Jusqu'où iront-ils ?

La guerre économique bat son plein dans tous les sens de ce terme. En effet, il faut bien reconnaître que l’augmentation insidieuse en France des carburants ne semble pas éveiller les consciences. D’ailleurs, on n’entend guère les gens qui tentent de gouverner s’exprimer sur ce sujet. Bercy reste coi. Le Chef de l’Etat français s’inquiète du déneigement des routes nationales par du personnel inexistant et avec un matériel inexistant, mais pas du fait que bientôt il n’y aura plus aucun problème, puisque personne ne pourra utiliser sa voiture, avec ou sans neige. Le prix du litre de gazole, carburant le plus vendu en France, a augmenté de 14,4% en 2010 par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 1,1467 euros en moyenne sur l’année, selon les chiffres publiés par la Direction générale de l’Énergie et du Climat.
Le prix du litre d’essence sans plomb 95 a, lui, augmenté de 11,3%, et valait 1,3464 euro en moyenne en 2010, tandis que le sans plomb 98 a progressé de 11,2% à 1,3821 euros/litre. Ces niveaux de prix sont très proches des records atteints sur l’année 2008, quand le sans plomb 95 s’était vendu 1,3538 euros en moyenne et que le sans plomb 98 valait 1,3929 euros/litre.
Le gazole avait coûté 1,2671 euros/litre cette année-là. Par ailleurs, les prix des carburants à la pompe ont une nouvelle fois augmenté la semaine dernière, atteignant de nouveaux plus hauts depuis plus de deux ans, portés par la flambée des cours du pétrole brut… mais comme la TIPP est maintenant l’une des taxes de compensation des ressources perdues des collectivités territoriales, elle ne peut plus flotter pour atténuer ces hausses. Le pouvoir d’achat des ménages va en prendre un coup… pour toutes celles et tous ceux qui font des trajets quotidiens domicile-travail obligatoires.
Le gazole s’est vendu fin décembre au prix moyen de 1,2474 euros par litre, toutes taxes comprises, soit son plus haut niveau depuis la semaine du… 10 octobre 2008, selon les rapports officiels. Le super sans-plomb 95 s’est, lui, vendu à 1,4331 euros/litre, un sommet depuis la semaine terminée le 29 août 2008. Quant au super sans-plomb 98, il coûtait 1,4644 euros/litre en moyenne et n’a jamais été aussi cher depuis la semaine terminée… le 12 septembre 2008. En fait, un phénomène général de hausse des matières premières essentielles envahit la planète, et va conduire tôt ou tard à une autre crise.
Des denrées alimentaires aux métaux de base, les cours des matières premières ont en effet terminé 2010 sur une série de records, après s’être envolés cette année, dopés par la faiblesse du dollar, la croissance chinoise, l’appétit des spéculateurs et une raréfaction de l’offre. Métaux, sucre, coton, caoutchouc, or… les records n’ont cessé de se bousculer au second semestre, et jusque dans les derniers jours de décembre. Le pétrole entre dans cette envolée des prix !
Le cuivre arrive à plus de 9.600 dollars la tonne, un sommet historique. A l’image des cours du métal rouge, qui ont triplé en deux ans, d’autres métaux industriels ont décollé cette année: le nickel a progressé de 30% et l’étain — monté en novembre à un prix jamais vu — de 60%.
A la demande industrielle des pays émergents et de la Chine, premier consommateur mondial de métaux de base, s’ajoute un appétit accru des investisseurs spéculatifs, qui recherchent des profits faciles. En face, la production stagne ou diminue. Cette tendance ne disparaîtra pas par un coup de baguette magique du Président du G20. C’est qui au fait ? Voracité chinoise et production en berne, pénalisée par des pluies en Asie du sud-est : voilà encore le cocktail qui explique l’envolée des cours du caoutchouc, très prisé dans l’automobile, à des niveaux historiques. Lentement, ces phénomènes, complétés par la rareté de certains métaux indispensables aux technologies modernes, vont lourdement peser sur notre économie peu dynamique et préoccupée par… les 35 heures !
Les prix des denrées alimentaires ont été touchées par des conditions météorologiques très défavorables aux récoltes. Outre la canicule estivale en Russie, le phénomène climatique « la Niña » est montré du doigt : on lui attribue des inondations actuelles en Australie et antérieures au Pakistan, des pluies désastreuses dans le nord de l’Amérique latine, et un temps excessivement sec au Brésil et en Argentine, tous d’importants producteurs. Le climat devient un élément décisif dans le prix des denrées de base. C’est un élément imprévisible qui peut faire grandement fluctuer les cours. Ainsi, faute de stocks suffisants, la Russie a restreint puis arrêté ses exportations. Résultat immédiat : les prix du blé ont bondi d’environ 80% entre juin et début août, au plus haut depuis deux ans, avant de refluer. Sur l’année, ils ont doublé. Dans leur sillage, maïs et soja ont terminé 2010 à leur meilleur niveau depuis août 2008. La hausse devient très préoccupante, mais passe inaperçue dans l’opinion publique. D’autant que le sucre suit le même chemin avec une augmentation de 140% depuis juin à New York, pour atteindre cette semaine un pic… jamais atteint depuis trente ans.
La spirale infernale continue. Le prix de la livre d’arabica bondissait à un sommet en 13 ans, après un gain de plus de 80% en six mois, porté par des craintes sur la production d’Amérique centrale et de Colombie, et les événements politiques dans cette région. Le jus d’orange revient à son niveau d’il y a trois ans et le cacao fait l’objet de toutes les convoitises des spéculateurs, conduisant à un cours égal à celui qu’il avait il y a… 33 ans ! De son côté, le coton est monté avant Noël à un prix jamais vu depuis la Guerre de Sécession américaine, il y a un siècle et demi…En fait, tout explose de partout, et en France nous continuons à faire comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des « marchés » possible.
Enfin, l’or brille plus que jamais: son rôle de valeur refuge l’a fait voler de record en record, engrangeant 25% sur l’année, tandis que l’argent, au plus haut depuis trente ans, a progressé de 83%…Avez-vous remarqué les publicités télévisuelles sur le rachat des bijoux anciens ? Le malheur des uns peut faire la richesse des autres ! Ceux qui vendront leurs bagues, leurs colliers ou ceux de leur mère ou grand-mère, pourront peut-être se payer un café en allant changer leurs pneus d’automobile à la station service où ils font le plein, pour aller travailler plus pour gagner plus !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Jusqu'où iront-ils ?

  1. Michel d'Auvergne dit :

    Avant de commenter, laissez-moi vous présenter, malgré tout mes meilleurs voeux pour 2011, au moins, une bonne santé, c’est le principal, mais sans l’aide de la « sécu » que vous savez comme moi vendue… Au plus offrant !
    Revenons à nos moutons, dans la longue liste des augmentations il faut ajouter l’électricité, le gaz, les assurances, les mutuelles, les déremboursements de médicaments, (ceux qui ne sont pas mortels) et j’en passe et en effet il y a peu de réaction… Est-ce le faît d’avoir, pendant les fêtes, avalé le foie gras avec un entonnoir par solidarité avec les oies et d’en être encore barbouillé ? Ou alors peut-être sont-ce les paroles d’un célèbre publiciste, habitué du « Fouquet’s » qui pour nous ramener à la raison prétend que « les chinois sont heureux avec 10% du smic ! »

  2. Bonjour, je suis bien placer pour vous approuver! Du fait de mon travail, j’utilise ma voiture toute la journée et un plein ne me fait pas longtemps ! Quelle surprise au passage en caisse ! Dans le même temps le SMIC augmente très légèrement, mais les contributions aussi, ce qui fait que j’ai beau essayer de travailler plus mon pouvoir d’achat est toujours inexistant et le mot économie n’est plus depuis longtemps dans mon vocabulaire ! Merci Messieurs du gouvernement !!!!

  3. jean dit :

    le prix du pétrole ?

    En 2000 nous avions 1 Dollar à 1.2 Euros et le Baril de Pétrole à 60 Dollars soit le Baril à 72 Euros et on payait 1.00 Euro / litre

    En 2008 nous avions 1 Dollar à 65 centimes d’Euro et 1 Baril de pétrole qui a explosé à près de 100 Dollars soit le Baril à 65 Euros et le carburant est à 1.25 Euros / litre ….

    En 2010 Samedi, 08 Janvier 2011 10:00 http://prixdubaril.com/

    Le Cours du baril de pétrole en euros : 68.54 € (+0.39% depuis hier).
    .. Prix au litre (1 baril = 159 litres) : 0.431 €….. Tendance du prix du baril : EN HAUSSE
    . Cours de l´euro : 1.2908 $ ( -0.73% depuis hier)

    Comprenez vous ?

    Près de 40 milliards d’euros devraient être distribués au titre de l’exercice 2010 selon les calculs du cabinet d’analyses PrimeView qui a réuni un consensus d’analystes.
    Les entreprises du CAC 40 s’apprêtent à gâter leurs actionnaires pour les retenir à tout prix.

    « Ne pas laisser les actionnaires s’échapper grâce à une politique attrayante de dividendes est une attitude tout à fait classique en période de récession »

    là oui je comprends mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.