archives_E551136RDurant le mois d’août 1914, après l’effervescence de la mobilisation générale et de la déclaration de guerre le temps arriva où il fut obligatoire d’assumer les premières mauvaises nouvelles. Le fameux télégraphe apporta très vite les informations concernant ceux qui étaient partis vers un conflit interminable. Et elles étaient rarement bonnes. Le règlement prévoyait que le message annonçant au cœur de l’été la mort de l’un des enfants du village soit confié au maire quand il n’était pas lui-même parti au front. Il arrivait que, dans les communes dépourvus de bureau de Postes Télégraphes Téléphones (les fameux PTT) ce soit les gendarmes à cheval ou à bicyclette qui aillent diffuser le communiqué officiel. Quel que soit le porteur de la missive il lui fallait un certain courage pour affronter les pleurs d’une mère, le silence désespéré d’un père, le chagrin d’une jeune épouse ou le regard interrogatif des enfants en bas-âge. Seuls ceux qui ont frappé, en tant que premier magistrat à une porte savent ce que représente la charge d’annoncer un décès brutal. A Créon dès le mois d’août 1914 il fallut que Bernard David se rende déjà à 2 reprises dans des familles pour accomplir cette mission.
La première aura été quasiment historique puisque elle a eu lieu de 1° août 1914. Il est en effet prévenu que Martin Queyrouse est décédé dans la citadelle de Toul. Il est parti il a plusieurs mois au service militaire et a été affecté dans le 168° régiment d’infanterie, là-bas, très loin, en surveillance de la ligne bleue des Vosges. Il a été promu au grade de Sergent major ce qui dénote un parcours irréprochable. Son unité est tout à fait « spéciale » car elle doit défendre les citadelles qui font face à l’ennemi occupant l’Alsace et la Lorraine et elle a été formé dans son uniforme kaki à cette mission de première ligne.
Le 31 août au soir l’ambassadeur d’Allemagne a remis un ultimatum au Président du conseil et dans une clause sécrète en gage de la neutralité demandée de la France dans le conflit venant de s’engager avec l’empire russe, le visiteur réclame à Mariani la remise de la citadelle de Toul ! Une vraie provocation qui va déboucher sur un affrontement inévitable avec des manœuvres déjà secrètes. On ne saura jamais comment est décédé Martin Queyrouse. La seule chose que l’on sait c’est que son corps ne reviendra jamais dans sa terre natale et qu’il sera discrètement inhumé dans le carré militaire du cimetière de… Toul dans cette terre humide, sous un ciel de plomb et comme l’écrit merveilleusement Marcel Pagnol en parlant de son cher Lili sur «  des touffes de plantes froides dont il ne connaissait même pas le nom ».
Quel dur avertissement pour les familles ayant un des leurs parti au front ou pour celles et ceux qui ne savent encore qu’un père, un fils, un gendre, un parent sera appelé dans les prochains mois.
Imaginez un instant que pas un coup de feu n’a été tiré et Créon affiche déjà le premier de ses 44 tués à la guerre… Malheureusement pour Martin, comme elle n’est pas encore officielle il ne bénéficiera pas de la mention « mort pour la France » ce qui dénote un formalisme administratif d’une injustice crasse.
En août 2014 des milliers de soldats français professionnels sont sur des fronts différents mais bel et bien aussi dangereux. Le brave Martin Queyrousse, était lui un citoyen ordinaire né à Madirac et sans aucun attrait pour la guerre. Il ne demandait qu’à revenir en permission dite « agricole » pour participer aux moissons ou aux vendanges, aller chercher des cèpes dans les bois de Régano ou de Millas Il n’a jamais retrouvé ces bonheurs simples qui faisaient le charme de la vie créonnaise !
Il y aura une autre visite de Bernard David en août et cette fois il s’agira d’annoncer aux Duzan que leur fils Jean dit Arthur a été tué dans la localité de Saint Vincent en… Belgique avec les troupes du 7° régiment d’infanterie coloniale. Il est « tombé à l’ennemi » selon une formule cette fois en rodage mais considéré comme « disparu » c’est à dire enseveli ou broyé par les obus venus du ciel d’un plat pays qui n’était pas le sien. Il y a donc un siècle il fut vraiment le premier soldat Créonnais doté de la mention que plus de 1,3 millions d’autres porteront : « mort pour la France ». Lui-aussi n’aura pas d’enterrement. Tout juste une messe dans l’église Notre Dame. Sa mère, sa femme, ses sœurs porteront le deuil de celui qui avait 25 ans ! Elles se vêtiront toute leur vie des habits noirs ad-hoc même les jours de fête. Elles passeront discrètement sur les arcades car il faut respecter la mémoire de celui qui se serait bien passé d’être il y a un siècle un « héros » et pour elles le 22 août restera une date maudite. Un été noir avec un horizon bouché par des nuages couleur poudre à canon se profile. il sera suivi de 4 autres.
Comment ne pas avoir une pensée en cet été pour cette paix malmenée de toutes parts et à ces veuves, ces orphelins, ces mutilés, ces enfants morts à Gaza? La télévision annonce au monde entier leur mort et elle les comptabilise dans l’anonymat le plus complet. Les leurs les pleurent comme Créon pleurait les siens. « Les guerres, ce sont des gens qui ne se connaissent pas et s’entretuent parce que d’autres gens qui se connaissent très bien ne parviennent pas à se mettre d’accord ». Cette phrase de Paul Valéry devait obligatoirement figurer sur tous les monuments aux morts