Les « réfugiés » acceptés… les « migrants » refusés.

Des flots d’une compassion logique déferlent en Europe sur le sort du peuple ukrainien. L’épouvantable attaque dont il a été victime explique ce sentiment collectif de solidarité à l’égard des femmes, des enfants, des personnes âgées devant faire face aux bombardements, aux menaces de missiles, aux menaces de pénurie sur les produits essentiels. La prise de conscience d’une situation humanitaire dégradée a provoqué en quelques heures l’ouverture des frontières de l’espace Schengen à plus de 360 000 « réfugiés». Les scènes de l’exode ont été largelent  diffusées. La mobilisation a permis de trouver des moyens matériels d’accueil tant en Pologne, qu’en Moldavie ou en Roumanie.

Les commentaires  de cet « fuite » contrainte ne manquent pas. « Ils ont effectué 600 kilomètres en 20 heures » ; « Ils dorment dans leurs automobiles » ; « La pénurie de carburant les menace » « Ils n’ont dormi que quelques heures. » «  le rien à manger pour les enfants » : les envoyés spéciaux souffrent parmi eux dans le froid et le brouillard et narrent les péripéties de ces derniers jours. Le drame de ces départs précipités appartiennent au quotidien de l’information. Le téléphone mobile permet même de suivre heure par heure les pérégrinations de familles « témoins » sur les chemins de l’exode. Les « réfugiés » s’échappent pour tenter de survivre et sont accueilis à bras ouverts. 

La Pologne si fermée à toute idée de soutien aux « migrants » fait le maximum pour absorber le flux de ces départs forcés. Le concept du « mur » a été abandonné ! L’Allemagne a installé sur son territoire 75 de ces « réfugiés » sans le moindre problème puisque depuis des années elle a une réputation généreuse en matière d’asile, après avoir accueilli après 2015 des centaines de milliers de « migrants » du Moyen-Orient dans le sillage de la guerre civile en Syrie, puis encore plusieurs milliers d’autres l’an dernier lors de la nouvelle « crise des migrants » orchestrée par la Biélorussie. Là encore il faut se réjouir de cette générosité conforme aux principes européens historiques. Aucune déclaration fracassante ou de manifestations d’hostilité ! 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a assuré jeudi que l’Union européenne était « pleinement préparée » à accueillir les Ukrainiens qui fuiraient leur pays face à une offensive russe, ajoutant qu’ils étaient « les bienvenus ». « Avec tous les États membres qui se trouvent en première ligne, nous avons maintenant des plans d’urgence clairement définis pour accueillir et héberger immédiatement les réfugiés d’Ukraine », a déclaré la cheffe de l’exécutif européen.

La Pologne, qui abrite déjà environ 1,5 million de ressortissants ukrainiens, a exprimé son soutien au grand voisin de l’est et sa volonté de l’aider. La Slovaquie, qui partage sa frontière orientale avec l’Ukraine, assure aussi qu’elle est prête à lui tendre la main. La Roumanie, qui compte parmi les pays les plus pauvres d’Europe, a fait savoir qu’elle ne s’attendait pas à ce que beaucoup d’Ukrainiens fuient vers son territoire, mais qu’elle était prête à en accueillir un demi-million. Même la Hongrie, dont le Premier ministre Viktor Orban est connu pour ses prises de position dures sur l’immigration, semblait prête à accueillir des « réfugiés » mais toujours pas de « migrants ».

La France se prépare aussi. Les grandes villes rivalisent en matière de places d’accueil pour héberger ces familles en difficulté quand parfois elles ont de squatts dans un état déplorable. Rien d’anomal et nous devons nous en réjouir : France terre d’asile des opprimés, des victimes des conflits, des déracinés par un conflit violent. Superbe réaction avant les élections et inflexion prometteuse des discours antérieurs. « Z » la boucle. La « Marine nationale » joue au silence approbateur. Les Ukrainiennes et les enfants seront donc accueillis chez nous à bras ouverts. Que rêver de mieux que ce consensus humanitaire.

Vous noterez que ces « pauvres »  gens (on en annonce 5 millions) qui fuient la mort, le sang versé, les larmes, la répression potentielle sont présentés comme des « réfugiés ». Tous les autres qui pour échapper aux mêmes difficultés traversent les déserts, les flots, la violence, les sévices des mafias, la misère potentielle sont des « migrants ». Nuance. En Afghanistan, en Syrie, en Kurdistan, au Yemen, en Chine, en Afrique occidentale, au Sahel leur situation est parfois encore plus terrible que celle de l’Ukraine. Entre un « exode » sur le sol européen et une « migration » venue d’ailleurs la réponse est bien différente. L’universalité de l’humanisme a encore du chemin à parcourir.

Il est pourtant bien difficile de comprendre que ce qui était considéré comme totalement impossible il y a encore une semaine devient une action louable et indispensable maintenant. D’ailleurs il serait intéressant de savoir ce que sont devenus sur le territoire de la dictature biélorusse complice du tasr mégalo les quelques milliers de candidats à une vie libre et paisible s’étant heurtés en plein hiver à la férocité des gardes-frontières polonais ? Il était paraît-il impossible de les accueillir à raison de quelques dizaines par pays… et l’opinion dominante approuvait cette « fermeté » inhumaine. Ah ! Oui ! C’est exact. J’oubliais eux ce sont des migrants et les bombes, les missiles, les balles dont ils sont victime ne sont pas les mêmes que celles des Russes ! Enfin presque ! 

Ce contenu a été publié dans COUP DE GUEULE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à Les « réfugiés » acceptés… les « migrants » refusés.

  1. François dit :

    Bonjour !
    Pour ceux qui demandent : « Pourquoi l’Ukraine compte-t-elle ? «  »Pourquoi la guerre et ses réfugiés « embarrassants » ?
    Comment la nation de l’Ukraine se classe :
    1ère réserve européenne de minerais d’uranium ;
    2e réserve européenne de minerais de titane – 10e réserve mondiale ;
    2e réserve mondiale de minerais de manganèse (2,3 milliards de tonnes, soit 12% des réserves mondiales) ;
    2e réserve mondiale de minerais de fer (30 milliards de tonnes) ;
    2e réserve européenne de minerais de mercure ;
    3e réserve européenne de gaz de schiste (22 milliards de mètres cubes) – 13e réserve mondiale
    4e place mondiale en valeur totale des ressources naturelles
    7e réserve mondiale de charbon (33,9 milliards de tonnes)
    ❗️ L’Ukraine est un pays agricole – elle peut répondre aux besoins alimentaires de 600 millions de personnes :
    La plus grande superficie de terres arables d’Europe ;
    3e plus grande superficie de terre noire (tchornozem) dans le monde (25% du volume mondial) ;
    1er exportateur mondial de tournesol et d’huile de tournesol ;
    2e producteur mondial d’orge – 4ème exportateur mondial ;
    3e producteur mondial de maïs – 4e exportateur mondial ;
    – 4e producteur mondial de pommes de terre ;
    – 5e producteur mondial de seigle ;
    – 5e place mondiale en production apicole – miel, cire, gelée royale, pollen, propolis, venin d’abeille (75 000 tonnes) ;
    – 8e exportateur mondial de blé ;
    – 9e producteur mondial d’œufs de poule ;
    – 16e exportateur mondial de fromages
    L’Ukraine est un pays industrialisé :
    1er producteur européen d’ammoniac ;
    2е plus grand réseau de gazoducs d’Europe et 4e mondial (142,5 milliards de mètres cubes de capacité de débit de gaz dans l’UE) ;
    3e plus grand parc nucléaire européen – 8e mondial ;
    3e plus long réseau ferroviaire d’Europe – 11e mondial (21 700 km) ;
    3e producteur mondial de localisateurs et d’équipements de localisation (après les États-Unis et la France) ;
    3e exportateur mondial de fer ;
    4e exportateur mondial de turbines pour centrales nucléaires ;
    4e fabricant mondial de lance-roquettes ;
    4e exportateur mondial d’argile ;
    4e exportateur mondial de titane ;
    8ème exportateur mondial de minerais et concentrés métallurgiques ;
    9e exportateur mondial dans l’industrie de l’armement ;
    10e producteur mondial d’acier (32,4 millions de tonnes).
    Voilà pourquoi la Russie veut la récupérer et pourquoi la Russie ne laissera pas passer.
    Évidemment ici tout est une question d’intérêt…
    À votre consciencieuse réflexion … en attendant les bombes,
    Cordialement.

    • J.J. dit :

      Et oui, il serait bien dommage que tout cela échappa aux mafieux de la haute phynance ! Voilà qui ressemble quelque peu au statu particulier qu’avaient institué les nazis dans le Nord, région française la plus riche industriellement.

  2. christian grené dit :

    Je souscris à tout ce qui a été dit précédemment. Pas besoin d’en rajouter. Même pas l’envie de faire une mauvaise petite blagounette. Je resterai sobre! Bonne journée et bonne semaine à tou(te)s.

    • Laure Garralaga lataste dit :

      @ à François 1, J.J. 2 et Christian 3
      1) cette longue liste met bien en évidence les intérêts portés par « la générosité »…
      2) et l’absence totale de générosité portée par le gouvernement Daladier (Edouard de son prénom) à l’égard de « ses frères Républicains espagnols » …
      3) Mes excuses pour ces rajouts… Comme tu me connais, je sais que tu excuseras ce passe-droit.

  3. J.J. dit :

    « la nouvelle « crise des migrants » orchestrée par la Biélorussie. »

    C’est vite dit, c’est la Biélorussie qui a crée des conditions telles que les irakiens et surtout les afghans partent sur le chemin de l’exil ?
    C’est la Biélorussie qui a été semer la panique en Afghanistan et qui a lâchement abandonné le pays à son horribles sort ? Essayons d’être un peu objectifs.

    Samedi soir, sur Arte, la jeune et inconsciente présentatrice Dorothée Haffner (non, ce n’était pas Méline Freda, la voie de l’Amérique)a posé la question qui fâche à propos des bons réfugiés ukrainiens et des pestiférés que l’on a repoussés et abandonnés sans aide, dans les bois et le froid en leur offrant un mur de barbelés. Son interlocutrice, comme c’était prévisible, a noyé les poisson, a sorti un long baratin sans répondre à la fâcheuse et brûlante question.
    Ceci dit, j’approuve entièrement la mobilisation pour aider les réfugiés, ça me rappelle très très vaguement des embryons de souvenir, j’étais trop jeune pour avoir des souvenirs précis.

    Je trouve l’attitude de la Pologne absolument ignoble, du racisme passif : ces bons chrétiens interprètent à la sauce qui leur convient le mieux les enseignements des évangiles.
    « Le ciel défend, de vrai, certains contentements;
    – Mais on trouve avec lui des accommodements. » Tartuffe IV, 5.

    • Laure Garralaga lataste dit :

      @ à J.J.
      « embryons de souvenir » peu glorieux pour le gouvernement français de l’époque ! Et quand on connait l’Histoire… on est sûr d’éviter des erreurs d’analyse (cette remarque se veut générale et ne te vise pas !). Un exemple qui renforce ma démonstration : l’église apostolique espagnole choisissant de soutenir Franco… Et qui, aujourd’hui, affronte l’horreur des enfants volés, scandale qui débutera dès 1940 pour n’être dénoncée qu’aujourd’hui ! L’Histoire est très longue à se mettre en route !

  4. J.J. dit :

    Pour illustre mes propos, extrait de mes souvenirs d’enfance.

    On ne se sépare jamais de ses souvenirs d’enfance.
    Du plus loin que je me souvienne, deux images reviennent à ma mémoire, à la fois floues mais également très vives.
    Dans la première, je vois l’intérieur de la maison où je vivais alors. Des personnes sont étendues un peu dans toutes les pièces, seulement des formes allongées, un peu comme les statues de Henry Moore, évoquant les londoniens venus se réfugier dans les couloirs du métro. Plus tard, à l’évocation de cette image, j’ai appris qu’il s’agissait de réfugiés mosellans qui avaient trouvé là dans l’urgence, un asile provisoire au cours de leur long et tragique exil.

    je ne pensais pas que je reverrais un jour de telles scènes.
    J’en pleure de rage.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à J.J.
      Si on ne fait que pleurer, même de rage, ce qui m’arrive très souvent surtout en revivant mon passé utérin, est-on efficace ? À ce verbe pleurer, je choisis celui
      d’Agir… !

  5. Deyris dit :

    Ces réfugiés retourneront chez eux. Pas les autres qui viennent uniquement pour profiter de notre générosité et être violents
    Ou alors ils s intégreront comme l ont fait les espagnols qui sont partis sous Franco

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Deyris
      Il faut tourner 3 fois sa plume dans l’encrier… les Espagnols… !
      Voilà un beau sujet pour un prochain « Roue Libre »… : c’est quoi s’intégrer ?

    • facon jf dit :

      @ Deyrys rien n’est moins sûr !! la diaspora ukrainienne c’est la communauté mondiale des Ukrainiens. En particulier ceux qui maintiennent une sorte de lien, même éphémère , avec la terre de leurs ancêtres et maintiennent leur sentiment d’identité nationale ukrainienne au sein de leur propre communauté locale. La diaspora ukrainienne se trouve dans de nombreuses régions du monde, y compris dans d’autres États post-soviétiques , en Europe centrale et dans les Amériques .
      Aux Amériques ils seraient 3.3 millions, en Europe 1.6 millions, en Russie 3.3 millions, dans les anciennes républiques soviétiques environ 900 000.
      L’histoire de l’émigration hors de l’ Ukraine remonte au début du XVIII éme suite à la perte subie par l’Alliance ukraino-suédoise d’ Ivan Mazepa lors de la bataille de Poltava en 1709, quelques émigrants politiques, principalement des Cosaques , s’installèrent en Turquie et en Europe occidentale.
      Seule la stabilité politique et économique pourrait les inciter à rentrer au pays.
      La France n’est pas un pays préférentiel des Ukrainiens ils pourraient être entre 50 et 100 000 il n’existe pas de statistique précises pour les dénombrer.

  6. christian grené dit :

    Après lecture de tous vos échanges, je n’ai plus de sens critique ni même de l’humour. La panne des sens, quoi! J’éviterai donc les vieilles tartes à l’Ukraine.
    Désolé. J’ai pas pu m’retenir.

  7. Philippe Labansat dit :

    Bien vu Jean-Marie.
    Finalement, Vladimir est en train de nous rendre un immense service en obligeant l’UE a devenir une puissance politique.
    Le bien du mal !…

    • Laure. Garralaga.Lataste dit :

      Mettons notre espoir en ce bienvenu optimisme dans un bien triste tournant de l’histoire européenne !

    • Bernie dit :

      Bjr Philippe,
      La russie est le plus vaste pays du monde. La france est minuscule à côté. Cependant la france est un espace nucléaire au même titre que la russie et les Usa.
      Quelle politique veut l’UE ?
      Au plaisir de te lire.

  8. facon jf dit :

    Bonjour,
    comment ne pas faire le même constat que vous M. Darmian ? La géographie du cœur ne suit pas la logique géographique, ou alors elle obéit à une logique de ressemblance morphologique et culturelle. La souffrance humaine ne serait pas ressentie de la même façon suivant la couleur de la peau? Canons à eau et tentes de réfugiés déchirées par les forces de l’ordre ne pourraient pas être opposés aux « bonnes » victimes au motif qu’elles ne seraient pas des enjeux économiques?
    Allons, allons! beaucoup d’argent est convoité par les marchands de guerre, nous marchons au bord du précipice et quelque soit notre trajectoire, les dirigeants corrompus resteront aux ordres des financiers des deux cotés de la ligne de front.
    « Pecunia est nervus belli » – l’argent est le nerf de la guerre- Cicéron ( Marcus Tullius Cicero 106-44 Av, JC ) HISTOIRE DE LA GUERRE DU PÉLOPONNÈSE .
    Des militaires anglais ont estimé que chaque journée de guerre effective coûte à la Russie entre 10 et 15 milliards de dollars et que (selon eux) si Poutine ne prend pas le contrôle de l’Ukraine en juste 10 jours, à ce moment il ne pourra pas la continuer.
    Pour les Ukrainiens gagner du temps en enlisant l’armée Russe est vital . La stratégie est connue les combats urbains avec leur cortège de dégâts collatéraux pour les civils piégés dans les abris.
    Comme l’avait remarqué George Patton à son époque, l’aviation peut bombarder tout ce qu’elle veut, in fine, elle n’occupera jamais le sol, d’où l’importance capitale de l’infanterie. C’est bien l’avancée des troupes au sol qui ralenti l’invasion en raison des batailles anti-chars. Le combat se mène depuis les airs avec les drones Turcs ( mais oui Turcs). « le drone turc, le Anka-S, fabriqué par Tosas a, lui, été largement utilisé en Syrie en 2020: le Anka compte plus d’une centaine de tanks à son actif. Du coup, le Qatar, la Pologne, la Lybie et l’Ukraine en ont acheté pour plusieurs dizaines de millions de dollars. Même la Serbie négocie en ce moment pour en acquérir ».
    Et aussi au sol avec missiles Javelin et lance roquettes qui sont de la partie. La portée maximale d’un Javelin (prix unitaire 180.000 dollars + 90.000 dollars pour chaque missile ce qui fait le bonheur de Texas Instruments-Raytheon et Lockheed Martin ) est de 4.000 mètres (mouche à 100% à moins de 1.000 mètres, ce qui est déjà une distance confortable), et il fonctionne exactement comme un missile à acquisition préalable et gestion autonome jusqu’à la cible. Et aussi Le FIM-92 Stinger qui est un lance-missile sol-air américain à courte portée utilisé pour atteindre les hélicoptères ou les avions de combat à basse altitude. Il est du type « tire et oublie » ( l’art militaire est poétique) .
    Des milliards d’€ d’armes sont et seront fournis par les alliés occidentaux aux Ukrainiens . L’engrenage tourne à fond pour pousser l’ours dans son coin.
    En effet, Poutine ne peut plus reculer, car ce serait alors son plus grand affront, sans parler du fait que cela le fragilise désormais au sein même de la politique russe. Poussé à bout, il pourrait aller plus loin et envoyer quelques missiles à tous ceux qui fournissent l’Ukraine en armes sophistiquées comme les lance roquettes Javelin fournis par l’Angleterre.
    Une ultime humiliation consisterait à fermer le détroit des Dardanelles ce cordon ombilical entre mer noire et méditerranée. Sortie obligatoire des exportations sud de la Russie et des bateaux de guerre qui est contrôlée par … les Turcs ! Le Ministre turc des Affaires Étrangères M. Cavusoglu a déclaré que « la situation s’étant transformée en guerre, la Turquie va être obligée d’appliquer le Traité de Montreux qui gère le Bosphore. » La convention de Montreux, officiellement la Convention concernant le régime des détroits, est un accord international multilatéral signé le 20 juillet 1936 dans un palace de la ville de Montreux, en Suisse. Elle est entrée en vigueur le 9 novembre 1936 et le demeure jusqu’à ce jour. Elle détermine l’exercice de la libre circulation dans les détroits des Dardanelles et du Bosphore, ainsi que dans la mer Noire. L’histoire bégaie. Ce sera sans doute la dernière étape des sanctions et le sultan d’Ankara tremble à l’idée de passer de la parole aux actes. Ankara veut gagner le plus de temps possible afin de ne pas froisser le Kremlin avec lequel les relations sont au beau fixe.
    Tous les clignotants sont au rouge, il faut vite trouver le bouton de la désescalade.
    Clairement, l’Europe veut aller vers une totale confrontation avec Vladimir Poutine, ce qui ne fera qu’énerver ce dernier encore plus, d’autant qu’il ne possède plus aucune porte de sortie, sauf la capitulation totale de l’Ukraine à ses demandes…

    Plus inquiétant encore, la décision de la France et des Etats-Unis de demander à tous leurs ressortissants de quitter immédiatement la Russie… après que Poutine ait mis en alerte maximale ses sections en charge des ogives nucléaires.
    Étant donné que plus un seul avion occidental n’a le droit de survoler le territoire russe, et que les liaisons directes aériennes sont interrompues, l’évacuation risque d’être difficile, voire impossible.
    Des otages partout ! une vision de cauchemar qui devient chaque jour plus concrète.

    Bonne journée

  9. Laure. Garralaga.Lataste dit :

    @ à façon.jf
    Es-tu en train de dire que la France et les Etats-Unis abandonnent leurs ressortissants en rase campagne de Russie ? ! …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.