Les consommateurs exploitent la faiblesse des citoyens !

Au lendemain des désastres, on trouve trois catégories de personnes. D’abord, celles qui ne cessent de clamer qu’elles l’avaient prévu et qu’il ne s’agit donc pas d’une énorme surprise. Il y a encore les savantes, qui se penchent sur la réalité pour en tirer des leçons, disent-elles, pour l’avenir. Enfin on trouve, en cherchant bien, les auteurs du désastre qui, très vite, expliquent qu’ils n’y sont pour rien et que c’est bien évidemment de la faute des autres. Vous les avez entendu, après la mini-tornade brune de Brignoles. Il y aura dans le Var, l’un des départements les plus à droite de France (détail oublié) un avant et un après l’élection cantonale partielle.

Au premier tour le Front National est arrivé largement en tête avec 40,4 % des voix, devant la candidate UMP (20,8 %). Mais surtout, les deux candidats de gauche, PCF et EELV, ont été éliminés dès le premier tour du scrutin dans un canton pourtant remporté par la gauche en 2012. Épiphénomène ou présage inquiétant ? Il suffit de revenir sur le résultat au second tour des élections présidentielles pour s’apercevoir que la catastrophe n’en est pas une. Au 1er tour, Nicolas Sarkozy (Union pour un mouvement populaire) réunit 29,62% des voix devant Marine Le Pen (Front national), 29,62%. Le taux d’abstention au 1er tour à Brignoles avait été de 21,50%. Au second tour, c’est Nicolas Sarkozy (Union pour un mouvement populaire) qui l’avait emporté avec 58,10% des voix face à François Hollande… Il suffit de revenir deux ans en arrière pour constater que le résultat pénalise surtout l’UMP et que l’abstention tue la gauche.

En effet, si l’on admet que celles et ceux qui se sont déplacés pour aller exprimer leur hostilité au gouvernement sont de Droite, on trouve une terrible déconvenue pour l’UMP avec un passage au second tour d’une élection de 58 ,10 % à…20,8 % ! Il y a de quoi, c’est vrai, tirer à boulet rouge sur le PC qui n’a réussi à mobiliser qu’une poignée de courageux étant allés voter en sa faveur ! Et elle en est responsable, mais pas sur les bases des commentateurs institutionnels qui vendent de la poudre aux yeux.

Le principal échec remonte aux primaires socialistes. Une erreur que le PS va maintenir puisqu’elle a transféré des prises de position devant être politiques sur une bagarre de personnes. On ne va plus voter socialiste ou communiste comme au bon vieux temps mais on va soutenir ou assassiner des individus, mis en valeur par les médias. Quel électrice ou électeur de Brignoles a choisi un programme ? Quel sera l’impact pour leur territoire d’un élu F.N. Aux cantonales ? Quelles actions mettra-t-il en œuvre au bénéfice de la population ? Il n’aura aucune compétence en sécurité, en immigration, en crédits européennes ou que sais-je. Il ira poser ses fesses sur un siège à Toulon, percevra une indemnité, et attendra paisiblement les municipales. Je serais curieux de connaître son influence sur les orientations du Conseil général en faveur des collèges, des routes, de la défense incendie, de l’allocation de Perte d’Autonomie ou de RSA… Enfin c’est ainsi ! Les votes en faveur du FN ont été piqués dans l’électorat Sarkozy et pas nécessairement dans celui des gens de gauche déçus !

Le gouvernement a manqué son rendez-vous avec l’histoire. La citoyenneté qui devrait être un leitmotiv dans ses propositions (la morale semble avoir davantage la cote) a été négligée et pourtant le résultat de Brignoles traduit une carence collective grave. On ne va plus voter et quand on y va on le fait de manière empirique sans aucune grille d’analyse autre que celle d’être contre ! Contre les immigrés, contre les impôts, contre la culture, contre… contre… contre… et éternellement contre ! C’est fini, le mal est fait. Il est profond, durable et désastreux et l’addition va être payée par la Gauche qui ne pourra jamais effacer cette erreur. Une démocratie ne peut survivre que si le peuple est citoyen. Or la nôtre est rongée par la consommation. On consomme de l’anti-Hollande. On consomme de la haine imbécile de l’autre. On consomme du mépris pour les élus. On consomme de la nature. On consomme de l’espace. On consomme de l’approximation. Bref, on consomme puis on jette pour chercher un autre Kleenex pour essuyer son angoisse, sa rancœur ou sa faiblesse dans un monde impitoyable. Bref, on se venge de ne pas être capable de consommer !

A Brignoles, pour ne pas voter à gauche, le Peuple a préféré laisser la place entre la peste brune et le choléra ocre, et il se fout pas mal du « front républicain » puisqu’il ne sait plus ce qu’est un front (même plus populaire) et surtout ce que recouvre la République. Alors, il restera paisiblement chez lui et ne sauvera même pas son honneur.

Ce contenu a été publié dans PARLER POLITIQUE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Les consommateurs exploitent la faiblesse des citoyens !

  1. E.M. dit :

    Le peuple souffre… Et la politique menée par ce gouvernement décourage les derniers citoyens engagés !

  2. Les primaires en effet!
    Triste invention conjointe de feu Olivier Ferrand, et de Montebourg, le faux révolutionnaire de la démondialisation.
    Ce qu’a trahi cet épisode aussi inutile que lamentable, c’est le renforcement de la peopolisation et de l’américanisation de la vie politique, Obamania en toile de fond.
    Et la perte de sens de l’engagement citoyen, puis qu’on pouvait « acheter son droit de voter » en signant un papelard, que personne n’a lu je suppose.
    L’image de la transformation des actes citoyens en consommation est une métaphore qui n’est pertinente que si on l’accole à la critique de la consommation compulsive et manipulée par la pub (ou la com, ce sont les mêmes).
    Les français ne se conduisent plus en citoyens, parce qu’ils consomment des idées fabriquées par les plus efficaces des agences de propagande de la droite, relayées par les médias.
    Mais c’est de la rapine: car on n’a pas à faire le travail de l’acheteur rationnel qui compare soigneusement les rapports qualité prix de chaque produit, grâce à un étiquetage informatif, et une information générale préalable du consommateur.
    Tout ça a volé en éclats sous les coups de boutoir de la dépolitisation qui résulte de la culture du sensationnel qui fait le buzz plutôt que de l’information.
    (Rien de neuf du reste, quand on écoute Chomsky qui a étudié les techniques de manipulation de masse, ou Mélanie Klein qui a montré comment la politique brutale néo-libérale de l’École de Chicago de Friedmann, a été déclinée en impérialisme assassin avec l’aide de psychologues, comme le faisait en son temps Goebbels).
    C’est un des reproches les plus grands que je fais au pouvoir de François Hollande: il a laissé en place délibérément tous les instruments de diffusion de la pensée néo-libérale, tout simplement parce que lui et l’essentiel de son équipe sont libéraux et atlantistes.
    De Gaulle, reviens!

  3. ladilafee dit :

    Et l’insécurité (sociale) la précarité (professionnelle) elle, nous consomme à petits feux. elle nous aura à l’usure. Elle nous diminue chaque jour. Elle nous amène à penser à en finir, finir de cette vie là. Elle nous tue !

  4. Marae dit :

    Bonjour à tou_te_s;

    66% (soyons large!) d’abstention font 34% de votants: 41% (soyons encore large!) des bulletins « valides » représentent donc (34 x 0,41=) 14% (arrondi supérieur) de l’électorat; pour un  » un des départements les plus à droite de France »… Relativisons!
    Ce qui n’empêche en rien de constater que la pêche à la ligne ou la chasse reste plus attractive que de se prononcer sur un programme (re)présenté par un candidat; mais quel programme?  » Ne demandez pas le programme!… »
    À moins de voter pour une étiquette, celle-ci censée représenter une « idéologie »? Là, le citoyen, couplé du consommateur averti, a compris: ne pas, ne plus se fier à l’emballage!! 😀

  5. Cubitus dit :

    Plus de 4 000 conseillers généraux en France. Que représente Brignoles ? Une fiente sur mon toit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.