L’alarme du geste révélateur du candidat putatif

Il n’y a pour moi aucun geste innocent lors du maniement d’une arme quelle qu’elle soit. Le rapport qu’a celle ou celui qui l’utilise avec elle, dénote sa conscience réelle de l’utilisation d’un « engin » susceptible de donner la mort. L’Homme a toujours été un loup pour l’homme selon un principe bien connu et souvent pour dominer, il se laisse aller à des comportements symboliques. Dans un monde de plus en plus violent la retenue dans l’utilisation des armes de toute nature s’estompe dangereusement. Aucune menace n’est innocente. 

Lors d’une visite au « Salon mondial de la sécurité intérieure des États » (quel beau nom pour un lieu de vente d’armes) qui a lieu tous les deux ans, l’un des candidats putatifs à l’élection présidentielle s’est révélé d’une inconscience rare démontrant ainsi que sa vanité lui permettait d’enfreindre toutes les règles élémentaires de prudence. Sur un stand, il a manipulé un fusil d’assaut, – non chargé – qui pourrait bientôt être utilisé par le Raid, pour en tester le poids de et sa visée. Jusque-là rien qui puisse inquiéter même si de telles pratiques sous-entendent une tendance pour le moins inquiétante.

Tout à coup il a tourné l’arme vers les journalistes et leur a lancé : « Ça ne rigole plus, là ? Poussez-vous, reculez ! » Une plaisanterie affirme-t-il mais elle porte tellement d’indices sur sa véritable personnalité que le microcosme médiatique s’en est ému timidement. L’attitude est en effet en totale contradiction avec les règles générales de sécurité qui veulent qu’on considère toujours une arme comme chargée et qu’on ne la pointe jamais sur des gens. L’intention, elle-même, est condamnée et sanctionnée dans toutes les formations à l’usage de ces fusils, pistolets, revolvers ou autres babioles létales. Elle est affichée dans un contexte particulier.

Le nombre des armes de ce type auxquelles il faut ajouter celle dédiées à la guerre qui circulent en France a en effet atteint des records absolu. Notre pays compterait légalement 762 331 armes soumises à autorisation (actuelle catégorie B), et 2 039 726 armes soumises à déclaration. Ces chiffres ne prennent en compte que les armes détenues à titre civil, et non celles détenues par l’État pour sa mission régalienne. Bien entendu toutes celles qui ne sont pas « officielles » complètent ce tableau. Il y aurait en fat …I5 millions d’armes aujourd’hui en circulation dans notre pays soit 24 fois moins qu’aux États Unis, mais rapporté au nombre d’habitants, ça fait quand même 1 arme pour 4 français. Ce n’est pas rien. Ce chiffre fait de la France l’un des pays européens les plus armés, bien qu’il ait mis en place l’une des législations les plus strictes d’Europe en la matière.

Tout geste même le plus ordinaire prend dans un tel contexte une dimension particulière. Déjà que les morts dans des fusillades virtuelles des séries télévisées, des jeux vidéo ou des films banalisent leur usage, il n’est pas très malin de dédiaboliser leur utilisation devant les caméras. En pointant sciemment un fusil d’assaut sur un journaliste le postulant « trumpiste » à l’Élysée réalise un excellent coup de com car bien entendu dans le bain d’angoisse sécuritaire dans elquel baigne le pays, il démontre sa radicalité. Il désigne encore une fois les médias qui paradoxalement lui servent parfois leur soupe avariée comme les « ennemis » à dézinguer. Il sera contrairement à tout ce que les citoyens conscients pensent, un « héros » qui a eu l’audace de transcrire dans la réalité cette haine des institutions qui ravage le pays. Cette radicalité plaît et lui donne l’image d’un « mec qui en a ! » face à des personnes peu dignes de confiance.

Les policiers, les militaires, les gardiens d’un ordre réclamé pour les autres mais rarement pour soi, applaudiront discrètement cette outrance. D’ailleurs selon les articles publiés sur cet acte révélateur d’un calcul permanent reposant sur la provocation, l’un des acteurs présents sur le stand aurait lancé un «  quand vous serez Président (….) vous serez protégé par ces armes-là ». Une prédiction en terme d’approbation à méditer.

Selon Amnisty international : « la violence par arme à feu est un drame au quotidien qui affecte la vie de nombreuses personnes dans le monde entier. Plus de 500 personnes meurent chaque jour en raison de violences commises à l’aide d’armes à feu. Tout le monde peut être touché par la violence par arme à feu, mais dans certaines situations, la violence par arme à feu touche de manière disproportionnée les populations de couleur, les femmes et d’autres groupes marginalisés de la société. » Il est vrai que cette association appartient à cette fameuse liste des contre-pouvoirs que le candidat « trou de balle » veut abattre ! A propos c’est le procès du Bataclan… Les victimes et leurs familles aprécieront ! 

Ce contenu a été publié dans PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à L’alarme du geste révélateur du candidat putatif

  1. Grene christian dit :

    Cher Jean-Marie,
    j’espérais bien en sautant de mon lit que j’aurais à lire aujourd’hui une rubrique au sujet de ce bâton merdeux qui trump sa plume chaque matin dans son café au goût de venin…
    Beurk!

  2. J.J. dit :

    Voilà un comportement qui aurait valu à un bidasse à l’instruction au moins quinze jours de taule , avec D. A.(demande d’augmentation) et un « savon » vigoureux de la part de la hiérarchie.
    Il serait souhaitable qu’une plainte pour non respect de la réglementation sur les armes, et menaces envers autrui soit déposée contre ce sinistre personnage.

  3. Latournerie andré dit :

    c’est effectivement détestable. Mais je me demande si en commentant tous les faits et gestes de ce triste sire on ne contribue pas à conforter sa popularité.

    • J.J. dit :

      C’est vrai que moins one parle, mieux ça vaut.
      Le moyen de le faire enrager serait de ne plus rapporter ses lamentables interventions dans les médias.

  4. Laure Garralaga Lataste dit :

    À tous les fidèles de « Roue Libre »…
    Hier fut une très dure journée… les ans en sont la cause. Je me raccroche à ce dicton espagnol  » ¡ mala hierba nunca muere ! »… et me revoilà parmi vous. A + sur « le roue Libre » de ce jour 22 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.