La tendance est en effet aux canettes dopées quand le Ricard n’a plus l’heur de plaire. Et si les plus âgés préfèrent la vie en rosé ils sont souvent dépassés par le sexe féminin qui adore se taper quelques petits blancs !  Le résultat reste cependant souvent le même.

Quand l’arroseur matinal s’éveille celui du soir va souvent se coucher.  Il fuit les lieux de ses exploits le plus vite possible car il sait que le soleil va singulièrement le ratatiner s’il ne se cache pas sous la couette durant quelques heures. Les belles « plantes » du soir sont elles aussi vite fanées surtout si elles ont bénéficié d’un soin particulier de jardiniers séducteurs.

Dans le Sud-Ouest de la France à Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan et dans de nombreuses autres villes on organise même des camps d’entraînement nocturnes avec arrosages intensifs. Et ce ne sont pas des salons du jardinage mais ce que l’on appelle des ferias ! Aux abreuvoirs des bodegas on n’y distribue pas que de l’eau pour le plus grand plaisir de celles et ceux qui viennent uniquement pour picoler ou tester leurs limites. On les retrouve à l’aube incapables de faire le trottoir jusqu’à un lit et contre les murs s’ils pissent comme ils pleurent c’est pour simplement éliminer.   Impossible alors de compter sur eux pour s’occuper des parterres ou des espaces verts qu’ils ont souvent piétinés toute la nuit !  Ils tournent et ils virent ivres mais plus forcément de bonheur. 

Ils rangeront leurs souvenirs dans la malle ad-hoc et quand l’heure viendra de la fin des vacances estivales et qu’il leur faudra repartir cultiver leur jardin, ils constateront amèrement qu’ils possèdent l’entraînement nécessaire pour supporter l’intense boulot du leveur de coude institutionnel ou occasionnel. Rendez-vous sera alors pris pour l’été prochain. Il arrive parfois que parmi eux des gens bien sous tous rapports aient négligé tous les matins leurs plates-bandes ou leurs jardinières pour se préoccuper seulement de leur propre besoin en liquide nutritif du soir. Ces déserteurs des matins à rosée pour le moment plus distractif des soirées à rosé illustrent les facettes des vacances durant lesquelles désormais il faille oublier un quotidien fastidieux pour s’éclater !

Une réponse

  1. Bernadette

    En arrosant le soir, là fraîcheur de la nuit aide la plante à se revigorer.
    Les brumes matinales sont l’évaporation de l’air humide qui provoque la rosée.
    Une fontaine de rosée de la marque Tutiac est très bien pour les arrosages. Le rosé se garde bien dans ces fontaines.
    Non pas de jus d’orange crémeux et de coca colac qui font beaucoup de mal au foie.
    Essayez de mettre un morceau de viande dans du coca et vous verrez qu’il va se décomposer.
    Femme de la terre, je ne pars pas en vacances, je ne peux pas sacrifier la récolte du potager et le bien être des animaux vivants avec moi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.