Le dimanche 4 juillet grand événement dans la ville bastide on attend en fin d’après-midi la 5° étape La Rochelle Bordeaux. Elle vient de Libourne via saint-Germain du Puch et passe par Créon. C’est la seconde fois dans l’histoire que le Tour de France passe. Les coureurs empruntent le boulevard Victor Hugo, prennent la route de Fargues Saint Hilaire pour filer vers le vélodrome du Parc Lescure via le Pont de Pierre. Voici le récit de cette étape longue de… 262 km .

Au départ de La Rochelle le belge Roger Lambrecht porte le maillot jaune avec 3 mn 24 s d’avance sur un certain Louison Bobet (3°). Seulement 105 coureurs par équipes nationale sont au départ. Une première échappée de 13 coureurs voit le jour dés le quinzième km sous l’impulsion du maillot jaune et de toute l’équipe belge. Comme Louison Bobet a accroche le bon wagon, les fuyards s’arrêtent de pédaler. Au km 43 un nouveau groupe caracole à l’avant avec notamment Raymond Impanis (Belgique), Lucien Teisseire (France), Albéric Matthys (Belge) et Emile Idée (France)… il compte une minute d’avance à Saintes. C’est trop dangereux pour l’équipe de France et à nouveau Louison Bobet, Jean Robic et le sprinter girondin Robert Desbats (équipe centre-Sud-Ouest) se lancent à leur poursuite et les rejoignent au soixante-dixième kilomètre.

Au passage à Cognac ces six hommes sont devant, suivis à seulement 25 secondes par quatre poursuivants. Un troisième groupe de quatre lancé à leur poursuite revient à 45 secondes . Le peloton pointe à 1mn 10 s. Dans la traversée d’Archiac (17) les trois groupes ont fusionnés. La guerre franco-belge se poursuit. Rudy Mathys (Belgique) , François Helary (équipe Nord Est Ile de France), Henri Ackermann (Pays-Bas) et André Danguillaume sont seulement à 35 secondes alors que le peloton accuse un retard de 3 mn 30 s.

Au cent-cinquantième km les contre -attaquants ont rejoint l’échappée ce qui donne un groupe 18 coureurs à l’avant. Le peloton maillot jaune ayant encore perdu du temps pointe à 5 minutes avec Bobet qui a décroché. Les échappés vont continuer leur progression pour atteindre 9 minutes d’avance au km 190 . Deux hommes sortent de l’échappée à Libourne : Paul Néri (Italie) et le Belge Stan Ockers qui va vite se retrouver seul avec 1mn 10s sur le reste de l’échappée. Paul Neri (équipe intenationale) ayant craqué entre Libourne et Créon, il se traine à plus de 7 minutes puis 8 mn 15 s avec Emile Idée lui aussi à la dérive. Le peloton lui pointe à 13 minutes.

Le champion belge Stan Ockers aura donc été le premier coureur du Tour de France à traverser Créon en solitaire. Il s’effondrera à moins de 15 km de l’arrivée, ayant présumé de ses forces . Il est repris au kilomètre 220 et va même être lâché par l’échappée initiale qui a traversé Créon sur ses talons.  Pas certain que les Créonnais aient remarque dans le peloton sous le maillot de l’équipe de Paris un certain Robert Chapatte porteur du dossard 102 alors totalement inconnu. Par contre ils ont certainement applaudi Guy Lapébie qui porte le maillot de la formation Centre Sud-Ouest (dossard 73) avec un certain Raphaël Géminiani.

A Bordeaux comme très souvent c’est une arrivée au sprint qui se déroule donc sur le vélodrome. Le Marseillais Raoul Rémy (équipe du Sud-Est) l’emporte devant Roger Chupin (équipe de l’Ouest)), Giuseppe Tacca (équipe internationale), Maurice Diot (équipe de Paris) ; Albéric Schotte (Belgique) et,17 coureurs dans le même temps.

Roger Lambrecht termine avec le peloton avec 10 mn 45 s de retard sur le vainqueur. Il conserve son maillot jaune devant un certain Gino… Siciardis (Italie) à 2mn 46s et Louison Bobet à 3mn 24 s. Ce dernier prendra prendra le maillot jaune dans l’étape du lendemain mais la victoire finale reviendra à un certain Gino Bartali qui a donc traversé Créon il y a 73 ans !