Lorsque Laurent Wauquiez dézingue la gestion de son ami Alain Juppé secondée par sa lieutenante Virginie Calmels qui a priori n’a pas eu le temps de communiquer, il joue sur du velours puisque toutes les affirmations sont prises pour argent (de contribuables) comptant. Tous les élu(e)s sont considérés irrémédiablement comme des « dépensiers inconsidérés » ou des « piètres gestionnaires ». Pour pouvoir apprécier les réalités des engagements des dépenses effectuées par un Maire il faut en effet avoir un minimum de recul sur les critères à appliquer. En fait la seule « vérité » vient des analyses effectuées à partir des comptes administratifs, reflets les plus proches de la manière dont un édile conduit les affaires de sa ville ou de sa commune. Un site permet à tout un chacun de vérifier les affirmations lancées par une opposition virulente ou un responsable politique truqueur. Il s’agit de https://www.collectivites-locales.gouv.fr/ en allant à droite sur la rubrique comptes individuels des collectivités. On y trouve simplement les chiffres avec la comparaison de ceux de la commune recherchée avec ceux de la strate de référence. Bien entendu ça vaut ce que ça vaut mais au moins si l’on souhaite apprécier sereinement on a des éléments clairs.
Quand on se penche sur la situation de la ville de Le Puy en Velay dont l’éminent Laurent Wauquiez a assuré la gestion on se dit que le bonhomme n’a guère de scrupules. Je me garderai bien de comparer avec celle de Bordeaux puisque ces villes n’ont pas du tout la même taille (12 fois plus grand pour la capitale girondine). Le « bavard » qui assume ses propos ce qui est dans le fond tout à son honneur ignore probablement qu’en matière de finances communales Le Puy en Velay n’est pas irréprochable mais comme il sait que les médias n’iront pas fouiner il s’en sort indemne.
Si l’on prend l’année 2015 qui aura été celle de son départ officiel de son fauteuil de maire, le Ministère des finances constatent que les frais de fonctionnement de la ville se situent à 1422 € par habitant soit 16 % au-dessus de la moyenne des cités de même importance ! Si l’on scrute la ligne dévolue au personnel on constate un niveau à quasiment 59 % de dépenses de fonctionnement contre 54,3 % pour la strate ! Il n’est pas inutile de mesurer le niveau d’endettement qui se situe à 1 128 € par habitant pour seulement 944 € en référence chez les autres… soit 19,5 % au-dessus. Trois éléments qui lui ont probablement échappés et qu’il a oublié de confier aux étudiants au moment où il « cramait » Juppé !
Le roi de la baisse des impôts tiraient en tant que Maire ses revenus communaux à 43,60 % des impôts locaux (moyenne à 39,23 %) ce qui donnait un produit de taxe d’habitation qui reflétait une pression exercée sur la population à raison de 1520 € par habitant contre 1397 € ailleurs et 1353 € contre 1333 € sur le foncier bâti. Encore des chiffres qui devraient au minimum rendre l’ami fidèle de Mère Térésa qu’il’a jamais vraiment rencontré un peu moins sûr de ses miracles gestionnaires. Si l’on regarde le site http://www.contribuables.org/argus-des-commun dont les analyses valent ce qu’elles valent ont s’aperçoit que la note du Puy en Velay est de… 7 sur 20 ! Un autre paramètre qui prouve que rien n’est vraiment parfait au pays de la verveine ! Sauf que Wauquiez joue sur du velours en trouvant pire que lui !
Il sait comme sur bien des sujets que l’on ne retiendra que l’écume de ses propos car personne n’a envie de baser sa critique sur des arguments précis. C’est souvent ainsi : il suffit de provoquer de hurler, de baver ou de dénoncer pour s’exonérer de ses propres faiblesses. La technique a été et sera encore utilisée par tous les populistes et nul ne peut prétendre qu’elle est de plus en plus efficace. Afficher péremptoirement ses certitudes a conduit Trump au pouvoir et il y est peut-être pour plus longtemps qu’on le pense. L’ignorance, les croyances, les approximations, les fausses informations servent désormais d’arguments décisifs dans le positionnement politique et celui qui déploie toute son énergie pour expliquer n’a plus aucune chance de convaincre. Il lasse et il emmerde même le commun des contribuables qui n’aime qu’une certitude : je paie trop d’impôts !
C’est vrai qu’en tapant sur Bordeaux dont l’endettement en 2015 atteignait 1 538 € par habitant (villes de la strate 1 191 € soit 30 % de moins) et dont la note attribuée par le site contribuables associés est de 0 sur 20 il joue gagnant à tous les coups. Loin de moi l’idée de prendre parti dans cette querelle mais en tous cas il faut relativiser le « rentre dedans » comme stratégie politique car il conduira aux pires excès. Mais dans le fond n’est-ce pas ce qui est recherché ?