Démagogues de tout le pays rassemblez vous pour le sauver

Nicolas Sarkozy aurait enfin lancé sa campagne, selon les exégètes médiatiques qui comptent ! Juste ciel, personne ne s’était aperçu qu’il est candidat depuis déjà plus de 5 mois et que chacune de ses actions, de ses déclarations, des ses gesticulations ne sont inspirées que par sa volonté de reconquérir le terrain irrémédiablement perdu. Il lui faut à la fois se renier en faisant profil bas face à une opinion qui a des tonnes de reproches à lui faire, et inventer une stratégie pour fédérer autour de lui les lambeaux épars d’un électorat hétéroclite ayant un seul motif en commun : la haine de l’autre !
Depuis des semaines et des semaines, il a construit une méthode consistant à ne pas construire par adhésion mais à simplement réunir les porteurs incultes d’idées toutes faites. D’ailleurs, tout au long de son septennat, il a opposé des pans entiers de la société française les uns aux autres, en donnant en pâture des victimes expiatoires des erreurs commises par ses inspirateurs qui pompaient les idées du Club de l’Horloge. En général, il va chercher les punching-ball dont il a besoin pour exister, dans la mouvance de la Gauche ou dans le camp des gens porteurs de valeurs jugées archaïques ! La tactique a pris toute sa vraie dimension depuis la dernière rentrée et elle vire au populisme malsain d’avant la dernière guerre mondiale.
Premiers coupables des déboires du pays : les élus locaux, socialistes de préférence ! Il a multiplié les déclarations fracassantes et plus encore les propos insidieux sur leur nombre, sur leur coût, sur leur efficacité. Il sait qu’ils sont majoritairement hostiles à ses positions, et donc, il dresse les « contribuables », à partir d’arguments poujadistes et surréalistes, pour rassembler les mécontents de toutes obédiences et leur livrer les coupables ! Il va, dans quelques heures, mettre la pression, en s’appuyant sans vergogne sur le récent rapport de la Cour des Comptes. Il va faire la leçon de gestion, de réduction de la dette, de licenciement de personnels, de réduction des dépenses, d’abandon des investissements dont il a cependant demandé les fonds… pour cristalliser la haine facile contre celles et ceux qui ont pourtant obtenu la confiance du suffrage universel ! Il escompte en tirer profit dans les prochains jours, pour récupérer les votes des gens qui ont essentiellement des griefs personnels ou d’intérêts restreints, contre ces Maires, conseillers généraux ou conseillers régionaux qui, en plus, n’apportent même pas leur soutien à Marine Le Pen !
Il y a bien entendu la filière de la xénophobie. Elle est exploitée à fond par un serviteur zélé, réputé défendre, encore plus que les autres, la diversité culturelle. Depuis 5 ans, on pratique la stigmatisation du faciès, de l’immigré clandestin ou autorisé, des Roms ou des voyageurs arrivant des pays de l’Est… et bien d’autres parties de la population. A la moindre occasion, le non-candidat Président et ses « sinistres » excitent les pires vices de l’être humain, comme on le ferait pour des chiens de combat. Le racisme latent émerge en toute impunité, et les polémiques n’ont d’autre but que de fossiliser ces « idées » angoissantes pour la démocratie. Peu importe, il faut diviser pour régner, écarteler les consciences pour les briser. D’ici l’échéance présidentielle, tout va être mis en œuvre pour que tous les « racistes » du monde se donnent la main ! Le vivier n’a jamais été aussi poissonneux… car il est démontré qu’en situation de crise sociale, des « ennemis de l’intérieur » doivent être désignés pour focaliser les non-dits, et donc récupérer de pseudos justiciers qui veulent en débarrasser le pays !
Nicolas Sarkozy a également rassemblé les mécontents des grèves dans la fonction publique ou les services parapublics. Il a soufflé sur les idées faciles qui conjuguent « fonctionnaires » avec « fainéants ». Ce sont les premiers qui ont été les principales victimes de ce septennat. Responsables du déficit de l’État, paresseux, inutiles, « complexificateurs » des démarches les plus simples : ils sont désignés, avec les employés de la SNCF, de la RATP, d’Air France ou de tout autre domaine. Et dans ce secteur, depuis des années, il s’ingénie à dresser le maximum de « consommateurs » contre le système éducatif et les enseignants.
Un bombardement permanent a mis en ruines les maisons d’école au sens générique du terme ! Luc Chatel a, au nom de son mentor, enclenché la guerre éclair contre cette profession ! Présenter deux projets pour la présidentielle : la globalisation des heures d’enseignement ouvrant aux principaux des collèges la possibilité d’organiser le service les masses horaires comme bon leur semble, et de diminuer les coûts en supprimant des postes d’enseignants ; l’annualisation permettrait de considérer le volume horaire modulable dû par un prof sur une année et, non plus d’un point de vue hebdomadaire. La colère risque même d’être grande. Et c’est précisément ce que recherche le candidat Sarkozy : ainsi qu’il l’avait montré lors de ses « vœux » à l’éducation, il sait qu’il ne doit rien attendre de l’électorat enseignant. Il a donc prévu de se positionner frontalement sur les thèmes de l’éducation, face aux enseignants, en prenant l’opinion à témoin. Le « débat » se fera contre eux, certainement pas avec. Il sait que dans les chaumières on prend les enseignants pour des fainéants (c’est historique) et donc il va rassembler ces idées simplistes pour gonfler son « portefeuille » de voix.
Le Figaro met la cerise sur le gâteau, avec la guerre aux chômeurs fainéants, tricheurs, voleurs. C’est parti ! L’an passé, Laurent Wauquiez, aujourd’hui ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche avait déjà affirmé que « les dérives de l’assistanat sont le cancer de notre société ». Ce que le Parlement avait ratifié par une loi sur l’obligation pour les allocataires du RSA (Revenu de solidarité active ) de travailler au moins sept heures par semaine. Or, cette loi est impossible à mettre en œuvre. Problème. Aujourd’hui, il est déjà possible de supprimer leurs allocations aux chômeurs qui refusent deux jobs. Mais dans un pays qui compte près de trois millions de chômeurs et va sans doute entrer en récession, Pôle Emploi est incapable de leur faire une seule proposition, qu’il s’agisse d’un CDD ou d’un poste d’intérim ! Peu importe ! Nicolas Sarkozy n’en a cure : il lui faut absolument rassembler tous les démagogues qui sommeillent dans la population !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Démagogues de tout le pays rassemblez vous pour le sauver

  1. pc dit :

    un peu de patience Jean-Marie on sera bientôt débarrassé de cette clique inculte et démagogue.

  2. Christian Coulais dit :

    Sans oublier le service minimum, à la charge des communes pour l’école, lorsque les profs sont en grève, ni le service minimum dans les transports en commun, air, mer, terre…car grévistes nantis (c’est bien connu, ils en veulent toujours plus !) le gouvernement et Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, Coprince d’Andorre, Grand maître de la Légion d’honneur, Grand maître de l’ordre national du Mérite, Premier chanoine de l’Archibasilique Saint-Jean de Latran, Commandeur de l’ordre de Léopold (Belgique), Grand-croix de l’ordre de Charles III (Espagne), Médaille du RAID, (rôle lors de la prise d’otages de la maternelle à Neuilly), Chevalier de l’ordre de la Toison d’or (Espagne), S’EN TORCHENT !
    Souvenez-vous les importantes manifestations contre la réforme des retraites…1 puis 2 puis 3 millions de personnes dans la rue « Sarko t’es foutu, la jeunesse est dans la rue ! »
    N.B. : M. Hollande, pour St-Jean de Latran, il déciderait quoi ? Quant à M. Mélenchon, la question ne se pose pas, laïque pur jus, semble-t-il ?

  3. Nadine Bompart dit :

    Mr Coulais, Mélenchon défend l’application de la Loi de 1905 « dans son entier », c’est-à-dire la stricte séparation des Églises et de l’État, y compris financièrement, et dans TOUS les départements Français. Je ne pense pas qu’Hollande en prenne le chemin…
    Il défend aussi la VIème République, qui fut au Programme du PS avant d’en disparaître mystérieusement… Autrement dit, le pouvoir au peuple, et non plus à un seul « homme providentiel », chanoine ou pas…
    Quand à l’école: http://www.placeaupeuple2012.fr/voeux-de-jean-luc-melenchon-a-la-communaute-educative-au-theatre-comedia/

  4. J.J. dit :

    Et de surcroît, les conditions atmosphériques apportent de l’eau (glacée) au moulin des récriminateurs professionnels, ce qui leur permet de sortir leurs clichés éculés et de cracher leur venin : les municipalités (de gauche !) qui ne font rien pour porter secours aux malheureux prisonniers de la neige et des glaces, les enseignants (quelle cible de choix !) qui profitent de l’occasion pour en faire encore moins que d’habitude) , les employés municipaux en train de casser la croûte au lieu de casser la glace etc…etc…, j’en passe et des meilleures.

    Pas un mot par contre sur les patrouilleurs qui passent leurs nuits sur les routes à évaluer les conditions de circulation, pas un mot sur les conducteurs d’engins qui eux aussi, levés dans la nuit passent des journées harassantes pour le bien de leurs concitoyens, pas un mot sur les employés communaux qui tentent, avec des moyens inadaptés ( et pour cause, nous ne sommes pas dans un pays où de telles rigueurs sont habituelles) de dégager les accès prioritaires et qui travaillent en plein air. Et même en se donnant du mouvement, il fait froid dehors en ce moment ! .

    Et il ne vient pas à l’idée de tous ces « braves gens », forts en gueule mais aux biceps atrophiés qu’ils pourraient eux mêmes commencer par balayer devant leur porte, au propre comme au figuré.

    Confrontés aux réalités du froid qui sévit et à la difficulté de la tâche, ils réfléchiraient peut-être alors à deux fois avant de porter un jugement sur le autres.

  5. batistin dit :

    Tout ceci est fort clair et terrifiant au fond, puisque cela fonctionne.
    Le règne des petits chefs zélés est revenu.
    Sauf, et cela est encore possible, si la haine ordinaire est contrecarrée par la peur des représailles ou d’une honte prochaine.
    Puisque la gauche va gagner !
    Nous devrions peut-être, comme cela se fait pour les campagnes de la prévention routière, avec de plus en plus d’images violentes, faire réaliser quelques courts métrages de prévention contre le racisme ordinaire idiot et exacerbé.
    Peut-être serait-il possible de lancer un concours national auprès de jeunes cinéastes, doté d’un prix.
    Les budgets engagés pour la communication lors d’une campagne électorale devraient pouvoir s’appuyer sur la bonne volonté de certains artistes, j’en suis certain.
    Les arts visuels sont une force vive, et la diffusion de clips vidéos sur le net est un moyen de diffusion peu honéreux.
    J’imagine déjà un petit film bien noir où le dindon de la farce ne serait pas celui que l’on croit. L’arroseur arrosé quoi…
    Enfin, je ne suis pas scénariste…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.