Un tour qui illustre les fractures d’un pays en crise de confiance

En définitive, les sondeurs s’étaient trompés car ils avaient sous-évalué les scores des candidats installés sur le podium de l’élection présidentielle. La seule qui pourrait leur reprocher un optimisme malvenu lors de leurs prévisions, serait celle qui a été exécutée avec un silencieux par un tueur revanchard. Pour le reste la marge d’erreur sur leur résultat accrédite l’idée que ce n’est plus la peine d’aller voter puisque les estimations de nos choix sont fiables. Les économies seraient substantielles pour l’État. Si comme les politologues l’ont maintes fois expliqué, le premier tour est celui du choix d’un programme : près d’un votant sur trois a approuvé celui du Président sortant ainsi que son bilan.  Il va falloir attendre l’analyse sociologique des personnes s’étant déplacées vers les bureaux de vote pour apprécier vraiment cette réalité politique.

Il y a une certitude sur le fait que les pensionnés ont été les plus nombreux à mettre un bulletin dans l’urne. Ils ont donc soutenu avec empressement la mesure de report de l’âge du départ vers la retraite à 65 ans… Il est vrai qu’ils ne risquent plus rien puisque ils ont bénéficié pour bon nombre d’entre eux de la mesure de la Gauche qui l’avait ramenée à 60 ans. Certainement des millions de parents d’élèves ont approuvé l’idée que les enseignants qu’ils côtoient plus ou moins, soient rémunérés pour leur engagement au service de l’éducation de leur progéniture qu’ils n’assument plus. Aucun problème pour approuver une contre-partie travail pour bénéficier de cette allocation se secours qu’est le RSA puisqu’ils ne sont pas concernés. L’électorat passif a supplanté l’électorat actif. 

Deux France sortent donc de cette première étape du choix du monarque républicain installé à Élysée. Celle de ceux qui tiennent à fossiliser leurs avantages ou leur situation rassurante face à celle d’une large majorité qui, à un titre ou un autre, ne participe pas à cette « classe » installée. L’affrontement sera inévitable car l’écart ne cesse de grandir. La frustration provoque des réactions incontrôlables. Même éclatés entre des mouvements inconciliables ces pans de la société finiront tôt ou tard se retrouver à la manière de la grande période des gilets jaunes. Encore une fois la construction hâtive d’un barrage contre le phénomène de la fusion de mécontentements hétéroclites suffira à masquer la réalité sociale.

Dans un tel contexte tous les appels à voter pour le sortant qui ne sortira pas, n’auront pas l’impact attendu car ils confortent l’idée que rien ne change en ce monde. Les recommandations véhémentes appelant à ne pas s’engager dans la Marine nationale risquent de ne pas être suivies à la lettre. Dans le fond « Z » aura apporté le meilleur appui au leader de la course à l’Élysée en « re-diabolisant » celle qui a fait tant d’efforts pour justement se démarquer des outrances de son rallié susceptible de renforcer sa contamination historique à la peste brune. Les transferts de voix modérées hésitantes vers la fille de l’amoureux du « détail de l’Histoire » s’en trouveront altérés. L’espoir d’une récompense par la rétention de candidatures rivales lors des législatives face aux leaders du mouvement « Z » aprévalu sur la fierté du chef. Le pire est à venir puisque partout on ne va même pas parler de reconstruction dans les prochains jours mais de sauvetage des ruines.

Dans bien des partis croupions il faudrait vraiment organiser des rencontres autour de l’histoire du phénix. Cet oiseau mythique qui symbolise la renaissance et l’immortalité dans la tradition grecque. Brûlé par le feu, il reprenait vie dans ses cendres. Ils ont intérêt à se presser car le troisième tour des législatives se profile avec son cortège de désillusions en raison d’une indifférence qui ne va cesser de grandir. Les actes de vassalité ou de soumission effectués comme des capitulations en rase campagne électorale ont singulièrement contrasté avec les propos revigorants de l’Insoumis permanent. Pour lui « le combat continue » et en cela il a donné une bien belle leçon aux tenants de l’évangile selon Saint Jospin conseillant de se tailler le plus vite possible en laissant sur la montagne des déceptions ses soutiens.

Un autre « tour » dans mon sac personnel, pas plus décevant ou désespérant que celui du 21 avril date référence en matière de désastre politique. C’est peut-être mon dernier des présidentielles car mon avenir ne permet plus d’espérer planter des roses en espérant les voir fleurir. Le jardin créonnais cultivé avec passion, enthousiasme et fierté pendant 48 ans, sans jamais avoir produit autre chose que des fleurs possédant des racines républicaines ressemble désormais à un champ envahi par le chiendent de l’opinion dominante (1) et je vais avoir bien du mal à y respirer l’odeur qui s’en dégage car je crains une intoxication indolore mais mortelle à terme. C’est plus qu’une déception : c’est vraiment un traumatisme plus violent que celui de l’élection présidentielle. 

(1) Créon : Inscrits : 3567. Votants : 2767; Exprimés : 2712. Le Pen : 719 voix (26,51 %): Mélenchon : 641 (23,63 %) ; Macron : 625 (23,04 %) ; Zemmour : 151 (5,56%) ; Lassalle : 124 (4,57%) ; Jadot : 123 (4,56%) ; Roussel : 94 (3,46 %) ; Pécresse : 81 (2,88 %) ; Hidalgo : 56 (2,06 %) Dupont-Aignan : 46 (1,69%) ; Poutou : 36 (1,32 %) ; Arthaud : 16 (0,59 %) 

 

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à Un tour qui illustre les fractures d’un pays en crise de confiance

  1. Gilles dit :

    Un désastre annoncé et catastrophique…mais qui confirme que 30% des français sont des riches puisqu’ils ont voté pour leur poulain.
    Je ne croyais pas qu’il y en avait autant en France.
    Et cela me désespère encore plus …
    Tant qu’à choisir entre la peste et le choléra, très peu pour moi.
    Cela se changera strictement rien.
    Qu’ils aillent tous se faire foutre!
    Bonne journée quand même.

  2. LAVIGNE Maria dit :

    Mépris, arrogance, imposture…. la servitude volontaire NON !!!

  3. facon jf dit :

    Bonjour,
    à la vue de l’apparition sur les écrans des faces de carême de Hidalgo, Jadot et Roussel (par ordre alphabétique), trio des Bermudes de l’élimination de la gauche du second tour de la présidentielle j’ai éteint la télé.
    Après avoir complètement asséché la droite traditionnelle (Valérie Pécresse n’obtient pas 5 %) force est tout de même de constater que les réserves de voix son à gauche : 32 % des voix, cinq points de plus qu’en 2017. L’objectif de Macron est maintenant de pomper dans cette réserve quitte à se renier et a irriter la droite.
    Et maintenant le 2ème tour ! Bonne chance aux plus de 65 ans qui ont voté pour Macron à + de 41%. Bonne chance pour l’avenir de m…e que vous laissez aux générations futures au nom de votre pur égoïsme. Égoïsme qui va nous conduire dans des Ehpad et des hôpitaux sans personnel ni moyens où nous allons mourir dans la m…e et la solitude. Bravo!!
    Bonne chance aux 35-65 qui cautionnent à 29% la start-up nation et le ruissellement, oubliant l’abandon des acquis sociaux qu’il faut s’empresser de jeter aux poubelles de l’histoire.
    Je garde l’espoir dans notre jeunesse les 18-34 ans qui ne s’inscrivent pas dans la régression sociale et ambitionnent un avenir meilleur pour notre société.

    Le temps est venu pour envisager le 3 ème tour ! Le deuxième tour étant perdu dans tous les cas de figure.
    Macron est maître du jeu comme en 2017 et assuré, quoiqu’en disent les augures, de remporter le scrutin. La seule possibilité d’enrayer la mécanique de régression sociale est la cohabitation en évitant une cohorte de godillots macronnistes étouffant toute contestation du prince et de ses laquais.
    Bonne journée.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      à facon jf
      Quand j’ai lu ceci :… »Bonne chance aux plus de 65 ans qui ont voté pour Macron à + de 41%. Bonne chance pour l’avenir de m…e que vous laissez aux générations futures au nom de votre pur égoïsme… », j’ai pensé… à 83 ans, même pas concernée ! Par contre j’ai noté que samedi, dimanche, lundi… plus d’Ukraine ! Plus de réfugiés qui fuient la barbarie poutinesque ! Pauvre Ukraine balayée de nos écrans par l’actualité des élections en France… Et cela rappelle à mon souvenir cette bien triste histoire qui s’est déroulée en France en 1939, elle aussi passée à la trappe !

  4. Christian René Goga dit :

    Pour détendre un peu.
    Il m ‘est venu cette nuit le souvenir associant un lieu de France à nos presidents.
    De Gaule…. Colonbey les deux églises. Londres
    Pompidou…. Monboudif, Correze
    Giscard……. Clermont Ferrand
    Chirac…. Sarran, Paris
    Mitterand…….Jarnac, Château Chinon, Solutré
    Hollande……. Tulle.
    Nous allons devoir voter pour…. Le Touquet ou St Cloud Montretou.
    Bravo la France profonde.

  5. Martine DUCOS dit :

    navrée de ne pas aboyer au loup avec vous
    j’irai voter le 24 avril pour MACRON sans hésiter une seconde
    rien de comparable entre le démocrate même imparfait et la fachiste qui s’est déguisée
    La gauche qui avait tous les pouvoirs il n’y a pas si longtemps s’est auto détruite et ce ne sont pas les leaders d’aujourd’hui qui sauront la reconstruire avec leurs egos surdimensionnés et j’en suis désolée.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Martine
      Les loups n’aboient pas, ils Hurlent !
      Quant aux chiens… ils aboient et la caravane passe !
      N’est-ce pas ce que certains vont faire ?

  6. Bernie dit :

    Je ne sais plus si je dois aller voter ou pas au second tour, mais ce que je peux retenir est que que la vie quotidienne est un combat accompagné d’une révolution permanente. Merci à Stéphane Hessel pour nous avoir ouvert le chemin

  7. christian grené dit :

    Désolé pour toutes celles et tous ceux qui apportent leurs commentaires à notre pair quotidien dont je sais la difficulté du travail mais ce tout ce que j’ai lu et entendu un peu partout dans les médias ne ne m’a donné l’envie que de changer une consonne au mal qui m’a privé d’élection. Heureusement qu’il y avait Jean Lassalle pour rouler les r.

    • Bernie dit :

      @ l’heure est grave disait Jean Lassalle. Il ne veut pas que les belles montagnes disparaissent.
      J’ai le souvenir qu’un petit garçon me disait qu’il n’y a que les montagnes quui ne se recontrent pas mais nous nous reverrons.

      • Bernie dit :

        Chanson pour Jean Lassalle
        « Non rien de rien, non je ne regrette rien, ni le bien, ni le mal qu’on m’a fait tout ça m’est bien égal »

        • Bernie dit :

          Petit message à Jean Lassalle
          Lourdios et ses moutons sont une très bonne chose tant pour les éleveurs que pour les habitants.
          Lourdios se dépeuple il va falloir penser à maintenir ses habitants et l’activité économique.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à mon ami Christian
      Moi aussi je sais et peux rouler les r et même les rr !

      • christian grené dit :

        Te (re)lire me fait plus de bien que tous les médocs qu’il m’a fallu ingurgiter jusqu’à hier. Y tu, que tal Laurita mia?

        • Laure Garralaga Lataste dit :

          Yo, estoy llorando todas las lágrimas que merece Ukrenia… y esas elecciones francesas ! Et si ça tourne mal, je me prépare à repartir vivre en Espagne…

        • Laure Garralaga Lataste dit :

          @à Christian
          Dans ta virée médocaine n’aurais-tu pas croisé deux beaux jeunes-hommes ? Mon gendre et mon petit-fils ! Pas d’inquiétude, ils sont rentrés à l’heure pour voter…

      • Laure Garralaga Lataste dit :

        @ un détail : petit cours d’espagnol gratuit…
        « pero » = mais
        « perro » = chien

  8. Trupin dit :

    Faut-il s’étonner?
    Pour les résultats de ce scrutin du premier tour de l’élection présidentielle je ne sais pas pas si je dois m’étonner ou me révolter car voir arriver l’ultra droite à plus de 30 % en France pays des Lumières, patrie de Jaurès et voir disparaître, ou presque, le P.S. le P.C. et les écolos , ce n’était pas imprévisible car depuis des années l’absence de vrais leaders qui ont des projets qui portent de l’espoir et ouvrent des perspectives, était annonciatrice du rejet qui vient de s’exprimer. Il y a bien la France insoumise qui a tenté de porter l’espoir du peuple de gauche. Mais la encore les outrances de la tête d’affiche et le sectarisme de certains de ses lieutenants ont fait fuir bien des électeurs qui à regret, ont voté Macron. Beaucoup ,ont, nationalement, regardé le verre à moitié plein, tout en constatant hier au soir à l’énoncé des résultats dans les communes du canton que localement, aussi une page venait de se tourner. Sur les 23 communes du canton 4 ont porté le R N en tête, toutes les autres ont donné la préférence à Macron et aucune à Mélanchon . Là, pour ne pas voir aux législatives du mois de juin le verre , à moitié ou totalement vide, il faut que des femmes ou des hommes de gauche retrouvent le sens de l’engagement et nous le fassent partager au delà des quelques jours de la campagne. G.T.

  9. Daviaud dit :

    Merci pour cette analyse que je partage.
    Je voterai blanc au second tour de l’élection présidentielle, fatiguée de voter contre. Ma décision est réfléchie et assumée.
    Le combat continue. Mon bulletin pour les législatives m’appartient et je voterai pour le candidat de la FI. Décidons de la couleur de l’assemblée nationale.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Daviaud
      15 jours pour mettre à profit nos réflexions entre amis.es ! Et pour commencer, un rappel de ce cher La Fontaine… « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage… »

  10. Laure Garralaga Lataste dit :

    10 avril 2022 me remet en mémoire cette « Chronique d’une mort annoncée » ! Mais voilà bien des années que je côtoie la Pythie de Delphes… qui avait le tort d’avoir raison trop tôt.

  11. Bernie dit :

    Je pense qu’il faut remettre au goût du jour la peine de mort

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.