De tous temps les épidémies ou les pandémies ont affolé les sociétés humaines provoquant des réactions collectives irrationnelles ou paniquées. C’est ainsi qu’au cours des siècles sont apparues des maladies réputées susceptibles de décimer l’humanité. La peste est probablement la plus emblématique de toutes. Elle a terrorisé les civilisations réputées organisées sans parvenir toutefois à les détruire.

La peste est apparue pour la première fois en Europe et dans le bassin de la Méditerranée selon les historiens, en 541-542, au temps des rois mérovingiens. Par ses ravages brutaux, en particulier à Byzance et dans le monde méditerranéen, elle a ruiné les efforts d’expansion des empereurs romains. Depuis cette époque la population, affaiblie par la misère et l’insécurité propres aux temps barbares va subir les assauts d’une maladie ayant connu son plus grand impact au XIV° siècle.

Durant ces périodes le commerce maritime méditerranéen ou les voyageurs arrivant du cœur de l’Asie En débarquant à Marseille le 1er novembre 1347, les Génois spécialisés dans les aller-retour avec la Chine ou l’Inde vont importer ce qui est considéré comme un fléau inexplicable.

L’épidémie se développe d’autant mieux et plus vite que la population est épuisée. Après trois siècles d’expansion démographique, l’Europe est saturée d’hommes que les sols peinent à nourrir. Les disettes, famines et « chertés » se font plus fréquentes et à ces pénuries alimentaires s’ajoute la guerre entre Français et Anglais.

Les Européens croient au début que les miasmes de la peste se répandent par voie aérienne. Aussi n’ont-ils rien de plus pressé, lorsque l’épidémie atteint une ville, que de fuir celle-ci. Or c’est la pire attitude car elle a pour effet d’accélérer la diffusion de l’épidémie. La « Grande Peste » ou « Peste noire » va ainsi tuer en quelques mois jusqu’à 40% de la population de certaines régions. En quatre ans, 25 à 40 millions d’Européens vont en mourir. Ce phénomène va se répéter au fil des siècle pour arriver jusqu’à notre époque.

En 2013 par exemple, 783 personnes ont eu la peste dans le monde et 126 en sont mortes. Depuis le début des années 1990, la plupart des épidémies se sont produites en Afrique, principalement en République démocratique du Congo et à Madagascar. Des cas ont été signalés dans une vingtaine d’autres pays, notamment en Algérie, en 2003, où la peste avait disparu depuis 1945. On ne dit pas qu’aux États-Unis, de 1 à 17 cas humains sont repérés chaque année.

Mais selon les experts elle pourrait faire un retour plus dangereux sous l’impulsion des changements climatiques. On craint aussi que d’autres bactéries deviennent résistante aux antibiotiques. On ne dispose pas non plus d’un vaccin efficace. L’OMS considère déjà la peste comme une maladie réémergente. La panique n’existe pas sur ces situations puisqu’elles ne sont jamais médiatisées. Un ou deux cas de peste en France provoquerait-il un mouvement d’angoisse collective ?

La Chine vient de confirmer un deuxième mort du nouveau coronavirus en dehors de la zone principale où se propage l’épidémie, qui a tué au total une cinquantaine de personnes. Cette patiente est morte dans le nord-est du pays, à plus de 1 800 km de Wuhan, où ont été comptabilisés la grande majorité des cas de contamination et des décès dus au virus depuis décembre.

Le nombre de cas atteint désormais de près de 1500, et le nombre de cas suspects dépasse 2000, selon les autorités chinoises.Selon le correspondant de France télévisions « Wuhan est une ville de pestiférés, les habitants ont l’impression d’être des parias.

Par conséquent, les gens sont tendus. » toutes les entrées et sorties sont bloquées. Pour lui «les premiers cas de maladie liés au coronavirus ont été décelés au mois de décembre et cela n’empêchait personne de dormir la nuit. Les gens ont conscience qu’il ne s’agit pas d’une maladie avec un haut taux de mortalité. La plupart des patients qui sont morts étaient âgés, affaiblis, ou déjà atteints d’une maladie(…)

Mais voilà trois cas se sont déclarés en France et ont été pris en charge et la psychose va débuter. Sur les réseaux sociaux des parents demandent à leur maire de la proche banlieue bordelaise quelles mesures il compte prendre lundi pour endiguer la contamination à… l’école maternelle du village. Des réflexes sociaux ancestraux qui perdurent. relisez donc ma bible qu’est La peste de Camus.

Or les « pestes » se succèdent dans notre monde moderne : les grippes, Ebola, le SRAS, les coronavirus… et l’OMS ne sait plus où donner de la consigne. Le seul espoir devient alors dans une société mondialisée impossible à enfermer dans des quarantaines interminables, le progrès scientifique protecteur. Et à cet égard on peut constater que la recherche médicale devient trop importante pour qu’on la laisse filer à des intérêts incontrôlables.