Le billard à trois bandes de Sarko

C’est fini ! Plus de psychodrame politicien autour du « Marquis de Sarthe ! ». Il a été couvert de louanges après que ses « parrains » de l’ex-UMP lui aient jeté l’opprobre sur lui. Enfin du moins tout a été fait pour que la façade ne continue plus à se lézarder car la réalité est tout autre. Les couteaux sont rangés au vestiaires, les Kalachnikov ont été remisées sur les râteliers, les tireurs d’élite ont quitté les toits du pouvoir, les chars d’assaut ont été ramenés au garage : ouf on a signé un armistice sous contrainte. En fait l’ordre est venu du général en chef englué dans les affaires qui a bien compris que le mieux était de sauver celui qui se prenait pour le général Fillon et en faire un simple cabot de chambrée ! Avec une habileté louable Sarko, le plus talentueux des stratèges, a repris la main en trois temps selon un plan parfaitement mené. Croire que tout n’a été qu’improvisations, bons sentiments ou décisions affectives c’est être d’une déplorable naïveté. Tout a eté millimétré et savamment calculé par le génie de Neuilly ! Il a réussi la prise en otage de Fillon en trois périodes menées de main de maître !

La première a consisté à affaiblir au maximum celui qui se croyait invincible en le laissant s’enfermer dans des phrases irréversibles, en lui refusant un coup de main, en l’oubliant pour que l’indifférence apparaisse comme une critique. Il a ensuite mis en oeuvre la tactique du toréador qui fait donner les picadors quand le « taureau » lui paraît rétif, rebelle et dangereux. Un geste a suivi venant des tribunes et sa quadrilla pour donner de la pique avec retenue et professionnalisme. Il ne fallait surtout pas tuer la bête mais simplement la pousser à bout, la rendre vulnérable et la balader dans l’arène politique sans jamais s’engager dans une faena décisive. En fait inexorablement Sakozy a conduit le Taureau narcissique dans la zone où il pouvait le toréer facilement, l’épuiser en courant après le chiffon rouge de la destitution ! Perdant ses forces et surtout s’enlisant dans des déclarations outrancières il a offert un avantage considérable à celui qui le menaçait de l’épée de la mise à mort.

Le Sarko des grands jours a su ensuite, habileté suprême, fomenter indirectement le coup de déprime de Juppé, une passe dont il a le secret. Il lui a refusé son soutien mais sans le refuser tout en le refusant, le poussant ainsi à une réaction d’orgueil qui l’arrangeait bien. il connaissait parfaitement les défauts de celui qu’il méporise. Faute de moyens financiers bloqués par Fillon et le parti LR, ayant une incertitude forte sur la mobilisation des parrainages, privé de l’appui des sbires de Sarko, le second des primaires ne pouvait que se retirer sur les bords de la Garonne sans tenter d’ imiter Napoléon revenant pour 100 jours de l’île d’Elbe et finir par un Waterloo électoral l’attendait à 71 ans ! il n’avait pas le choix : tout ou rien ! Sarko a ainsi appliqué une stratégie parfaite : affaiblissement de celui que l’on veut capturer et isolement des renforts possibles. Elle a déjà fait ses preuves à l’égard de bien d’autres adversaires. Elle a permis au faux retraité de mettre le « taureau furieux de la Sarthe » hors course sans surtout le tuer car il sera plus utile vivant que mort !

En refusant d’entendre l’appel de Bordeaux Sarko a effectué une manœuvre de haut niveau protégeant Fillon mais le rendant encore plus dépendant des Sarkozystes. Les Juppéistes ayant déserté l’arène avec l’espoir de contraindre celui qui avait volé la vedette à leur vieille gloire il a vite exploité l’espace vide. Il a sauté sur l’occasion ! Sarko a attendu le bon moment pour prendre la main. Sur l’estrade du Trocadéro il a exigé que Baroin soit en haut de l’affiche et qu’il soit placé dans le champ des caméras au plus près du naufragé. Au prétexte de s’afficher solidaire il préparait la dernière partie de l’offensive. Un message fort envoyé vers le Palais Rohan : « tu n ‘es pas là mais moi j’y suis par procuration… et donc je suis en mesure de peser sur les décisions ». La pari était gagné car Juppé ne supporte pas le blanc-bec président de l’AMF sans avoir eu de concurrent. « Le meilleur d’entre eux » a cédé car il a décodé : Sarko ne le soutiendrait jamais et même le combattarit !  Hier soir au rendez-vous des « parrains » de LR il a rendu sa légitimité à Fillon qui lui doit cette unanimité ripolinée. Le « Maquis de Sarthe » sera désormais flanqué du « Baroin d’eau douce » dont il ne se décrochera plus et il est redevable à son mentor de lui avoir évité le naufrage attendu ! « Qu’il aille au bout… et on verra bien! » a laché le nouveau Pymalion de Fillon.

Quel a été le marchandage ? L’indépendance de la justice est vraiment dans le collimateur de celui qui porte les couleurs d’une Droite n’étant plus républicaine…Le pari est simple : si son nouveau « allié protégé » arrive à l’Elysée il est fort possible que le vent judiciaire tourne et que les dossiers s’enlisent quelque peu. Que pourra refuser un Fillon ligoté par ce sauvetage bienvenu ? Le vote unanime de hier soir a été certainement l’occasion d’ouvrir une belle bouteille de champagne… Sarko a abattu ses dernières cartes pour échapper aux mauvais moments qui l’attendent. Il avait espéré le faire lui-même. Il le fera par procuration ! Dans le fond c’est plus reposant. Ecoutez bien Juppé il le pense si fort que vous allez vous croire en télépathie avec lui !

Ce contenu a été publié dans PARLER PRESIDENTIELLES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le billard à trois bandes de Sarko

  1. J.J. dit :

    Très bonne analyse de ce festival de coups tordus.
    Mais quand va-t-on foutre en tôle tous ces délinquants ?
    Je rêve, je sais…ou plutôt, à voir la situation je cauchemarde.

    A l’école, j’ai appris et compris des notions de morale.
    Au catéchisme on nous faisait rabâcher toutes sortes de règles à appliquer : obéissance, honnêteté, etc…

    Je constate que tous ces gens qui sont allés à l’école, on assisté sans doute au catéchisme avec bien plus de conviction que moi, n’ont pas intégré les mêmes valeurs et les mêmes consignes de vie en commun, ou du moins ne les interprètent pas de la même façon.

    On m’avait fait comprendre, par exemple, que mentir est un très vilain péché !
    Il est vrai que nous ne sommes pas du même monde, moi, je viens de la France (laïque et républicaine ) dite d' »en bas », comme le prétend le phénix rance et moisi du Haut Poitou.

  2. jacques dit :

    Serait-ce que les politiques ne se plaisent que dans les coups tordus, je n’ose le croire? 🙂
    Tous ces bons chrétiens qui vont voter comme un seul homme pour ceux et celles (ne jamais oublier les blondes nasillardes) qui renient tous les jours les préceptes qu’ils sont tenus de respecter de par leur religion. Les bras m’en tombent et je porte ma croix… Vous me direz c’est bientôt Pâques!
    L’analyse de Jean Marie me semble très pertinente sur la future justice qui sera rendue par Fillon et Le Pen s’ils venaient au pouvoir. D’ailleurs le choix de Fillon d’aller jusqu’au bout est maintenant à rapprocher de celui de Sarkozy de revenir aux affaires. Le choix de l’intérêt général a bon dos, c’est plutôt  » je te tiens, tu me tiens par la barbichette…. » Espérons que la tapette de la chanson tombera sur tous ces protagonistes un certain soir de mai 2017.

  3. J.J. dit :

    Jacques dit : ……. tous les jours les préceptes qu’ils sont tenus de respecter de par leur religion.

    Erreur ! Erreur ! Erreur !
    Les textes soit-disant sacrés sont à deux vitesses, les uns pour le petit peuple qui doit obéir (c’est pour cela que sont faites les religions), les autres pour les nantis qui choisissent les bons morceaux : EXEMPLE
     » Moi, je vous le dis : employez les richesses acquises malhonnêtement à vous faire des amis, afin que, lorsque vous viendrez à être dans le besoin, vous soyez reçus éternellement dans les maisons de ceux que vous aurez obligés. » (Luc, XVI, 1-9.)

    C’est un citation des évangiles selon Luc.
    Il faut le faire, non ? comme on dit vulgairement…
    Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi au moyen Age, et jusqu’à la Réforme, le clergé ne voulait pas que les fidèles aient accès aux traductions de ces textes que l’on se garde bien de vulgariser ?

  4. dégrave dit :

    Merci FF de m’avoir appris que la foi ne protège pas de la mauvaise foi!

  5. LAVIGNE Maria dit :

    Très bonne analyse du fonctionnement de ce panier de crabes issus du marigot puant de cette 5ème République moribonde.
    Nous n’en pouvons plus devant ce spectacle affligeant de gens qui quittent le navire un jour et déclarent leur flamme le lendemain, les mêmes qui font des contorsions pour expliquer que ces pratiques sont légales. Je ne savais pas que le travail fictif était légal. Que dire de Bismuth qui tire les ficelles sinon qu’il est expert en magouilles. Qu’ils partent tous, ils ont assez sali notre France qui mérite mieux qu’eux pour la représenter.

    • bernadette dit :

      @Maria,

      Je partage la conclusion de votre analyse. Qu’ils partent tous y compris les « socialistes » qui ont trahi les electeurs francais.
      Bien a vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.