Un rayon de soleil démocratique…bienvenu

C’est sur ce blog, le 14 juillet dernier, que je faisais part de mon intention de consulter la population créonnaise sur la création d’une métropole couvrant la superficie exacte du syndicat Mixte d’élaboration du schéma de Cohérence territoriale de l’agglomération bordelaise. Le contenu de l’avant-projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales laissait accroire que le périmètre fixé en bout de course d’une pseudo liberté accordée aux communes (majorité qualifiée), relèverait de la seule compétence du Préfet ! Cette initiative a été concrétisée par une délibération unanime du conseil municipal le 6 août dernier, et surtout, a bénéficié au cœur de l’été d’une bonne couverture médiatique, ce qui a permis de poser… le problème du périmètre métropolitain sur la place publique. Mal m’en a pris !

Il est vrai que le concept de départ ( « l’avenir des collectivités n’appartient pas au gouvernement quel qu’il soit, mais aux  électeurs citoyens qui les font vivre ») reposait sur une position de l’Etat républicain qui souhaitait absolument mettre en oeuvre (du moins sur le papier, puisque les décrets ne sont jamais totalement parus) les « référendums d’initiative locale décisionnels » piliers d’une nouvelle démocratie participative. Dommage, je m’étais trompé !

La réaction du Préfet de Gironde n’a pas tardé : véto absolu avec des considérations juridiques pour le moins hasardeuses, prononcé le… 14 août en urgence ! Envoi en référé de la délibération au tribunal administratif, et surtout, manière d’éviter que la pandémie démocratique hostile à la réforme prenne corps. J’avoue avoir été surpris par cette réaction menaçante et urgente, alors que notre demande posait un problème de fond, mais j’ai vite compris qu’il ne fallait surtout pas en faire une « jurisprudence », qui s’ imposerait à toutes les situations ultérieures.

Le conseil municipal a différé ses décisions, dans l’attente de moments plus propices, mais le débat était lancé et il s’agissait de compter… ses amis. A gauche, le silence a été pesant, et tous les indices démontrent que quelques élus de la CUB qui… comptent, me feront payer l’addition de la dissidence. A droite, les encouragements discrets furent beaucoup plus rassurants, m’encourageant en douce à continuer le combat qu’ils ne pouvaient pas mener sans se faire tacler par l’UMP. C’est ce que Créon a fait et continue à faire, d’autant qu’entre temps, d’autres fronts furent ouverts par des élus de tous bords, notamment dans les Alpes Maritimes. La ville de Beausoleil a même annoncé, sans aucun problème, organiser un référendum sur la question  « Oui ou non à l’intégration de la ville dans la Communauté urbaine de Nice Côte d’Azur», ce samedi 17 octobre, alors que Créon aurait dû voter aujourd’hui !

Bizarrement, sur cette question, le Préfet des Alpes Maritimes n’a émis aucune objection légale, alors que les arguments développés en Gironde contre la décision de Créon… étaient applicables là-bas aussi…Comprenne qui pourra ou plutôt comprenne qui saura le faire : ce qui est légal à Nice ne l’est pas dans l’agglomération bordelaise. A moins qu’il y ait des raisons… politiciennes, que je n’ose deviner !

C’est ainsi que, hier, les habitants de Beausoleil ont pu exercer leur droit de décider de leur avenir, et tous les arguments de certains de mes éminents camarades socialistes sont tombés, car la délibération prise en août est absolument similaire à celle de Créon, et n’a soulevé sur la Côte d’Azur aucune réaction des autorités de tutelle ! On a donc voté dans les formes légales, dans les bureaux de vote légaux et avec un scrutin légal, dont l’enjeu principal était la participation. Le drame démocratique, c’est uniquement que Gérard Spinelli, maire et conseiller général de Beausoleil, n’ait pas réussi à persuader « ses » habitants de l’enjeu réel de ce référendum. C’est révélateur d’une évolution dramatique de la résignation : les citoyennes et les citoyens, devenus des consommateurs de bling-bling, ne croient plus dans le pouvoir des urnes, et refusent d’exercer le pouvoir que leur donnent des maires, convaincus de la nécessité de les amener à prendre en mains leur destin, plutôt que de se lamenter sur les effets néfastes des réformes en cours ! C’est le plus inquiétant, le plus angoissant, le plus démoralisant, car il n’y a plus aucun contre-pouvoir réel aux exigences présidentielles dans notre pays ! En effet, la participation au référendum n’a pas atteint les 50 % de votants, indispensables pour que la décision soit opposable à la volonté préfectorale… On a sûrement sablé le champagne à la Préfecture de Nice! Ouf !

Le résultat en lui-même vaut tout de même tous les sondages du monde, puisqu’à la question, les électrices et les électeurs on répondu non à 91,86 % (3 376 non) contre 8,14 % de oui (299 voix)! Cela ne laisse la place à aucune ambiguïté sur la réaction des citoyens à une tentative de constitution d’un fief électoral taillé sur mesure pour le Motodidacte, Christian Estrosi, Ministre dévoué au Maître de l’Elysée.

Impossible après ces aventures démocratiques de ne pas penser à la remarque de  Philippe Seguin, Président de la cour des Comptes, invité hier des entretiens de la… Liberté, organisés à Labrède, chez Montesquieu, par le Conseil régional d’Aquitaine : « La politique peut tout. Il faut réinventer la citoyenneté, nous ne sommes pas que des contribuables. La démocratie, c’est l’action! » Dont acte. Dommage que ce ne soit pas un socialiste qui l’ait déclaré pour soutenir l’initiative créonnaise. Et merci aux Maires de Beausoleil et de Castillon (06) pour avoir emprunté la voie  que Créon… avait tracée !

(1) A Castillon, la participation est « décisionelle » pusique de 56%, ce qui est capital puisque le résultat prend toute sa valeur (particpation supérieure à 50%). Le non l’emporte avec 89,2% contre 10,8% au oui.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Un rayon de soleil démocratique…bienvenu

  1. Ping : Twitted by darmian

  2. J.Samenayre dit :

    Effectivement, c’est tout à fait dommage que les électeurs de Beausoleil ne se soient pas mobilisés sur ce vote. Je n’ose pas imaginer que les habitants de ce pays soient si résignés qu’ils ne croient plus en la démocratie; il faut simplement les persuader qu’ils doivent croire en des élus de ta trempe. Ton travail, de réelle démocratie participative, portera ses fruits.
    Comme disait Pierre Mendès France  » L’amour de la démocratie est d’abord un état d’esprit « , alors réveillons ces consciences endormies.

  3. Annie PIETRI dit :

    Et la petite commune de Castillon, dans l’arrière pays mentonnais a voté aujourd’hui, et a fait mieux que sa voisine Beausoleil !
    Participation : 56%, donc supérieure aux 50% fatidiques, et le NON l’emporte avec 89,2% des suffrages, contre 10,8% pour le OUI. Ceux-là ont dit clairement qu’ils ne veulent rejoindre ni la communauté urbaine de Nice-Côte d’Azur, ni la métropole. Ce qui prouve bien que si on leur explique clairement les enjeux, et si on est convaincant, comme tu sais l’être, Jean-Marie, nous réveillerons les consciences endormies, comme le dit Jean!
    Informons, expliquons,soyons convaincants,et nos concitoyens comprendront où est l’intérêt de Créon, des créonnais et de la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *