IL EST TROP TARD POUR JUGER

Près de deux millions de personnes, doit 5,6% de la population âgée de plus de 18 ans, déclarent avoir été agressées physiquement ou sexuellement en 2005 et 2006, selon une enquête de victimation de l’Observatoire national de la délinquance (OND). Cette enquête menée au premier semestre 2007 en partenariat avec l’Insee, a consisté à interroger plus 17.000 personnes représentatives de la population française  » sur les atteintes qu’elles ont pu subir récemment et leurs opinions en matière de sécurité « . Mais que font donc et qu’ont donc fait le gouvernement et la Président de la République pourtant spécialisés dans la lutte contre l’insécurité durant cette période ? Incroyable ! Nous qui nous sommes crus en sécurité nous étions encore plus menacés qu’antérieurement!  Selon ses projections, 930.000 personnes âgées de 18 à 60 ans ont déclaré avoir été victimes de violences physiques par une personne ne vivant pas avec elles et 315.000 ont subi des violences sexuelles en dehors de leur foyer. Elles sont 891.000 – 584.000 femmes et 307.000 hommes – à avoir été victimes de violences physiques et sexuelles au sein de leur famille. J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet dans L’AUTRE QUOTIDIEN (www.darmian.net) car il prend une dramatique ampleur.

 » Peu ou mal connue jusqu’à aujourd’hui, la violence à l’intérieur des ménages révèle un phénomène d’une fréquence comparable à celle des autres violences physiques « , résume l’OND. Les hommes sont majoritaires parmi les victimes de violences physiques  » hors ménage « . Les femmes ont été en revanche plus nombreuses à subir des violences physiques ou sexuelles au sein du ménage ou sexuelles en dehors.

Concernant les atteintes aux biens, l’OND a enregistré entre 2005 et 2006 une baisse de 1% des vols et tentatives de vol de voiture et une stabilité des vols personnels (deux-roues, cambriolages, etc) ce qui révèle l’ampleur des… résultats de la politique de celui qui fut ministre de l’intérieur durant cette période. En fait jamais peut-être les résultats n’avaient été aussi mauvais mais l’essentiel consistait à faire croire le contraire. Et son principal mérite c’est d’y être parvenu pour être ensuite récompensé.

Il n’y a donc pas eu de miracle : la violence sous toutes ses formes, portée par une société de plus en plus inhumaine, n’a jamais été jugulée car il n’y a pas d’autre réponse que celle de la prévention, de l’éducation et de la formation. L’organisme conclut, en effet, sur un an, à une  » stabilité  » du sentiment d’insécurité. Il constitue le fond de commerce utile pour se ravitailler le moment venu en  » voix silencieuses « … De toutes manières c’est trop tard pour réagir. Le mal est fait. Dommage que l’étude n’ait pas été connue en… mars dernier !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.