Une année que l’on peut aisément qualifier de sombre et incertaine s’achève. Difficile de conserver des personnes et des événements détachés du Coronavirus mais il est justement intéressant de fouiller dans ces derniers mois pour en extraire d’autres repères pour l’avenir. Pour la quinzième année voici mon « palmarés » très personnel. A l’année prochaine si la vie le veut. 

  • La femme de l’année : La professeure Emmanuelle Charpentier Prix Nobel de Chimie 2020.
  • L’homme de l’année : Dr Li Wenliang ophtalmologue de 34 ans, qui avait été l’un des premiers en Chine à alerter sur le nouveau coronavirus avant d’être lui-même infecté et mourir oublié.
  • La personnalité détestable : Le préfet de Police de Paris pour son arrogance et la manière dont il exerce sa fonction.https://www.rtl.fr/actu/politique/didier-lallement-un-prefet-de-police-tres-politique-et-adepte-des-phrases-cinglantes-7800928927
  • Le « raté » de l’année : La classification par le gouvernement des librairies et des lieux culturels en lieux « non-essentiels.» https://www.nouvelobs.com/chroniques/20201103.OBS35582/jean-castex-produit-non-essentiel.html
  • Le scandale de l’année : L’article 24 de la loi sur la sécurité et sa justification détestable.
  • Le mot de l’année : Hydroxichloroquine 
  • La réussite de l’année : aucune
  • Le bon mot politique : Patrick Balkany : “J’ai commencé la politique avec ma femme, nous étions riches. On a fini pauvres”, au deuxième jour de son procès, le 14 mai.
  • La déclaration à oublier : « Je vois le désinfectant qui le neutralise en une minute. Est-ce qu’on pourrait faire quelque chose comme ça, avec une injection à l’intérieur ou… presque comme un nettoyage. Car vous voyez, ça (le virus) va dans les poumons… Ça serait intéressant de tester ça » Donald Trump
  • La vidéo de l’année : La balade aérienne proposée par Médiacord pour voir la ville de Bordeaux durant le confinent. https://youtu.be/NAeVse1RgZM
  • L’image de l’année : Les policiers se mettant au garde-à-vous et saluant un ex-président de la République arrivant au Palais de Justice où 4 ans de prison seront réclamés contre lui.
  • Le « mur du çon » de l’année : « On coupe la bûche de Noël en deux, papy et mamie mangent dans la cuisine et nous dans la salle à manger », formule préconisée mardi 24 novembre par le professeur Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP

RETRO PERSONNEL

  • Mon combat : Transmettre sans cesse les valeurs qui sont les miennes liberté, fraternité, laïcité, équité.
  • Mon ami  : Christian Grené, ex-journaliste de Sud-Ouest mon vieux complice de plus de 50 ans !
  • Ma « réussite » : Boucler mes 10 ans de responsabilité départementale aux finances en laissant fin 2020 en fin de mandat une situation saine à tous points de vue.
  • Mon échec : Avoir été encore trahi par des personnes en qui j’avais naïvement mis ma confiance.
  • Mon adversaire : Le complotisme qui ravage la confiance sociale.
  • Mon jour préféré : Le 9 décembre jour de sortie de mon roman « Les 9 vies d’Ezio » http://www.jeanmarie-darmian.fr
  • Mon jour à ne jamais oublier  : Celui  du 16 octobre jour de l’assassinat de Samuel Paty
  • https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/enseignant-decapite-dans-les-yvelines/
  • Mon moment culturel : Tous ceux que la pandémie a empêché d’exister.
  • Mon moment sportif  : La victoire aux championnats du monde de Julian Alaphilippe.https://www.eurosport.fr/cyclisme/mondiaux-sur-route/2020/le-sacre-d-un-geant-la-victoire-de-julian-alaphilippe-en-video_vid1357558/video.shtml
  • Mon livre  : « L’école libératrice par l’exemple » de Alain Azouvi http://www.debatslaiques.fr/L-Ecole-liberatrice-nous-rappellera-quelques-souvenirs.html
  • Mon film  : « Adieu les cons » de Dupontel
  • Ma chanson : « E pense a te » de Claudia Capeo https://youtu.be/CaOefRpGRT8
  • Ma découverte : Ma fenêtre sur rue depuis mon fauteuil durant le confinement
  • Ma rencontre  : Les populations de Pujols (47) et Saint-Loubés (33) pour échanger sur la démocratie implicative.
  • Ma fierté : L’opération des arbres de la laïcité dans les collèges girondins 
  • Mon grain de bonheur : Le plaisir que prend mon fils à 40 ans à changer de voie et devenir ouvrier dans le bois.
  • Mon rêve : Faire un documentaire sur les élèves que j’ai rencontrés et ce qu’ils sont devenus…
  • Mon souhait pour l’an prochain : Que mes vrai.e.s ami.e.s sachent résister aux aléas de la vie collective pour poursuivre le chemin avec moi.