Des paradis qui conduisent inexorablement à l'enfer !

Il y avait donc 3 parlementaires UMP qui avaient une bonne raison pour ne pas être assidus sur les bancs de l »Assemblée et du sénat puisqu’il étaient depuis de longues années installés au paradis. La dissimulation de compte en Suisse de trois parlementaires UMP exemplaires, Bernard Brochand, Lucien Degauchy et Bruno Sido, a été transmise à la Justice ce qui fait trembler tous les fraudeurs n’en doutons pas un instant.
Le premier a le temps de se prélasser au « paradis » puisqu’au cours des 10 derniers mois d’activités parlementaires il a participé à 4 réunions et n’est venu à Paris seulement qu’à 4 reprises ce qui le place à l’avant-dernière place de toute l’Assemblée nationale. Bien évidemment le fait qu’il ne fasse absolument rien, qu’il puisse porter son indemnité et tous les avantages afférents dans un lieu sûr constituent pour son groupe politique un gage d’estime. Il a le compte en banque adéquat lui permettant de tenir en respect tout le monde. Le second est nettement plus vaillant avec 15 passages au Palais Bourbon et absolument aucune intervention en commission ou dans l’hémicycle ce qui dénote une redoutable efficacité et surtout un vrai engagement au service de ses électrices et des es électeurs Maire, conseiller général et député de l’Oise il avait tenté de se distinguer en signant une proposition de loi accordant l’amnistie aux gens ayant fréquenté un paradis fiscal ! Quant au troisième il passe de temps à autres au Sénat puisqu’il est aussi Président d’un conseil général et d’ailleurs il assume à l’ADF le rôle de porte-parole de ses collègues de droite ! Bref ce trio de la démocratie représentative a tout le temps pour parfaitement gérer son patrimoine sauf qu’il a visiblement oublié des pans entiers de ses avoirs. Chacun risque 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende mais pas nécessairement une peine d’inéligibilité car les « erreurs » par omission n’ont pas été commise dans le cadre de leur mandat ! Mais dans le fond c’est assez injuste !
En effet on apprend le même jour que ce ne sont que des petits fraudeurs , des artisans de la dissimulation fiscale, des bricoleurs de l’horlogerie financière helvétique. La « Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires » – un consortium regroupant des ONG et des organisations syndicales – et chapeautée par l’association CCFD-Terre Solidaire et le Secours Catholique a déniché bien mieux et d’un autre calibre que ces Mousquetaires UMP dissimulateurs. Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont épluché les récents documents publiés par les 5 plus grandes banques françaises (BNP Paribas, Société générale, Crédit Mutuel, BPCE et Crédit agricole) sur leurs filiales. Depuis cette année, la loi oblige en effet ces établissements à détailler, pays par pays, la liste de leurs succursales, leur chiffre d’affaires et leurs effectifs. Ils les ont ensuite comparé à la liste des territoires opaques établie en 2009 par l’association « Tax Justice Network », qui comprend 60 pays. Et ils ont déniché des filiales au Luxembourg, aux Iles Caïmans, à Singapour, aux Bahamas…que les bilans font apparaître comme extrêmement lucratives et discrètes. Un constat qui mériteraient bien une initiative parlementaire de contrôle présidée par Thévenoud et constituée avec Balkany. On peut aussi compter sur une question au gouvernement mercredi prochain par Christian Jacob qui a recueilli leurs confidences les yeux dans les yeux..
Ces anges des paradis amélioreraient leurs statistiques parlementaires et constateraient que » 34% des filiales étrangères de ces banques sont basées dans des pays complaisants. Ces établissements français y réalisent 26% de leur chiffre d’affaires à l’international, soit un montant de 13,7 milliards d’euros en 2013. On est loin, très loin des 1,5 million d’euros cumulés des parlementaires qui n’avaient rien, n’avaient rien lu et rien vu !
Sur ce critère, la palme revient à BNP Paribas, dont les 170 filiales implantées dans ces Etats ont dégagé un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros. Rapporté à l’activité totale des banques, c’est le Crédit Mutuel qui arrive devant avec plus de la moitié de ses filiales étrangères basées dans des pays à la fiscalité accommodante, générant 35% de ses revenus à l’international. Le Crédit Mutuel vous savez la banque qui appartient à ses adhérents dans laquelle ils ne risquent rien. Et pour cause !
En fait ces déballages « paradisiaques » renforcent la terrible crise de confiance populaire dans les deux secteurs clés de la société : la politique et l’économie ! Comme en plus il n’aura aucune conséquence négative réelle pour les responsables on tombera vite dans cet enfer dont le chemin est pavé de promesses électorales !

Ce contenu a été publié dans PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.