Un onze de départ pour un match sans intérêt

Imaginons une équipe de football conviée à un débat sur le match qui s’annonce… Onze candidats vont se retrouver sur un plateau de télévision pour débattre selon les annonces faites par les chaînes du service public. Une supercherie intégrale puisque dans un tel contexte il ne pourra absolument pas y avoir débat mais simple énoncé successif de phrases préparées par des spécialistes de la communication sur un laps de temps extrêmement limité. Aucune confrontation, aucun dialogue, aucun échange réel… mais des réponses à des questions posées par deux animatrices ayant elles-aussi répété durant plusieurs jours. Chaque intervenant disposera de 15 minutes au total dont une seule au départ pour se présenter. Si l’on fait un calcul rapide et simple, hors temps de parole des meneuses de la revue, on risque d’attendre plus de 3 heures pour assister à une conclusion tout aussi restreinte !

La démocratie étant réputée égalitaire elle nécessite que cette mascarade soit organisée pour justifier que tous les partants ont la même chance. En fait depuis de longes mois la supercherie médiatique a largement façonné l’opinion dominante. Elle est faite et si j’avais un conseil a donné à ceux que les « horoscopes » sondagiers place en tête c’est dans dire le moins possible ou d’utiliser le maximum de leur temps de parole dans la première heure de l’émission. Ensuite ce sera trop tard puisqu’il y aura de moins en moins de téléspectateurs et donc un impact moindre. Il faudra frapper d’entrée ou alors les effets seront tellement faibles que rien ne changera ! On peut en effet considérer qu’une seule question méritera un tour de table de près d’un quart d’heure et donc que chacun s’exprimera… au maximum à une dizaine de reprises ! Chaque candidat aurait donc imaginez un peu… 1 minute et 30 secondes pour répondre à chaque question et qu’il ne serait pas possible d’interrompre un débatteur pendant qu’il parle. Par contre, un prétendant pourrait toujours en interpeller un autre sur ce qu’il vient de dire et perdre de son temps de parole !

Le premier sujet sera abordé: «Comment créer des emplois?» en 90 secondes ! Suivront les deux autres thèmes de la soirée: la lutte contre le terrorisme et le modèle social. Autant dire qu’il faudra un remarquable esprit de synthèse pour développer des réponses crédibles. A moins qu’il ne s’agisse que du jeu des petites phrases, des propositions creuses ou des mots ressassés inlassablement comme le veut la propagande ! Il est déjà certain qu’un coup d’éclat placé au bon moment vaudra mieux que des arguments raisonnés et constructifs. La pédagogie politique n’a plus aucun avenir et dans cette perspective la seule issue reste l’effet de surprise!

Benoît Hamon annonce « un coup pour le tout début de l’émission» quand Jean-Luc Mélenchon « prépare de bonnes punchlines » avec sa verve et son humour pour marquer les esprits avec ses petites phrases percutantes. Fillon ne dira rien car il a intérêt à passer inaperçu. Le Pen rabâchera les phrases clés de son populisme simpliste ! Poutou débitera son bréviaire habituel de « candidat-ouvrier »… Macron se victimisera chaque fois qu’il le pourra ! Dupont-Aignan criera au scandale car sa valeur n’est pas reconnue. Arthaud tentera de rappeler Arlette. Jean Lassalle fera son show en chantant ses Pyrénées et la vallée d’Aspe Les autres pratiqueront la surenchère avec désormais la certitude que chaque voix via le financement public qui les attend leur garantit une nouvelle rente pour 5 années ! Et on appellera ça un débat !

Le grand défi des deux journalistes chargées de la bonne tenue des discussions sera d’éviter que tout le monde ne parle en même temps et que finalement, plus personne ne comprenne rien. On a donc préparé le grand récital des onze vedettes de la démocratie française. Les représentants de chaque candidat se sont réunis pour déterminer les règles qui seront en vigueur dans l’émission. En fait la seule justification de ce simulacre de débat se résumera en deux chiffres le lendemain matin. Le premier aura une importance capitale pour les tarifs de la publicité : le nombre de présents devant leur poste sur cette chaîne ! Le second concernera la mise en valeur du « vainqueur » de la soirée jugé comme le plus « convaincant » ! Rassurez-vous le résultat est déjà connu mais il faudra attendre car ce sera une vraie surprise !

La démocratie de l’écran plasma ou du home-cinéma ne fait que refléter cette société des apparences et de la superficialité. Un jeu du qui perd gagne avec onze candidats alignés n’a aucun intérêt si ce n’est de servir d’alibi pour un système médiatique de plus en plus exécrable. La politique spectacle ressemblant au jeu du cirque ou au grand guignol continue son cheminement dans des esprits adorant la télé-réalité ou les fictions américaines mais il n’est pas certain qu’elle forme des citoyens éclairés !

Ce contenu a été publié dans PARLER PRESIDENTIELLES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un onze de départ pour un match sans intérêt

  1. Bernadette dit :

    Bonjour

    Vais me mettre en grève parce que je suis une citoyenne responsable et ne supporte plus la mafia politique

    Au revoir

  2. Bernadette dit :

    Je boycotte cette élection dite présidentielle. Je n’irai pas voter parce ce que ça ne sert à rien.

    • Christian Coulais dit :

      Citoyen responsable, j’irais voter !
      Dans l’absolu, si les 30/35% d’absentionnistes votent d’un seule voix pour l’un des onze apôtres « républicains », cette personne se retrouverait au second tour.
      Comme quoi votre vote n’est pas inutile !
      Sinon, attendons les bras ballants et la gorge baillonnée la venue de la Maréchale le P. nous poursuivre jusque dans les chiottes !

  3. J.J. dit :

    Je n’ai pas voulu m’infliger le pénible spectacle de ce débat de chiffonniers, j’ai cependant ce matin pris connaissance de quelques interventions.
    J’ai apprécié en particulier les prestations de Philippe Poutou qui aurait, semble t-il, un peu taquiné le rigide et prodigue sarthois.
    J’ai également apprécié l’intervention de Jean Luc Mélanchon :
    « Fichez nous la paix avec la religion ! »
    Voilà une définition on ne peut plus claire, bien que lapidaire de la Laïcité : cette remarque n’a rien de sectaire, la religion, pas plus que les signes religieux, n’ont à faire dans l’espace public, libre à chacun d’avoir les croyances qui lui plaisent à condition de les garder pour son intimité.
    N’oublions pas que la France garantit la Liberté de Pensée dans sa Constitution.

    Christian @
    Vous avez raison, Christian,il faut aller voter, même blanc, l’acte lui même compte, si peu efficace qu’il soit, nous nous devons de sacrifier à cet usage citoyen qui a donné tant de peine à conquérir.
    Quant au lieu auquel vous faites allusion, où la maréchale pourrait nous poursuivre, je pense qu’avec son collègue Fillon, c’est là qu’ils peuvent se réfugier et où l’on risque de les trouver.
    A défaut de cabinet noir, de leurs candidatures à la pestilence, émanent des remugles qui ne sont pas sans évoquer la cabane au fond du jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *