Quel est le meilleur rapport qualité-prix ?

Les bonnes âmes médiatiques viennent de se réveiller. Les Belles au bois dormant de la morale ont été éberluées par les conditions de la résidence de leurs Princes, plus du tout charmants, en Afrique du Sud. Le château dans lequel ils sont enfermés serait d’un luxe disproportionné à leurs résultats potentiels. Ils ne méritent que le bagne, et la Fédération leur a donné un palais. Ils ont embarqué pour une galère et on leur offre un paquebot de luxe. La France qui souffre de leurs mauvais résultats est défendue par les justiciers du pouvoir d’achat populaire. Elle serait entrée en ébullition en ayant appris ce que bien des gens savaient déjà depuis des mois : le footballeur français aime le confort ! Il pète dans la soie et adore par dessus-tout les chambres garnies… de douceurs, dont un bar à volonté et quelques machines à sous. L’équipe de France a donc réservé 78 suites de l’hôtel pour une durée de 20 jours (du 5 juin au 25 juin, soit trois jours après le dernier match de poule des Bleus) le tout pour un prix «voisin» (dixit Le Graët) de 500 euros par nuit. On obtient certes une coquette facture de 780.000 euros, qui ne prend pas en compte les billets d’avion et la logistique sur place, mais qui reste encore éloignée de l’aide de 7 millions d’euros de la Fifa. Bien évidemment, les âmes bien nées se sont aussitôt engouffrées dans la brèche pour se donner la légitimité des gens qui osent critiquer un sport professionnel, pour qui cette somme est ridicule.
La divine Rama Yade y est donc allée de son grain de sel sur une plaie mise à vif par les humiliantes chinoiseries du passage à La Réunion. Comme on ne parle plus d’elle depuis… la raclée qu’elle a pris aux régionales (vous savez cette défaite qui aura été en définitive une belle victoire pour l’UMP qui a gagné un match sur 22 en compétition), elle a eu envie de faire peuple. Logique ! Bien vu ! Évidemment légitime comme critique. Elle n’aurait «pas choisi» le Pezula Resort, un établissement cinq étoiles situé à Knysna au bord de l’Océan Indien. «L’Espagne, par exemple, a choisi un campus universitaire», argumente-t-elle. La charge, frappée en apparence au coin du bon sens et de la bonne gestion budgétaire n’offre que peu d’intérêt, car elle est dénuée de quelques éléments de référence.
Suggérons à Rama Yade de faire référence à quelques autres séjours qui permettraient de vérifier le caractère démesuré du coût de ce qui ne sera qu’une escapade de 20 jours en Afrique du sud. Par exemple, les médias auraient pu effectuer un rapport qualité prix avec le déplacement de Nicolas (pas Anelka) mais l’autre, à La Réunion. Il aura coûté, selon une estimation non démentie, la bagatelle de 1,6 millions d’euros pour… 24 heures ! Allez, suivez le guide pour ce qui restera les vœux à l’Outre Mer les plus bling-bling de l’histoire de la République. D’ailleurs, vous avez entendu Rama Yade s’indigner, et proposer que son mentor de Chef de l’État français couche dans un deux étoiles.
Pas moins de quatre avions ont été mobilisés pour l’occasion : l’A319 présidentiel, un deuxième A319 pour assurer le déplacement de tous les journalistes et de sa délégation, un Falcon 50 à vide, en secours, et un A310 transportant une partie des journalistes et de la délégation. À ces 815 000 euros, s’ajoutent les frais engendrés -coût inconnu- par le déplacement des 4 hélicoptères qui ont transporté le président et ses proches entre Saint-Pierre et Saint-Denis.
“L’ Élysée a réclamé l’installation d’une climatisation toute neuve sous l’estrade. Pas question que le président apparaisse avec des auréoles sous les bras en plein direct. En revanche, le public n’avait qu’à s’éventer avec son carton d’invitation.” : à peine les frais de bar des Bleus puisque la note aura été de 50 000 euros ! En effet, les frais de bouche (hors boissons) ont été réduits à 23 000 euros pour 24 heures et encore, le traiteur du Stella n’a « fait aucun bénéfice » selon ses dires. Ils ont beaucoup marchandé et ont obtenu un prix vraiment bas ! 10 000 invitations cartonnées personnalisées ont été envoyées par la Préfecture aux fonctionnaires, militants, chefs d’entreprises, commerçants de La Réunion, ainsi qu’aux militants UMP pour un budget de 17 000 euros, et il faut ajouter 17 000 euros de plus pour la seule location de la salle les ayant accueillis (ce montant ne prend pas en compte la lumière, la sono, les frais de personnel, le nettoyage…
Coût, hors extras, de l’hébergement dans “l’un des plus luxueux mais aussi plus onéreux hôtels de la Réunion” : 13 000 euros pour un tarif de groupe, le Palm hôtel & Spa de Petite-Île. 55 chambres pour 55 personnes (ministres, conseillers, personnel de sécurité, chefs d’entreprise…) ont été mobilisées pour une ou deux nuits… ce qui mettrait le séjour pour 20 jours à 360 000 euros ! Ah ! Si Rama Yade avait su tout cela, elle aurait été plus mesurée dans ses propos… et elle n’aurait pas chinoisé sur le modeste parterre des Bleus. Il est vrai que le résultat a été meilleur pour Sarkozy (victoire UMP aux régionales) qu’il ne le sera pour la liste de Domenech. Investir en 24 heures 1,6 millions c’est très bon pour les contribuables. Cette pauvre Rama Yade ne doit pas non plus lire les rapports de la Cour des Comptes, ou ceux de ce modeste député nommé René Dosière qui n’a obtenu à ce jour aucune sélection. Il a annoncé que le coût de la «garden party» du 14 juillet à l’Elysée s’était élevé, en 2009, à 732.826 euros. Soit près de 100 euros par personne invitée, selon les informations qu’il avait obtenues le même jour de Matignon. Dans une réponse écrite au député de l’Aisne, dont l’AFP avait obtenu copie, les services du Premier ministre indiquaient que le nombre de personnes invitées à la réception était de 7500. «Le coût correspondant aux traiteurs est de 313.618 euros, les aménagements de tentes ont coûté 295.921 euros, et les vins et le champagne 43.128 euros», peut-on lire dans la réponse. Quant aux «frais divers» («nettoyage», «impression» et «extras»), «ils se sont montés à 80.159 euros», selon Matignon. Comme elle était invitée, Rama Yade n’avait jamais eu l’idée de demander la note… qui a été directement réglée par les contribuables. Pour un modeste déplacement de campagne électorale du Chef de l’État lors des régionales à Saint Quentin, on arrivait, selon René Dosière, tout compris, à 400 000 euros, alors, vous savez, le séjour des Bleus au Pezula Resort, ce n’est qu’une aventure sans lendemain, car les déplacements présidentiels, à ce tarif, vont se multiplier.
Imaginez qu’avec seulement la note de deux déplacements de qui vous savez, la Fédération, qui augmente sans cesse ses licences pour les jeunes footballeurs, aurait pu payer tout le séjour de ses troupes. Elle oublie pourtant d’ajouter à l’ardoise d’Afrique du sud, tous les frais liés à la présence sur place de ses cadres, de ses dirigeants ou de ses invités (ce serait intéressant d’en avoir la liste !) car soyez-en certains, ils y vont tous à leurs frais. Tout comme aura à coeur de le faire Rama Yade après ses déclarations.

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Quel est le meilleur rapport qualité-prix ?

  1. alain.e dit :

    Nos footballeurs sont à l’ image de certains de nos hommes politiques, et autres grands patrons d’ entreprises, ils aiment le bling-bling, le luxe, faire un max de fric pour avoir la rolex, l’ iphone, la belle maison, la grosse voiture, et surtout la belle femme à afficher.
    Pendant que la fourmi allemande prépare un plan d’ économie, la cigale francaise va continuer à s’ endetter et à dépenser sans compter.
    à l’ élysée tout n’ est que luxe, calme et volupté.
    j’ attends mon carton d’ invitation pour la garden-party avec impatience.

    actuelle

  2. Gilbert SOULET dit :

    Bonjour,

    Je ne m’en tiendrai qu’au foot!

    « Panem et circenses » : « du pain et des jeux », cette expression relative aux mœurs du Peuple sous l’Empire romain, ne convient-elle pas à nos moeurs d’aujourd’hui chez nous?

    Pendant ce temps, nos jeunes disposent de vestiares vétustes, de terrains aussi, et parfois n’ont même pas les moyens de se payer un arbitre, et de jouer sans!

    Pour le reste, qui ne sera pas d’accord avec JMD?

    Amicalement,
    Gilbert de Pertuis en Luberon

  3. JMD dit :

    Ce texte sur lepost.fr a atteint 4 500 lectrices ou lecteurs ! Un record absolu pour une chronique…

  4. Annie PIETRI dit :

    Bravo pour ce record absolu du nombre de lecteurs de tes chroniques sur « lepost ». Tu vois bien que même si tous ne mettent pas de commentaires,nombreux sont ceux qui aiment lire ce que tu écris !

  5. Cubitus dit :

    Je n’ai aucune sympathie particulière pour Madame Boutin, ce serait même plutôt l’inverse, mais les émoluments, auxquels elle vient d’ailleurs de renoncer sous la pression publique, semblent être monnaie courante dans notre monde politique, de quelque tendance qu’il soit. Je pense précisément en ce moment à notre Conseil Général qui vient récemment d’engager un nouveau « collaborateur de cabinet », appellation au contour plus que flou, lequel,déjà confortablement retraité, sera rémunéré à plus de 8 000 euros mensuels.
    Le contribuable que je suis tire un peu la g…
    En 1793, on a coupé des têtes pour beaucoup moins que ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.