Il existe une polémique relative aux installations de compteurs Linky. Elle revêt deux aspects qui sont à l’origine d’une contestation : le relevé de données qui peuvent constituer d’une certaine manière une atteinte aux libertés individuelles et d’autre part le danger que représenterait des ondes émises par une nouvelle implantation à l’intérieur des maisons. Les modèles de compteurs « communicants »qui sont installés en ce moment par Enedis (ex-Erdf) permettront en effet le transfert des données de consommation au gestionnaire d’électricité, sans avoir besoin d’une relève manuelle, comme c’est le cas actuellement.
La situation actuelle est claire : les consommateurs dont l’appareil se situe à l’intérieur du domicile peuvent refuser l’installation, en interdisant l’entrée dans leur domicile. C’est de leur choix et donc il sera obligatoirement respecté par l’entreprise concernée. Alors encore une fois face à cette situation Enedis a déjà prévu la parade selon l’éternel principe de la sanction financière. Il est en effet prévu «un «relevé spécial» payant au moins une fois par an » quis e rajoutera à celui de l’abonnement. A ce sujet l’opérateur utilise dans sa documentation un langage spécifique qu’il paraît difficile de décoder : «les compteurs d’électricité des logements non équipés en compteurs Linky devront faire l’objet d’un relevé spécifique, lequel impliquera une prestation résiduelle de relève à pied». La traduction est simple si la relève à distance n’est pas possible elle sera inéluctablement payante que personne ne veut chiffrée.
La Commission de régulation de l’énergie a déjà planché sur le sujet depuis 2016  dans un texte «portant sur la tarification des prestations annexes», elle considère «justifié que les consommateurs qui n’ont pas laissé l’accès au compteur se voient facturer une prestation de relève à pied résiduelle, compensant les surcoûts occasionnés, mais que cette prestation ne peut être mise en place à ce stade, à défaut de connaître l’ampleur de ces surcoûts». Or chez moi par exemple le compteur peut être relevé de l’extérieur depuis le début grâce à un système intégré dans le mur extérieur de ma maison. N’empêche qu’en 2021, selon le nombre de réfractaires ils détermineront un tarif et ce sera une contrainte imposée par le contrat.
La seule certitude que l’on peut avoir c’est que si les « réfractaires é sont nombreux il ne sera pas possible d’appliquer un tarif très élevé ? L’objectif d’Enedis est certes de fiabiliser ses relèves mais surtout de diminuer les charges liées à cette tâche extrêmement fastidieuse et coûteuse. Passage des releveurs ayant une quantité de compteurs à visiter à pied avec les relances et les frais de rédaction de factures : une grosse économie à réaliser si tout ce processus est supprimé ! Cette nouvelle donne supprimera des centaiens d’emplois dans des entreprises sous-traitantes.
La seconde étape consistera à faire payer selon un tarif très élevé l’installation à posteriori du compteur Linky. C’est admis par la CRE qui parle dans ses conclusions un relevé spécial » dont le montant n’a pas encore été fixé pour les particuliers. Par contre Enedis a déjà mis en place un tarif pour les collectivités, les industriels «refusant la pose d’un compteur évolué ou l’activation du dispositif de télécommunication». En effet, le déploiement des compteurs chez ce type de client étant terminé depuis 2016, il a été possible d’évaluer le surcoût et donc d’établir une facture du montant correspondant. Dans ce combat contre la technologie moderne il suffira à l’entreprise distributrice d’électricité d’avoir de la patience pour arriver à ses fins. La rentabilité sera obtenue des deux manières. Le compteur Linky représente à terme de grosses économies de fonctionnement et les refus seront aussi productifs dans la mesure où ce qui est gratuit actuellement deviendra payant.
Est-ce spécifique à Enedis ? Est-on certain que notre liberté est préservée dans le domaine de la téléphonie ? Quelles sont les protestations organisées contre les risques des ondes des mobiles ? La carte bleue sert-elle à nous espionner en terme de consommation ? Les dangers ne sont-ils pas partout dans une société où nous ne sommes que des objets connectés que l’on observe, que l’on manipule, que l’on utilise, que l’on influence ? Qui en est vraiment conscient(e) ? Sans faire de la science fiction il est certain que la montée en puissance de l’intelligence artificielle va encore aggraver notre dépendance dans de multiples domaines de manière insidieuse. Je crains personnellement davantage d’être otage de mon ordinateur que de mon compteur Linky (que je refuserai) mais probablement suis-je dans l’erreur !