Un seul argument : la mauvaise foi !

Les débats budgétaires du Conseil général me ramènent à la dure réalité : les élections présidentielles ne donneront peut-être pas le résultat que les gens lucides espèrent. En effet, depuis maintenant plus de 15 heures, se déroulent des débats surréalistes avec un quarteron d’élus UMP en mission, il est impossible de croire en la raison comme argument de conviction. Leur attitude est caricaturale de l’insincérité de la vie politique actuelle. Elle conforterait tous les analystes de comptoirs des bistrots, qui crachent en permanence sur les élus de tous niveaux : nier l’évidence, ne jamais répondre aux questions gênantes, préférer une attitude dogmatique à une position pragmatique. Ces principes, qui rendent désormais la « politique » comme totalement déconnectée des électrices et des électeurs, ruinent en fait la démocratie.
Plus de 80 dossiers concrets, précis, clairs, ont été présentés au débat. S’il y a eu des envolées lyriques, des affrontements de personnes, des prises de posture, on a été très loin de contester une seule proposition chiffrée. Chaque dossier passe à l’unanimité avec une ou deux abstentions ou parfois… un vote, strictement personnel, contre. L’opposition UMP ne s’oppose surtout pas aux dépenses destinées majoritairement à réparer les dégâts sociaux causés par les aberrations réformatrices du gouvernement qu’elle soutient. Le seul fait de le souligner génère une négation pavlovienne de la réalité. En France, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et… le Conseil général doit absolument accepter de faire payer les erreurs qui ont ruiné le pays !
Sur chaque sujet, derrière chaque prise de parole, il y a cette mascarade destinée à détourner le vrai débat : qui paie la crise du monde du profit ! En soutenant depuis dix ans des mesures destructrices des emplois, en accentuant les cadeaux au monde économique n’ayant jamais répondu aux attentes, en détruisant méthodiquement les collectivités territoriales, le gouvernement actuel a pourtant fortement contribué à une situation plus que préoccupante. Les propositions défilent heure après heure, et chaque fois, les élus UMP votent comme un seul homme, car ils ne se voient pas retourner sur le terrain avec des votes négatifs sur des avantages substantiels… Pas un mot pour dire supprimez telle subvention, éliminez telle allocation, résiliez tel contrat, ne construisez pas tel collège… Au contraire, le chantre paranoïaque de Bordeaux, ville martyrisée pas le Département, en réclame toujours plus, oubliant simplement que si l’État UMP faisait simplement face à ses obligations, bien des refus se transformeraient en avantages sonnants et trébuchants.
Des critiques récurrentes, historiques, poussiéreuses, des élus se parant dans la défense de l’avenir de la Gironde, mais à aucun moment une autre vision des rapports entre la collectivité et les sujets traités. En fait, un comportement révélateur de l’absence totale de vision politique, mais des hoquets personnels. Depuis des années, il en est ainsi et donc il est très angoissant de constater que le seul fait d’être pour quand ça arrange et surtout contre quand il faut mettre ses actes en conformité avec ses postures… Catastrophique pour la démocratie réelle !
Le chef de file, noble et flamboyant, de l’UMP attend son heure, car depuis des jours et des jours ils fouillent dans les lignes budgétaires pour dénicher l’objet de son vote hostile… et notamment le taux d’augmentation de la fiscalité. C’est le dada de toute opposition et quels que soient les arguments, viscéralement la Droite se présente comme le chevalier blanc contre les… impôts. Elle préfère le système des taxes, beaucoup plus diffus, inodore, incolore permettant de récupérer plus, avec moins de lisibilité de l’engagement politique.
Pour le conseil général l’augmentation des taux sera de 3,5 % du foncier bâti touchant les propriétaires. Sur une valeur locative moyenne actualisée de 2260 euros, en appliquant le nouveau taux, on aura un effet de 19 euros supplémentaires par an… En effet, le propriétaire de cette habitation « moyenne » payait en 2011 pour la part départementale : 322 euros soit 26, 80 € par mois. En 2012 on arrivera, ô scandale à 28, 25 € par mois pour l’ensemble des actes de solidarité du conseil général. Un écart de 1,45 euros par mois pour des collèges neufs, des routes rénovées et 285 millions d’investissements donnés au monde économique.
En fait, durant des heures de débat abscons, de volées de bois plus ou moins vert, de reproches inutiles, on arrive à résumer le budget à une augmentation moyenne de moins d’un euro cinquante par mois pour plusieurs milliers de foyers qui, chaque jour, ont recours à un service du Conseil général.
Il est certain que ces centaines d’heures passées à préparer ces journées, ce temps dispensé à des discussions byzantines, trouvent leur signification dans ce résumé, il faut s’interroger sur l’agitation, les effets de manche et les gesticulations, qui désormais sont le quotidien de la vie politique. Les conseillers généraux de droite les plus pragmatiques…avaient pris leur précaution et s’étaient fait porter pâles et donc étaient restés ou repartis chez eux ! Il n’y eut que 7 irréductibles sarkozistes pour se contenter d’une déclaration écrite depuis des lustres pour s’opposer à ce qui démontrait simplement, qu’avec un brin de courage une autre politique était possible dans le contexte actuel. Mais voulaient-ils vraiment le voir ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Un seul argument : la mauvaise foi !

  1. Michel d'Auvergne dit :

    La Gironde n’est pas un cas isolé en ce qui concerne les retombées de la politique des UMPistes parisiens.
    Le gouvernement espagnol à l’image de ce qui se fait ailleurs en Europe privatise tout ce qui est privatisable du service public et allège la fiscalité aux entreprises pour « sauver » ce qu’il reste du « Fouquet’s » ibère ! L’EUROi est mort vive l’EUROi !
    L’europe c’est du copier-coller pour l’explosion sociale.

  2. batistin dit :

    Un vrai merdier !
    Tiens, ça me rappelle quelqu’un …
    Mais oui, Le Général !
    Celui dont il semblerait qu’il nous ait caché une lignée sans fin, puisque tous les mecs UMP que je croise dans les journaux ou à la Télé sont, à les croire, ses enfants !

    > – De 1960 à 1971, les USA impriment 10 fois plus de papier qu’ils n’ont d’or à cause de la guerre du Vietnam.
    > – Les USA empêchent l’or de monter
    > – En 1966 De Gaulle, il est le seul à oser, envoie des bateaux aux USA remplis de dollars pour ramener les lingots à la France. !!!

    … Il ne doit pas être bien fier Le Général d’avoir de tels enfants…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.