Du consommateur-contribuable à l'habitant-citoyen !

charte pacte citoyen couvA Créon, le pacte social, citoyen, et durable a débuté avec la nouvelle mandature. Il ne s’agit plus de proposer aux habitants un « programme » électoral détaillé, mais une méthode de gestion donnant un sens aux décisions prises. Ce document, élaboré il y a maintenant un an, a été distribué dans tous les foyers communaux, afin que les appréciations légitimes portées sur la vie locale se réfèrent à une triple orientation transversale.

Ce lundi 6 juillet à 20 heures dans la salle… citoyenne de l’Hôtel de ville de Créon se tiendra la rencontre bilan d’une première année de mise en œuvre du pacte. L’occasion, pour les personnes du Créonnais les plus motivées, de vérifier que l’équipe municipale a bel et bien tenu ses engagements.

. Il n’est plus possible, en effet, de se contenter d’empiler les décisions ou les réalisations sans tenir compte de leur impact sur l’avenir. Force est de constater que la société actuelle s’est trop longtemps contentée des apparences, sans mesurer véritablement leur impact ultérieur, souvent néfaste.

En innovant, et en nous obligeant à inclure les procédures et les réalisations dans une trame « politique », nous avons choisi de formaliser des références qui sont parfois dispersées dans des secteurs différents. Nous avons renoncé à un Agenda 21, pour laisser ce beau projet à l’intercommunalité. Le pari intervient au moment même où les difficultés financières se profilent, et où l’identité Créonnaise, fortement développée depuis deux décennies, va disparaître dans une future métropole indifférente.

La priorité 2008-2009 aura été de renforcer le statut de ville citoyenne pour Créon. C’est devenu essentiel, car nous demeurons persuadés que rien n’évoluera sans un changement profond des mentalités. Les élus locaux ne peuvent plus avoir, face à eux, uniquement des « consommateurs-contribuables », car toute modification des comportements, indispensable à la préservation collective de la planète, se heurte à cette dure réalité.

Dans cette direction, nous avons fortement renforcé et diversifié « l’information directe », sur le principe que, dans le contexte médiatique actuel, le « penser local » et « l’agir local » méritent des explications permanentes. La réussite exceptionnelle de « Télécanalcreon » (www.telecanalcreon.fr) illustre la réussite de cette orientation. Si celle-ci est visible, on trouve bien d’autres initiatives permettant aux gens qui le veulent d’accéder à la gestion communale. Les autres volets (réunions, comités consultatifs locaux, rencontres citoyennes, formation des enfants…) restent souvent inédits, mais encore trop méconnus des habitants nouveaux, ou englués dans leur trajet domicile-travail !

Dans le domaine social, le « partage » reste l’élément moteur des décisions prises. Augmenter les opérations de lien social, tenir compte des difficultés financières, développer les actions intergénérationnelles, soutenir la vie associative sous toutes ses formes, deviennent des objectifs concrets encore plus précieux qu’antérieurement. L’intercommunalité dans laquelle les élus locaux créonnais s’impliquent concrètement et durablement (Solidarité en Créonnais, Loisirs Jeunes en Créonnais, centre socioculturel intercommunal, Kaléidoscope, CCAS, Banque alimentaire…) reste encore le niveau le plus efficace. L’équipe municipale participe à la gestion directe de ces structures, et parfois les anime avec dévouement.

Il reste le volet environnemental, souvent le plus visible mais pas nécessairement le plus important. Il est vrai que, dans les politiques de développement durable, on ne remarque que les effets matériels. La ville de Créon a fortement travaillé dans trois domaines : l’eau, l’énergie, les pratiques. Des décisions dans ces trois domaines (fin du puisage de l’eau potable dans la nappe profonde, remplacement des lampes d’éclairage public, et modification des méthodes de nettoyage des locaux publics –absence de produits d’entretien chimiques-) ont été engagées… et terminées, après parfois de longues années de réflexion et de négociations.

Depuis des semaines, au plan national, la communication institutionnelle affirme que les lois dites « Grenelle » vont révolutionner la vie collective. Le seul oubli, c’est que si les textes sont nationaux, leur financement et leur mise en œuvre dépendront en grande partie de la volonté de ces élus locaux, qu’il faut soit disant réduire et standardiser. A vérifier lundi 6 juillet à 20 heures pour toutes les personnes intéressées !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.