LA CRISE, DITE DES « GILETS JAUNES », A AMPLEMENT DÉMONTRÉ QUE LA FRACTURE ENTRE LES ÉLU.E.S DE TOUS NIVEAUX ET LES CITOYEN(NE)S S’AMPLIFIAIENT AU RISQUE DE DEVENIR IRRÉMÉDIABLE. LA « RÉCONCILIATION » PASSERA PAR UNE NOUVELLE DONNE EN MATIÈRE DE GESTION LOCALE DE PROXIMITÉ. IL FAUT POUR CELA RELANCER L’AUTOGESTION ASSOCIATIVE CITOYENNE !

 

            Dans mon dernier livre « le partage du pouvoir local », je (1) restitue un long cheminement ayant permis de structurer la République autour de sa cellule de base qu’est la commune et apporte une vision moderne et argumentée sur la gestion des collectivités locales.

            L’autogestion locale, appelée aussi la « gestion associative citoyenne » transforme les rapports entre une équipe municipale et les habitants, fortement impliqués dans la gestion de la quasi-totalité des activités sociales, culturelles, sportives, environnementales ou de loisirs. Elle sert de support à des structures multiples, non délocalisables, ne reprosant pas sur le profit, relevant de l’économie sociale et solidaire. Créon en est un exemple !

            Pour les municipales 2020, c’est l’une des voies possibles que les futurs conseils municipaux devront ouvrir. Ils éviteront ainsi d’être frappés par le rejet latent qui touche les acteur.trice.s d’une démocratie représentative de plus en plus menacée. Ils relanceront une dynamique citoyenne dont notre pays a grand besoin.

            Renforcer la présence et la qualité des services au public, préserver la qualité des rapports humains, impliquer le maximum de personnes dans l’action politique concrète, partager de manière responsable et raisonnée la gestion collective, renforcer la démocratie participative en allant au-delà de la concertation, faire des principes associatifs ceux du partage du pouvoir local : autant d’actions concrètes réalisables dans le cadre de l’autogestion citoyenne.

            Si la citoyenne et le citoyen reviennent au centre des décisions et de la gestion de la vie collective, la confiance reviendra. C’est un enjeu majeur pour la démocratie locale de demain. C’est un enjeu majeur pour la République.

            Ce livre lance un autre vrai « grand » débat sur la place des citoyen.ne.s dans la gestion locale à partir d’une expérience réussie et maîtrisée.  Qui s’en saisira ?

(1) Plus de 50 ans d’action associative, militante, élective locale ou nationale dont plus de 30 comme conseiller municipal ou maire de la ville bastide de Créon (33), conseiller départemental de la Gironde, ancien secrétaire général adjoint de l’association des Maires de France ; ancien président du club des villes et territoires cyclables je n’ai jamais cessé de développer une forme d’éducation populaire,  pédagogie active de l’action publique portée par l’autogestion associative citoyenne.

 

Sortie de 18 octobre 2019.  Éditions Le Bord de l’Eau 212 pages 20 € Contact auteur : 06 08 05 64 23  jmdarmian@club-internet.fr   Blog personnel :  www.jeanmariedarmian.fr