CANTONALES – Un miroir aux alouettes très primaire !

Il faut s’y résoudre la personnalisation voire la « vedettarisation » de la vie politique est devenue dans tous les pays du monde une constante de l’évolution de la démocratie. C’est en définitive une évolution à l’américaine dans laquelle il faut vendre les candidates et les candidats via des spots publicitaires comme des savonnettes. Aux USA c’est autorisé et la collecte de fonds ne sert qu’à régler d’énormes fais de diffusion de films vantant les mérites de celle ou celui qui le paye ou dénigrant ses adversaires. Chez nous, dans ces élections départementales en cours, un virage vient d’être pris avec les choix affichés par la Droite classique et le front National. Voici deux partis qui se moquent pas mal du programme local mais qui en revanche s’inscrivent sans vergogne dans les futures échéances nationales.

En Gironde il n’y a aucun doute pour une bonne part de l’électorat UMP-MODEM-UDI il vote pour une présidence du futur Conseil départemental assumée par… Alain Juppé ! Il est certain qu’au soir du premier tour compte-tenu des voyages de découverte de la Gironde effectués par le « meilleur d’entre tous les candidats » c’est lui qui ira sur les plateaux car c’est lui qui aura gagné ou perdu ! Il est vrai qu’à ce jour, en dehors des municipales bordelaises, il n’a jamais réussi à imposer ses ouailles dans un scrutin départemental ou régional. Tous les désespoirs sont donc permis pour son camp.

Porté par le vent de sondages favorables mettant surtout en évidence la chute de l’ex-futur revenant à la Présidence de la République, il sollicite lui-même les suffrages pour ses troupes. Et comme le temps est au vedettariat national on l’exploite au maximum. D’ailleurs en meeting dans la région parisienne, le « Maire bordelo- métropolitain » a vraiment tenté de se glisser dans les pas de marine Le Pen sur le plan tactique. A Montreuil devant une salle clairsemée de quelque 300 personnes, il a appelé les sympathisants UMP à « mobiliser » l’électorat pour un scrutin qui « ne passionne pas les foules », et à aller « tirer les sonnettes ». « Il faut faire (de ces départementales) une étape importante de la marche pour l’alternance » en 2017…

Tiens donc on ne voterait donc pas le 22 Mars pour la solidarité humaine et territoriale en gironde mais ce serait une « primaire » de Droite pour les Présidentielles? D’ailleurs ce sera le même discours dans les réunions girondines : « votez Juppé ! ». Sauf qu’il n’a rien à voir avec la gestion du département et qu’il n’a pas plus farouche adversaire de la survie d’une collectivité territoriale de cet échelon. Comme il marche sur l’eau médiatique des sondages nul ne songera à le plonger dans ses contradictions. Jamais la pression télévisuelle nationale n’a été aussi et jamais elle n’a autant tué la vraie démocratie locale !

Pour le FN c’est pire car il n’y a pas d’autres médiatisations que celle accordée à « Marine », la seule égérie du populisme galopant. En fait personne ne fait mystère chez les Frontistes que ces élections départementales ne sont que la première marche pour leur idole vers le pouvoir national. Répétition à l’envi des slogans nationaux, tracts avec photos de la marchande de bobards, victimisation outrancière de la religion frontiste mais absolument rien sur le quotidien réel des gogos qui voteront pour elle via ses sbires.

Le quinquennat qui place désormais la présidentielle en permanence au cœur de toutes les élections montre ses limites. En fait la bonne gestion départementale, les objectifs atteints, les projets annoncés, les considérations sur la solidarité, sur l’égalité, sur la fraternité n’ont aucun intérêt pour plus d’un électeur sur trois ! On vote FN pour bien placer Marine dans la course vers 2017 car elle au moins « elle est proche des gens alors que vous on ne vous voit jamais ! ».

C’est sur ces bases de rejet, de discrédit, de haine, de transformation du non-dit en vérités énoncées que la gangrène sociale s’installe. Les miroirs aux alouettes sont installés. En se retrouvant dans des formules simplistes avec une image d’Epinal de la femme triomphant du dragon socialiste attaqué de toutes parts, les gens occultent totalement le vrai enjeu de ce scrutin : leur quotidien ! Selon la formule célèbre il faut « que l’on se voit belle (beau) dans ce miroir des mots » pour pouvoir voter !

Leurs enfants, leurs petits-enfants à tous les âges ; leurs parents ou leurs grands parents à tous les âges ont tout à perdre en se laissant attirer par la facilité du vote uniquement « contre » un ennemi lointain et anonyme. La proximité souffre devant le déluge médiatique qui lamine l’intérêt local. Et en plus quand on sait que l’on n’est jamais élu sur un bilan (n’est-ce pas Lionel Jospin?) la tache est ardue pour toute les majorités sortantes depuis ces dernières années en France ! Le vote du 22 mars est local. Strictement local. La campagne doit rester locale. Strictement locale. Le vote doit être local. Strictement local. Le duel Sarkozy-Juppé ? Rien à faire ! Les signatures à cumuler pour Marine 2017? une supercherie ! Seul votre quotidien compte !
Jean-Marie Darmian

Ce contenu a été publié dans élections départementales mars 2015, PARLER GIRONDE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à CANTONALES – Un miroir aux alouettes très primaire !

  1. Trupin dit :

    Il est toujours intéressant d’écouter des candidats à une élection défendre leurs points de vue.L’émission de TV7 d’hier est instructive à plusieurs points de vue mais force est de constater que pour parler d’une institution il faut en connaitre les ressorts. Hier j’ai vu 5 candidats dont deux seulement savaient de quoi ils parlaient. ¨Pourtant les différences entre ces deux-là sont grandes. Le candidat qui porte les couleurs de la droite veut faire des économies sans dire où et comment, supprimer des postes et faire un pont sur l’estuaire au moment où l’argent est rare et les besoins sociaux énormes.
    Jean Marie Darmian, issu du monde associatif, instruit par un long passé de gestionnaire municipal et intercommunal, vice président des finances du département dans une période difficile a su, sous la direction de Philippe Madrelle, préserver des investissements raisonnables, protéger l’action sociale au service de tous les Girondins, de la ville ou des champs, tout en apportant à tous les élus le témoignage sonnant et trébuchant de la solidarité départementale. C’est un bilan et c’est aussi l’assurance d’une constance dans l’action qui ne pourra que plaire aux électrices et électeurs du canton de Créon et qui sait…. à ceux de la Gironde!

    i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *