L’effet boomerang plus que jamais dangereux

La surenchère bat son plein dans le monde musulman balkanisé entre des dizaines d’écoles diverses d’interprétation du Coran. La nostalgie des grands équilibres antérieures avec la forte emprise des « dictateurs » tenant sous l’éteignoir par la force ou l’intérêt les « religieux » n’est plus de mise. Le pouvoir politique majoritairement laïque dans ses comportements (Syrie, Égypte, Tunisie, Iran, Irak..) permettait des arrangements avec le monde occidental reposant sur des arrangements économiques.

Année après année le corsetage de l’Islam a explosé pour créer une situation au Moyen-Orient totalement instable et sans « figure » forte pour endiguer l’interférence croissante du religieux. Cette tendance a conduit à une course au soutien financier à des officines destinées d’abord à inciter au schisme chez les autres pour les affaiblir.

Les grandes puissances sont allées souffler sciemment sur les braises (Irak, Lybie, Syrie), ont détourné le regard quand les affrontements se déroulaient sur des zones sans intérêt économique (Yémen, Kurdistan) ou ont pactisé avec une faction ou une autre. Les conflits se sont multipliés générant la peur, la misère, la douleur, la ruine, la mort et des exodes massifs. Les vraies raisons de la montée des extrémismes sont toujours les mêmes et produisent des résultats similaires.

En s’érigeant dans le rôle d’arbitre véreux (les « pots de pétrole ») ou en devant complice passif le monde occidental s’est discrédité depuis des décennies. Il a souvent semé le vent pour récolter des tempêtes de plus en plus fortes, de plus en plus éprouvantes car elles atteignent désormais les rivages des pays concernés.

L’engrenage a de quoi angoisser le(la) citoyen.ne qui a du mal à analyser des événements mettant en danger sa sécurité sur son sol en oubliant l’effet boomerang des actions antérieures. Le mépris, par tous et tout le temps, pour la vie humaine gangrène la planète

Les actes terroristes quels qu’en soient leurs motivations appartiennent aux crimes contre l’humanité. Ils sont pourtant inspirés par des propos outranciers destinés à galvaniser des opinions publiques en détresse dont on ne mesure jamais l’impact qu’ils peuvent avoir sur les esprits faibles, mal éduqués, recroquevillés sur la notion de vengeance. L’exploitation de la misère culturelle parfois volontairement entretenue devient la source principale du terrorisme.

En énonçant les pensées non-formulées par les peuples, on s’installe dans le rôle du meneur assumé ou du sauveur potentiel. La propagande fasciste n’a pas agi autrement : transformer par des mots les pensées les plus obscures de l’esprit humain. Faire semblant de croire que ces phénomènes restent spécifiques aux méthodes d’une religion en particulier relève de la supercherie ou la manipulation simpliste.

L’amplification des l’angoisse par la pandémie rend tout espoir raisonnable de retour vers la tolérance totalement vain. D’autant que lorsque l’horizon est bouché et l’espoir s’est envolé, la tendance serait plutôt au repli sur soi, sur ses certitudes, ce que l’on pense être des soucis insurmontables. Dans la souffrance collective germent l’exclusion, la tendance à défendre farouchement ce que l’on découvre être le simple bonheur de vivre.

La haine génère la haine. Les mots prennent alors une importance particulière surtout quand ils sont prononcés par des personnes réputées qualifiées pour les exprimer. Les déclarations faites dans un monde sur médiatisé uniquement pour se valoriser en étant plus « royaliste » que le « roi » deviennent des bombes à retardement. Dans le contexte actuel c’est un confinement de la « connerie », de la « médiocrité », de « l’opportunisme », de la « superficialité » qui devrait être décrété.

Les crimes, tous les crimes ; les assassinats, tous les assassinats ; les attentats, tous les attentats ; les guerres, toutes les guerres doivent être dénoncés, poursuivis, condamnés et rien ne saurait les excuser. Il nous faut les condamner solidairement avec calme et détermination  en expliquant, en justifiant, en se référant à des valeurs intangibles de notre démocratie. Malheureusement l’émotion instantanée légitime éclipse toute réflexion.

« L’Homme qui, selon la célèbre formule, est un loup pour l’Homme » n’a vraiment pas besoin de prêche, de sermon ou de discours pour devenir le pire ennemi de son semblable, ou de sa propre espèce. Nous le découvrons avec effroi chaque jour : parfois j’envie le silence des déserts.

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à L’effet boomerang plus que jamais dangereux

  1. Bonjour Jean-Marie et bravo, comme d’hab …
    Mon premier envoi a échoué !?! J’avais écrit que, pas plus tard qu’hier, un groupe de citoyens Turcs a manifesté à Dijon, contrairement à l’arrêté pris. Non seulement, il a bravé l’interdit, mais de plus il a tenu des propos et des faits et gestes qui en disent long en ces temps dramatiques vécus du côté de Nice. Déjà, il avait manifesté en Juin dernier sous couvert du drapeau tricolore, en dehors de l’arrêté préfectoral. C’est inadmissible ! Une punition exemplaire doit leur être infligée puis une expulsion envisagée. La Laïcité de 1905, applicable en 2020, doit être notre référence. Mon amitié, Gilbert de Pertuis. qui s’épuise à suggérer que pour la jeunesse actuelle, filles et garçons devraient effectuer obligatoirement un service national universel de 6 mois au plus pour savoir ce qu’est le Drapeau tricolore et la République dans laquelle nous sommes tous inscrits en France.

    • François dit :

      Bonjour @GILBERT SOULET !
      « …Une punition exemplaire puis une expulsion envisagée » : Pourquoi  encombrer les tribunaux ? Immédiatement et sans délai et, comme mon héliportage (voir plus bas), sans autorisation d’atterrissage ( Gooo!) ! Au moins, nous serions sûrs de ne pas les revoir aussitôt aux frontières ou à Calais !
      On pourrait aussi les envoyer pour une longue période dans un régiment qui fait la fierté d’Aubagne et non en prison où ils sont « coucounés » à nos frais.
      Quand au Vrai Service Militaire Universel et Mixte de six mois … sans dérogation ou aménagement (avec le recul, qu’est-ce que six mois – cela représente trois confinements ! ! – sur une vie vu le bénéfice humain obtenu !), j’approuve en totalité ce qui deviendrait un Bien (à tous les niveaux) pour la République même si cela doit déplaire à un grand corrézien disparu !
      Quant à votre « épuisement à suggérer », ne vous résignez pas car, selon Boileau « Vingt fois sur le métier, …. », nous gagnerons !
      Amicalement.

      • Bonjour François
        Je vais avoir 81 ans le 25 du mois de novembre, alors la résignation …
        Amicalement

        • François dit :

          Bonjour Monsieur !
          Huit années nous séparent: vous me rappelez un oncle et vingt-sept mois dans les Aurès après deux mois à Pau !
          Après la nostalgie, je vois 25 novembre et la Ste Catherine où tout prend racine : Pourquoi pas les Racines de l’Espoir ! !
          Avec le sourire … compréhensif,
          Respectueusement.

          • OK François
            Comme votre oncle, j’ai effectué mon service d’appelé du contingent du 11 janvier 1960 au 7 mars 1962, là-bas dans les Aurès puis sur la frontière tunisienne. J’en ai vécu de drôles et même de difficiles, mais encore de magnifiques dans la solidarité et l’amitié.
            Amicalement.

  2. Laure Garralaga Lataste dit :

    Ce groupe de citoyens turcs était là pour rappeler la Turquie de Mustafa Kemal Atatürk. Je me rappelle ce vieux paysan turc qui, lors d’un voyage en Turque, nous avait parlé de l’Histoire de son pays laïque du temps d’Ataturk…

  3. Laure Garralaga Lataste dit :

    Ce groupe de citoyens aurait dû être là pour rappeler…
    Avec mes excuses pour la confusion !

  4. Nanou dit :

    Excelente analyse. Mais c’est quelle feuille du mille feuille administratif et politique que l’on doit bouger pour que cette haine ambiante et cette désespérance disparaisse de notre société.

  5. François dit :

    Bonjour !
    « : parfois j’envie le silence des déserts. » : MOI AUSSI mais … DE PLUS EN PLUS SOUVENT ! !
    J’évoque souvent un petit refuge non gardé à plus de deux heures de marche au cœur de nos belles montagnes, ce qui a le don de surprendre ma descendance et mes amis.
    Mais si « L’Homme est un loup pour l’Homme », il est aussi nourri par l’Homme : donc héliportage mensuel …sans autorisation d’atterrissage (risque de pollution mentale!).
    Avec ou sans rosé,  bien sûr ! ! !
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *