Pas très « populaire » la primaire a eu le mérite d’exister

La fameuse « primaire populaire » qui s’est clôturée par un « triomphe » tout à fait prévisible mérite une autre analyse que le simple dédain. Certes tout n’est pas positif dans cette démarche mais il est désolant de constater combien les « supporters » de celles et ceux qui ont refusé d’y participer, se gaussent de ce qui a eu au moins le mérite de constituer une réaction à la déshérence dans laquelle se trouvent les partis politiques français. Usés par leurs contradictions, vidés par l’absence de débats, déchiquetés par des comportements individuels lamentables, leur dimension collective détruite par des ego démesurés, ils ne jouent plus un rôle réel dans la vie sociale. Bien évidemment tous les responsables masquent ces réalités et tentent de « sauver » localement ce qui peut l’être encore… avec des expédients divers et avariés.

L’été sera mortel pour bon nombre d’entre eux et même ceux qui ont retrouvés un brin de jouvence car la déception des défaites conduira les derniers des « Mohicans militants » au retrait définitif. La consultation organisée a au moins le mérite d’avoir réuni l’espace de quelques jours bien plus de personnes que les désignations effectuées dans le cadre institutionnel des partis. Néanmoins accoler l’adjectif « populaire » à un tel moment relève de l’abus de langage. En effet le « Peuple » dans sa diversité sociologique a paru bien éloigné de ce projet politique. C’est là que le bât commence à blesser.

La citoyenneté est en effet devenu l’affaire des catégories de la partie supérieure de la société. Parmi les 392 738 votants s’étant exprimé il serait intéressant de connaître la répartition géographique, sociologique et culturelle. Combien de participant(e)s appartenaient aux « classes » (je rappelle que le mot est interdit » les plus défavorisées ; au milieu des employés, des ouvriers, des smicards ; des habitant(e)s des zones rurales ; de retraités ; d’auto-entrepreneurs, de commerçants ? Combien continueront à agir et à devenir acteur ? Il fut une époque, celle d’avant 1980, où les partis avec leur spécificité, permettaient justement à des « citoyen.ne.s » aujourd’hui disparus de se retrouver, d’échanger, de partager.

Même si rien n’était parfait j’ai en mémoire la composition d’une section du Parti socialiste de 1976 dans laquelle le médecin psychiatre côtoyait le chômeur, le chef d’entreprise, les enseignants, les retraités, le facteur, la secrétaire ou la chômeur. En plus le débat d’idées y était conduit en permanence avec ses excès et ces codes mais il forçait les uns ou les autres à se positionner. La « primaire » réputée « populaire » a conduit malheureusement les votant(e)s à seulement porter une appréciation sur une personne mais aucunement sur son programme dont peu de monde connaissait les contours. Elle renforce donc la personnalisation d’une élection qui l’était déjà beaucoup trop. 

En devenant des « écuries électorales » occasionnelles les partis actuels ont occulté un pan entier de leur mission constituée par l’éducation populaire. Ils en constituaient l’une des composantes au même titre que les syndicats ou les associations éducatives. Ce rôle a été laissé aux « télés perroquets » et aux réseaux sociaux ce qui conduit à la catastrophe actuelle. Les médias dominants forment une opinion dominante reposant sur une propagande dominante. Ils ridiculisent les valeurs et les repères qui vont avec, forgeant des certitudes sur des sujets traités superficiellement et de manière orientées. L’essentiel des décisions électorales sont prise sur des « impressions », des « sensations », des « allégations », des « ambitions ». La crise sanitaire n’a absolument rien arrangé. Bien au contraire. 

Jamais l’affirmation d’Alfred Sauvy n’a été aussi vraie: « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés, ils deviennent des sujets ». Personnellement j’effectuerai une modification d’actualité en remplaçant « deviennent » par « redeviennent »… car nous sommes dans une tendance de retour en arrière. Être conscient des enjeux politiques et économiques, comprendre ce qui se passe dans le monde, permet d’être en mesure d’exercer un droit de regard sur les actions des femmes et hommes politiques. Encore faut-il que l’on vous en donne les moyens et l’opportunité. Le contrôle des médias joue désormais un rôle essentiel dans la vie politique et nul ne saurait le nier surtout dans cette campagne présidentielle.

L’éducation nationale est censée fournir toutes les clefs nécessaires aux citoyens en herbe : en disposant d’outils d’analyse et de culture générale, on est capable d’avoir une compréhension globale du monde qui nous entoure, en le rendant acteur de sa formation. Seulement, cette éducation est souvent insuffisante, il s’agit d’une base qui a vocation à être enrichie, développée. Encore une fois la formation citoyenne doit devenir une priorité absolue du système éducatif bien plus que d’autres apprentissages « optionnels » n’ayant aucune utilité sociale. Médias et éducation : les clés de la démocratie ! 

La « primaire citoyenne » a tenté au moins de favoriser une prise de conscience. Quels qu’en soient ses défauts elle a eu le mérite d’exister. Son résultat n’aura aucune influence sur le sort des élections présidentielles et elle n’aura réveillé que quelques consciences l’espace de quelques semaines. Il se dit que Monsieur « Z » prépare déjà son après défaite avec son retour sur sa télé support et en surfant sur la déception de troupes fanatisées. Il sait fort bien que rien ne s’opposera à son ascension ! 

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à Pas très « populaire » la primaire a eu le mérite d’exister

  1. christian grené dit :

    Je me réserve la lecture de ton texte tout à l’heure, mais je m’interrogeais hier soir. Comment va réagir l’ancien instit’ devant cette primaire populaire où le conseil de classe est dirigée par des élèves?

    • laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Christian
      Si je ne peux répondre pour mon camarade ancien instit’, moi, l’ancienne insit’-prof ‘, si je peux donner mon avis…  » j’appelle çà… la chienlit !  » et je reste polie !

  2. Christian Baqué dit :

    Cette fois Jean-Marie nous ne serons pas d’accord. Certes cette mascarade soi-disant « populaire » a entrainé quelques illusions, mais c’était couru d’avance quant au résultat. Ce que le pedigree des organisateurs laissait supposer. Ensuite bien sûr que les vieux partis sont déconsidérés, vu leur politique de gestion du capitalisme et d’adaptation à la Vème République. Macron n’a-t-il pas été le ministre de Hollande ? On peut ainsi mesurer la dérive ! C’est pour cela que j’approuve la politique de rupture de JL Mélenchon. Ce qui lui vaut la haine ET des partis « de gauche » déglingués, PS et PCF, ET des représentants de la riche bourgeoisie au pouvoir. Le sujet n’est pas épuisé, et on verra de quoi sera fait l’avenir. Bonne journée.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Christian… quel plaisir de te voir-là !
      J’apprécie le « cette fois ». En revanche j’ai quelques réserves sur ton analyse. Tu permettras à « une vieille de la vieille » (je n’ignore pas que ton sens critique va rétorquer… « ma chère Laure… tu ne devrais pas féminiser ! » Alors voici deux petits conseils… que je me suis fixée pour moi-même : le premier, débarrasse-toi des préjugés. Le deuxième, écoute (quoiqu’il t’en coûte) tous les candidats de gauche… Et…
      Bon courage !

  3. Philippe Conchou dit :

    La gauche n’est ni morte ni moribonde, elle est dans le coma entourée de médecin qui se préoccupent plus de leur carrière que du malade.
    Résultat: 1+1+1+1+…= 0

  4. J.J. dit :

    Cette primaire soi disant populaire, organisée par des petits bourgeois arrivistes (vous êtes vous renseignés sur ces gentils organisateurs ?)n’a rien de populaire ni de socialiste, avec une gagnante sortie d’un chapeau.
    C’est une usurpation de titre, une grossière mascarade.
    On se demande si ce n’est pas un sous marin dont le rôle est de saborder toute concurrence possible au renard du poulailler et de ses affidés, ce qui est particulièrement facile, vu la gabegie qui règne dans ce milieu se prétendant de gauche. (complotiste un jour, complotiste toujours)

    Je rejoins la déclaration de Christian Baqué.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à J.J.
      Tu parles d’une grande nouveauté ! ! ! Le parti socialiste a toujours eu la non intelligence (pour rester correcte) de se tirer une balle dans le pied ! Résultat : il se plombe lui-même et ne peut plus prétendre à la victoire. J’ai vécu çà en direct… et j’ai pu courir assez vite pour retrouver cette quiétude qui vous fait de vieux os ! Quand Rocard s’est fait jeter comme un mal propre… , j’ai compris que je n’avais plus rien de commun avec un tel parti. Dans quelques jours, moi, fille de la Retirada née un 07/02, j’aurai 83 ans si… (non ma santé) me prête vie ! Vive Roue Libre ! Et on ne lâche rien… !

      • Gilles Jeanneau dit :

        @ Laure
        Vu la pêche que tu as, tu n’as pas de souci à te faire …
        et je te suis à 100% sur la décrépitude de la gauche qui fait tout pour ne pas accéder au pouvoir dans ces temps si troublés qui n’ont jamais été aussi profitables (dans tous les sens du mot) aux capitalistes et autres ultra-libéraux qui ne pensent qu’à une chose: le fric jusqu’à l’extrême limite des possibilités de Dame Nature qui à mon avis ne va pas se laisser faire éternellement…

        • Laure Garralaga Lataste dit :

          @ Gilles
          Nous sommes d’accord… (pas sur ma forme car je ne puis te faire partager, vue ta jeunesse, les petites misères que cette longue Vie réserve à ceux et celles qui ont la chance de faire sa connaissance… Mais tu peux imaginer notre vœux …: que ça dure le plus longtemps possible…! Les chanceux et chanceuses en profitent et la remercient au réveil, tous les matins ! Enfin, pas tous, pas « les Grincheux »! Désolée je n’ai pas trouvé le féminin de ce mot… ! Ah! Ah! Ah!

        • Laure Garralaga Lataste dit :

          @ Laure
          Dame Nature a même commencé…

      • Laure Garralaga Lataste dit :

        @ Laure
        Une précision :
        les résultats en Nouvelle Calédonie le 21/12/2021 après 3 tours de scrutin… Pour l’abeille, c’est un long travail de faire son miel… Quand les êtres humains sauront-ils prendre le temps… de réfléchir avant d’agir ? !

      • J.J. dit :

        Laure @Tu parles d’une grande nouveauté ! ! !
        Ça n’a rien d’un grande nouveauté, mais là ça atteint des sommets abyssaux, si j’ose m’exprimer ainsi.
        De pire en pire (si c’est encore possible ).
        Et moi, fils de personne, si « l’hasard », à défaut de dieu me prête vie, dans deux mois je vais bravement (enfin je l’espère) entamer ma ma vingt deuxième olympiade.

  5. Bernie dit :

    Non ce vote est inutile.
    Où en sont les petits déjeuners gratuits à l’école du département. Cette initiative dépasse la primaire « éphémère »

  6. facon jf dit :

    Bonjour,
    la remise des prix et le tableau d’honneur dans un show merdiatique assumé, c’est ainsi que je juge cette farce. Moins de 500 000 votants pour décerner les appréciations, je rappelle la primaire du PS de 2017 (2,013 millions de votants) ou celle de 2011 (2,841 millions de votants) un véritable désastre ! Sans compter que l’on pouvait voter plusieurs fois un internaute a voté 4 fois.
    Le méprisant a réussi le projet de Raoul des tontons flingueurs  » j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle… Moi, quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite, j’disperse, et j’ventile. »
    Et voila le panorama de la France après cinq années de démolition systématique des mouvements politiques.
    La France qui ne voulait pas mourir, face au boucher qui la découpe vivante au profit de ses meilleurs clients , a connu les soubresauts de la bête à l’agonie. Je cite de mémoire les retraites, l’assurance chômage, destruction de l’hôpital,lutte contre l’évasion fiscale, destruction de l’éducation nationale, privatisation des universités, gilets jaunes, liberté de la presse, réduction des libertés fondamentales …. Elles et ils étaient où ? Pas sur les manifestations, pas au cotés des estropiés de la répression, même pas dans l’hémicycle, précautionneusement terrés à l’abri se dissimulant derrière de faux prétextes ( intérêts supérieurs de la nation, récupération par l’extrême droite…).
    La corruption et le mépris se conjuguent ad nauseam de la droite à la gauche de l’échiquier politique. La corruption qui remonte jusqu’à la présidente de l’UE (rss) avec ses SMS effacés dans sa négociation secrète avec le vétérinaire Bourla de Pfizer…
    «Maintenant, pour 2022 et 2023, les contrats de l’Union européenne sont en train d’être signés pour 900 millions de vaccins, mais déjà au prix de 19,5 euros.(Le prix de départ de l’élixir Pfizer était de 12 euros, puis il est passé à 15,5 euros.)» Sur 900 millions de doses, cela induirait donc un coût de 3,6 milliards d’euros supplémentaires par rapport au dernier prix affiché. Pas grave ce sont les contribuables qui payent, et sûrement un hasard si le salaire du mari de la présidente employé dans une société biotech est multiplié par 10.
    Sûrement un hasard aussi si Jérôme Pécresse, seul Français à la tête d’une division (énergies renouvelables) de GE a sauvé son destin dans l’empilage des plans sociaux de la succession Alstom/ GE.
    Le hasard aussi si sur 4 vaccins autorisés en France, dans les faits il n’en reste que 2 qui sont utilisés.  » Nestlé fera appel aux services de la Banque Rotchild et donc d’Emmanuel Macron, pour le rachat de la branche nutrition de Pfizer.
    Le deal est conclu pour un montant de 11 milliards de dollars. » C’est donc totalement accidentel et tout rapport avec ces faits de 2008/ 2011 sont totalement fortuits.
    J’arrête tout de suite ce délire conspirationniste, la France est devenue une grande nation et dire le contraire c’est discréditer ces géants qui la gouvernent.
    Vive la primaire populaire et son fameux tube de seccotine pour recoller les morceaux du puzzle.
    bonne journée

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à façon jf
      Qu’est-ce qui est un véritable désastre ? Placé après (2,841 millions de votants), on peut s’interroger ? Mais ta référence aux « tontons flingueurs » m’a…
      « Reconquista » ! Et tu imagines si la Hidalgo se transformait en Raoul… « Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver » ! Sauf que ce n’est pas le, mais « la »… à qui ça s’adresserait ! Quant à l’augmentation du prix des vaccins… Il faut bien payer les chercheurs ! (tu noteras que je n’ai pas écrit… « payer bien »). Quant à la seccotine, elle aura intérêt à être de qualité parfaite… ! Ce sera mon vœux de la journée.

  7. Bernie dit :

    Je suis une variable d’ajustement car je n’y comprends rien dans ces explications à l’emporte l’emporte-pièce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.